27 08 14

Cannibale

devoration-nicolas-destienne-dorves-L-wIfjws.jpeg" Oui, Nicolas. Voilà des années que tes lecteurs, que les critiques, que certains amis te le répètent, sur un ton de plaisanterie gêné: tes livres sont des meurtres. Tes inspirations sont des pulsions. Ces images si frappantes qui fascinent tes lecteurs, ces tableaux de carnage ne te demandent aucun effort: ils s'imposent à toi avec le naturel d'une mémoire inconsciente."

Pas vraiment faux - Un propos dérangeant, cannibale jusque dans sa sexualité mais un style qui pourrait valoir à Nicolas d'Estienne d'Orves un prix académique, si les jurés ne font profession de végétarisme.

Soulagé - fragilisé? - par sa rupture avec Sonia, le narrateur, Nicolas Sevin, écrivain à succès, est invité par son éditrice Judith, à renouveler sa veine d'inspiration.

" La souffrance est mon jardin. La douleur porte mes mots. Je ne vois là ni fatalité, ni complaisance. Telle est juste ma nature: je suis chez moi dans le carnage."

S'impose à sa mémoire l'histoire d'une dynastie de bourreaux, celle des  Rogis dont il remonte la lignée de Rouen,  1278 à nos jours.

Alternant le présent du narrateur, d'une vie débridée et la généalogie des Rogis, les chapitres se succèdent, sanglés, sanglants, nourris de réflexions sur le processus d'écriture et de son inéluctable dévoration.

L'abolition de la peine de mort, en France,  scelle la fin de la dynastie des Rogis; pas de l'inspiration de Nicolas.. Sevin et d'une fascination - morbide, forcément - pour "l'affaire Morimoto",  as Issey Sagawa,  nom de cet étudiant nippon, cannibale, qui dévora à coup de petits plats en sauce, l'amie néerlandaise qu'il avait fraîchement tuée le 11 juin 1981. Rien de plus envoûtant comme sujet de roman.

Un thème qui n'est pas sans danger: 

"Ne comprend-elle pas que je vais faire mon autoportrait en me servant de Morimoto"

 Une lecture déconcertante, qui consume à  l'abyme, le génie d'écriture -avéré - de Nicolas d'Estienne d'Orves.

AE

La dévoration, Nicolas d'Estienne d'Orves, roman, Ed. Albin Michel, août 2014, 310 p

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 08 14

Paris a toujours été Paris...

Portraits pittoresques de Paris 1867-1893.jpgHistorien, journaliste et lexicographe, Charles Virmaître (1835-1903) fut l'un des grands physiologistes du Paris de la fin du XIXe siècle. Il écrivit une trentaine de livres sur le Paris populaire et celui des marges au temps des grandes mutations haussmanniennes : Les Curiosités de Paris (1868), La Commune à Paris (1871), Paris oublié (1886), Paris Police (1886), Paris qui s'efface (1887), Paris galant (1890), Paris-Impur (1891)... ainsi qu'un Dictionnaire de l'argot fin de siècle (1894).

Les Éditions Omnibus, à Paris elles aussi, ont confié à la critique et biographe dix-neuvièmiste Sandrine Filipetti le soin de réunir un choix de ses textes, choix qui a paru sous le titre de Portraits pittoresques de Paris 1867-1893 dans lequel sont mis en lumière bien des aspects ténébreux de la Ville-Lumière au temps du baron Hausmann.

En voici le sommaire, particulièrement explicite :

PARIS QUI VIENT, PARIS QUI VA

Physionomie de la ville

Restaurants et cafés, caboulots et bouis-bouis

Distractions populaires

Théâtres, caveaux, cirques et artistes

Petits métiers, bonimenteurs et célébrités du Paris-phénomène

Curiosités macabres

LES ARTS ET LES LETTRES

Journalistes et hommes de lettres

La presse

Physiologie des artistes

Des ateliers à l'exposition

LES ESCARPES

L'armée du crime

Arnaques, coups et combines

Les escarpes de salon

Police, surveillance et répression

TROTTOIRS ET LUPANARS

Marmites, proxénètes et michés

Maisons de tolérance

Brasseries-bordels et établissements publics

Prostitution et autorité

« Je fais du document et non de la critique, de l'histoire et non de la théorie », assurait Virmaître avec humilité.

