22 11 14

Prix Femina 2014

La saison des prix littéraires a ceci d'heureux qu'elle met l'accent sur des romans dont la lecture pourrait nous échapper tant est grande, infinie, toujours insatisfaite,  la sollicitation éditoriale.  Doté du prix Femina, Bain de Lune de l'écrivain haïtienne Yanick Lahens semble à nos yeux, LA révélation de la cuvée 2014. Un sésame de lecture qui met en lumière la sympathique et éclectique maison d'édition dirigée par Sabine Wespieser.

 téléchargement (1).jpg

Polyphonique, exotique, incantatoire, par moments féérique à la manière d'un conte, le roman décline sa narration en Haïti, patrie de Yanick Lahens, et un vingtième siècle - un rien atemporel - traversé par quatre générations de femmes.

Ecrits en italiques,certains chapitres ont pour voix, déclinante, celle d'une jeune femme mourante, échouée sur la plage, victime expiatoire de faits violents. Ils interrompent, énigmatiques,  le fil de la narration portée par une de ses parentes, membre de la communauté familiale des Lafleur, établie à Ti Pistache, non loin du village d' Anse Bleue.

Tout commence par le coup de foudre qui assaille Tertulien Mésidor tandis qu'il rencontre, au marché de Ti Pistache,  la jeune et ravissante Olmène Lafleur, tout frais jaillie de son adolescence.  Mais Messidor et Lafleur paraissent aussi irréconciliables que les clans Montaigu et Capulet au temps de Roméo & Juliette. Evitant d'emblée l'écueil d'un remake shakespearien, Yanick Lahens explore, avec la perspective de cette liaison, l'âme des protagonistes, les racines familiales, moeurs et croyances qui confèrent au récit une singularité remarquable, fluide, chantante et harmonieuse dans l'authenticité d'une écriture, pétrie d'idiomes et d'une onomastique  savoureuse.

"Une lignée naîtra de cet après-midi brûlant. D'un seigneur que le désir obligeait à plier les genoux et d'une paysanne qui s"ouvrait à un homme pour la première fois."

Une lecture envoûtante, qui enveloppe le lecteur d'une sorte de cocon maternel et bienfaisant.

Bain de Lune, Yanick Lahens, roman, Ed. Sabine Wespieser, sept 2004, 274 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 11 14

La Région où muser...

L'art et l'histoire du Nord Pas-de-Calais.jpg

Vincent Brocvielle est l'auteur du Petit Larousse de l'Histoire de l'Art (2010, 2013). Il participe, comme éditeur, à diverses publications encyclopédiques à destination du grand public. Il est né à Hazebrouck.

François Reynaert, journaliste au Nouvel Observateur, est l'auteur de livres d'histoire dont Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises (Fayard, 2010). Il est né à Malo-les-Bains.

Photographe documentaire de renommée internationale, reconnu pour ses travaux montrés à la fois dans la presse et dans les musées, Philippe Chancel a publié de nombreux ouvrages.

L'art et l'histoire du Nord Pas-de-Calais Véronèse (Portrait de femme).jpg

Véronèse, Portrait de femme (ca 1560).

Huile sur toile, 106 x 87 cm, Douai, musée de la Chartreuse.

Ces trois hommes de culture se sont associés pour faire paraître chez Flammarion à Paris un fort beau livre intitulé L'art et l'histoire du Nord-Pas-de-Calaisdans lequelils racontent l'histoire foisonnante de cette région riche, belle et méconnue en appuyant leur propos sur les œuvres des « musées de France » que l'on peut visiter dans ces deux départements.

L'art et l'histoire du Nord Pas-de-Calais (Constantin Meunier, Le Mineur).jpg

Constantin Meunier, Le Mineur (ca 1880).

Huile sur toile, 178 x 79 cm, Douai, musée de la Chartreuse (cliché Daniel Lefebvre).

De Philippe de Champaigne à Henri Matisse, de Pierre Breughel le Jeune à Amedeo Modigliani, d’Albrecht Dürer à Camille Claudel, de Pierre-Paul Rubens à Auguste Rodin, de Jean Auguste Dominique Ingres à Sonia Delaunay, de Jacques-Louis David à Guillaume Delacroix, de Gustave Courbet à Jean Dubuffet, de Nicolas Poussin à Georges Braque, du Musée de la Mine et des Traditions populaires à Escaudain au Musée des Beaux-Arts de Cambrai, du Musée de l’Hospice-Comtesse à Lille au Louvre-Lens, cet ouvrage propose une façon nouvelle de découvrir, à la lumière des chefs-d'œuvre qui y sont conservés et qui ont valu au Nord-Pas-de-Calais le surnom mérité de « Région des Musées », un patrimoine exceptionnel par sa