Mais avec quel talent de conteur !

Bernard DELCORD

Portraits pittoresques de Paris 1867-1893 par Charles Virmaître, choix et présentation de Sandrine Filipetti, Paris, Éditions Omnibus, avril 2014, 928 pp. en noir et blanc au format 13 x 19,8 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 31 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 08 14

Bien de saison

" Franck Secondi ressassait la même considération, celle d'une existence placée sous le sceau de l'inutilité et du cocasse, qui allait donc prendre fin en une conclusion tout à fait adéquate"

L'automne s'ouvre sur un échec: Franck Secondi - dont la vie même est une succession de ratages - échoue à l'examen d'admission en la République humaniste indépendante du Vorukhstan. Verdict: il est condamné à l'exécution capitale.

Comment en est-il arrivé là? 

Auditeur volant auprès de la société Skyscope, Franck a pour mission d'évaluer services et catering des compagnies aériennes, de les classer selon une grille de critères définis, qui va  du confort des sièges à la qualité des repas servis. Conséquence: il voyage à longueur de temps, empruntant le plus souvent, les chiches assises de la classe économique:

"Seuls un contorsionniste masochiste ou un gnome tétraplégique pouvaient survivre à un tel environnement."

Promu en classe business, il fait la connaissance d'une superbe et mystérieuse  jeune femme, Kirsten Van Heurn dont la plastique rivalise avec une intelligence hors du commun.  Mue d'un effarant égarement, cette dernière cède au charme - inexistant - de Franck. Il va falloir assurer.

" La probabilté  que ce manège pût duper son amante d'un jour équivalait aux chances de survie d'un myopathe hémophile nageant parmi un banc de requins affamés"

Le ton est donné. La marche vers un destin inéluctable, amorcée...

Nappant ce premier roman d'une plume très sûre, dense et pétrie d'humour et d'auto-dérision, Hugo Ehrhard opère  une entrée assez irrésistible en littérature. Ce faisant, il fustige aimablement les régimes intégristes, les incohérences de la séduction... et les compagnies low cost.

Apolline Elter

L'Automne des Incompris,  Hugo Ehrhard, roman, Ed. Le Diletttante, 20 août 2014, 256 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 08 14

Peur sur et sous la terre…

La Patrouille des Castors, l’intégrale 5.jpgPubliées dans Le journal de Spirou entre 1971 et 1975 après trois ans d’interruption, les quatre aventures réunies dans La Patrouille des Castors, l’intégrale 5 (chez Dupuis à Marcinelle) sont en réalité deux diptyques : Le pays de la mort suivi des Démons de la nuit prend son inspiration dans l'actualité internationale africaine, tandis que Vingt milliards sous la terre suivi de El Demonio donne à MiTacq l'occasion de puiser dans son expérience de spéléologue amateur.

Le dessin s’est affiné, les boy-scouts ont mûri et le scénariste Jean-Michel Charlier (qui pourtant travaille en parallèle sur les aventures de Buck Danny, de Tanguy et Laverdure – et donc des Chevaliers du Ciel pour la télévision –, de Barbe-Rouge et de Blueberry, tout en étant corédacteur en chef de l’hebdomadaire Pilote avec René Goscinny, rien que ça !) est au mieux de sa forme : tout était donc réuni pour passionner les jeunes lecteurs d’alors… et d’aujourd’hui !

Avec des histoires palpitantes qui n’ont pas pris une ride…

Bernard DELCORD

La Patrouille des Castors, l’intégrale 5 par MiTacq et Charlier, Marcinelle, Éditions Dupuis, juillet 2014, 285 pp. en quadrichromie au format 22 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 28 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 08 14

Retour aux sources

"A première vue, la tâche consistait à déplacer la montagne"

En proie à une crise conjugale larvée, Sonia accompagne une amie à Grenade. Ce faisant, elle se prend de passion pour la danse ...

C'est par ce biais, et celui de longues conversations avec le patron du café "El Baril", que revient à la surface un passé familial dont elle n'avait connaissance, celui de la famille Ramirez et d'une Espagne des années '30 déchirée par le franquisme et la guerre civile.

Lue d'une voix mélodieuse par Laetitia Lefebvre, cette fresque, certes un peu longue, d'une époque effroyable, revêt un intérêt historique évident. Impeccable,  prononciation des patronymes et toponymes espagnols ajoute un charme imparable à l'audition du roman

Une "audio-lecture" recommandée

AE

Une dernière danse, Victoria Hisloop, roman traduit de l'anglais par Séverine Quelet, texte intégral lu par Laetitia Lefebvre,  Audiolib 2014,  2 CD - durée :14h50 

 

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 08 14

La Foire du Verre de Lasne

Foire du verre.jpgUn peu d’histoire :

En 1991, Lasne organise son premier marché en plein air. C’est sur ce marché que nait la Foire du Verre. L’événement est couvert par la presse nationale. En 1992, lors de la 2e édition, on y trouve déjà quelques grands spécialistes du verre et du cristal.

Depuis 1993, tant par ses exposants que par ses visiteurs, ce grand rassemblement européen des passionnés de la verrerie est désormais à l’agenda de tous les aficionados du verre ancien et du cristal. À partir de 2009, la Foire du Verre associe l’argenterie à son événement.

On y trouve aujourd’hui :

Des dizaines de milliers de pièces en Val Saint-Lambert, Saint-Louis, Vonêche, Baccarat, Chênée, Murano, Bohème… et plus de 70 spécialistes du verre et des cristaux anciens venant de toute l’Europe.

On y trouve de la verrerie en tant qu’art, les pièces manquantes d’un service, on y déniche des perles rares, on y côtoie les connaisseurs et les spécialistes.

Verres de mariage, de décoration, de collection, verres à vin du Rhin, verres européens du XIXe siècle ou contemporains, la Foire du Verre est à l’honneur comme chaque année pour les collectionneurs, les chineurs, les antiquaires ou les néophytes.

L’univers de la verrerie et du cristal lève des secrets de son histoire et ravit aussi le public pour le plaisir des yeux.

Pour approfondir les connaissances et éclairer les visiteurs, des ateliers-rencontres y sont organisés.

La Foire du Verre qui, depuis ses débuts, a conservé les valeurs qui la composent, remettra, le dimanche matin, un chèque de 3 000 euros, comme tous les ans, aux Amis des aveugles pour l’achat et l’éducation d’un chien d’aveugle.

Informations :

Rassemblement européen des passionnés de la verrerie

Centre Sportif de Lasne

Samedi 4 et dimanche 5 octobre 2014

10h00-18h00

Entrée : 6€ – gratuit pour les moins de 16 ans

www.foireduverre.org

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Evénements | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 08 14

« Et pourtant, elle tourne ! » (Galilée)

Géographie 3e-6e.jpgConforme aux compétences terminales et aux savoirs requis en Belgique pour l’enseignement de la branche, l’ouvrage collectif intitulé Géographie 3e/6e paru chez De Boeck à Louvain-la-Neuve s’adresse en priorité aux élèves de la 3e à la 6e année de l’enseignement de transition général et technique, mais aussi – et nous insistons sur ce point – à toutes les personnes qu’intéressent l’organisation et le fonctionnement de la planète sur laquelle nous vivons.

Il s’agit en effet d’un livre de référence très dense, remarquablement précis et largement documenté qui fournit des réponses essentielles aux questions soulevées par l’évolution du monde actuel.

Dans un premier volet, 43 fiches reprennent les SAVOIRS indispensables organisés autour de 7 thèmes :

– Organisations de territoires-sociétés [1].

– Dynamiques de développement [2].

– Dynamiques des populations [3].

–Dynamiques socio-économiques [4].

–La Terre [5].

– Environnement [6].

– Références spatiales [7].

Chaque fiche est organisée de façon claire et attrayante. Les objectifs et les mots-clés sont indiqués sur des post-it colorés, tandis que l’exposé des principales notions renvoie systématiquement à un lexique, à de nombreux liens vers d’autres fiches ou vers des sites Web ainsi qu’à un portfolio de documents.

Un second volet, constitué de 12 fiches, présente les SAVOIR-FAIRE fondamentaux de la géographie [8] à travers des tâches proposées, des méthodes de travail et des techniques géographiques qui, en association avec les savoirs indispensables, rendent possible leur appropriation par l’utilisateur.

Un bouquin costaud, qui aurait sûrement plu à Élisée Reclus et à Haroun Tazieff !

Bernard DELCORD

Géographie 3e/6e, Savoirs et savoir-faire, par Mireille Bekaert, Luc Bosson, Corinne Évrard, Olivier Gobert, Christian Jacques et Philippe Lother, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck, 4e édition, juin 2012, 232 pp. quadrichromie au format 19,5 x 25 cm sous couverture brochée en couleurs, 24,90 €


[1] Métropoles d’Europe – Métropoles d’Amérique du Nord – Zone aride : le désert saharien – Zone tropicale : rizières et forêt équatorial – Zone tropicale : un village africain et la montagne andine – Métropoles des pays du Sud – Zone méditerranéenne : un littoral touristique – Zone tempérée : un village européen – Belgique – Union européenne – Un modèle d’organisation spatiale : centre et périphérie – Clés de lecture de l’organisation de territoires-sociétés – Culture et territoire – Localisation des activités – Identités territoriales et conflits – Organisations internationales.

[2] Développement et aménagement du territoire – Indicateurs du développement – Blocages du développement économique – Facteurs du développement économique.

[3] Contrastes du peuplement – Mouvements migratoires – Transition démographique.

[4] Agents économiques – Politiques économiques – Population active – Notions sociales – Mondialisation – Dette du tiers monde.

[5] Révolution de la Terre – Rotation de la Terre et marées – Le temps qu’il fait – Dynamiques des masses d’air – Zones bioclimatiques – Mouvements des plaques tectoniques – Érosion et sédimentation – Ressources énergétiques et minérales.

[6] Risques naturels – Actions humaines et leurs conséquences – Gestion rationnelle de l’environnement.

[7] Références spatiales dans le monde – Références spatiales en Europe – Références spatiales en Belgique.

[8] Localiser et situer un objet de recherche – Choisir une méthode de travail – Traiter des informations – Analyser les images d’un territoire – Des statistiques aux graphiques – Analyser des cartes – De la coupe topographique au transect – Visualiser des disparités spatiales – Réaliser une carte de synthèse – La synthèse systémique – Décoder les conflits géopolitiques – Des compétences transversales.

21 08 14

Leben oder Theater

Charlotte S.jpgIl paraît tout frais, ce jour et s'affirme d'emblée comme une des surprises de la rentrée. David Foenkinos, écrivain cher à notre blog, change en effet radicalement de registre, de poétique et nous offre un portrait, celui de Charlotte Salomon, peintre décédée tragiquement à Auschwitz, en 1943, dès son arrivée dans le camp. Elle avait 26 ans et elle était enceinte.

Lancée tels des coups de pinceaux, les phrases, hachées, essoufflées, épousent la courte vie de l'artiste, depuis la malédiction suicidaire qui pèse sur sa famille, jusqu'à celle d'être née juive, berlinoise, en une époque qui ne le lui pardonnera pas.

" Pendant des années, j'ai pris des notes

J'ai parcouru son oeuvre sans cesse

J'ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans

J'ai tenté d'écrire ce livre tant de fois. 

Mais comment? 

Devais-je être présent? 

Devais-je romancer son histoire? 

Quelle forme mon obsession devait-elle prendre? 

Je commençais, j'essayais, puis j'abandonnais.

Je n'arrivais pas à écrire deux phrases de suite. 

Je me sentais à l'arrêt à chaque point.

Impossible d'avancer.

C'était une sensation physique, une oppression.

J'éprouvais la nécessité d'aller à la ligne pour respirer."

Tout est dit. Percée sur le processus cathartique qui permet à Charlotte de sublimer son désespoir par la réalisation de centaines de gouaches réunies sous le titre générique de Leben? Oder Theater ? (La vie ou le Théâtre) le roman de David Foenkinos nous offre, à l'évidence, une voie d'accès sur sa propre vérité, sa quête existentielle.

Subtilement reconstitué, le présent de Charlotte - il ne mentionne à dessein que son prénom - devient don d'intimité.

Charlotte, David Foenkinos, roman, août 2014, 222 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 08 14

Réveil d'un fauve

Couv-On ne voyait que le bonheur-6.jpg" C'est ce soir-là que je t'ai perdu, papa, que nos faiblesses ont triomphé. Ce soir-là que mon adolescence orpheline a commencé"

Mandaté par les compagnies d'assurances pour évaluer dommages matériels et lésions corporelles, Antoine, le narrateur, a pris l'habitude singulière de traduire en espèces, tous les moments de la vie. Une vie dont il fait le bilan doux-amer, marquée d'un déficit d'amour parental, d'une famille implosée, de lâchetés répétées et d'une impossibilité à exprimer ses difficultés, à pleurer, tout simplement. La bête gronde en son inconscient qui pourrait prendre l'allure d'un fauve.Viré de son boulot, de son couple, Antoine sent sourdre une colère, un désespoir irrémédiables. Va-t-il commettre l'irréparable? 

" Le mal qui infusait alors. Le fauve qui se réveillait.

On ne voyait que le bonheur"

Monologue entrecoupé d'apostrophes à son père, malade, à son fils, perdu , Léon, la narration se partage en trois volets, qui d'une plongée en solution violente,  désespérée, oeuvre à la reconstruction, au sublime pardon.

Avec ce nouveau roman dense, maîtrisé, Grégoire Delacourt frappe où on ne l'attendait pas.

"Notre vie s'écrivait à coups de post -it indifférents sur la porte du réfrigérateur."

Et toujours ce sens de la formule qui frappe, fouette et fustige..

Apolline Elter

On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt, roman, Ed. JcLattès, 20 août 2014, 360 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 08 14

Prudence est mère de sûreté...

Le Guide des additifs alimentaires.jpgPlus de 300 additifs sont utilisés dans la composition ou la fabrication de nos aliments. Sur les emballages, chaque additif est désigné soit par un numéro de code incompréhensible, soit par un nom chimique inquiétant.

Rédigé par Rachel Frély, Le Guide des additifs alimentaires publié chez Larousse vous sera utile pour connaître les 24 différentes catégories d’additifs et leur rôle, pour distinguer les additifs interdits ou dangereux de ceux qui sont autorisés par la législation en vigueur, mais aussi pour rester conforme à vos principes de vie puisqu'il inventorie les additifs cacher ou non cacher, halal ou haram, les additifs sans produit d’origine animale pour les consommateurs végétariens, etc.

Des tableaux répertorient tous les additifs tandis que des codes visuels indiquent leur niveau de dangerosité. Pour chaque série, de E 100 à E 1500, est aussi fournie une sélection d’additifs représentatifs, avec des exemples de produits dans lesquels on peut les trouver.

Bon appétit quand même !

Bernard DELCORD

Le Guide des additifs alimentaires par Rachel Frély, Paris, Éditions Larousse, mars 2014, 96 pp. en bichromie au format 12 x 16 cm sous couverture Intégra en couleurs, 5,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine, Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |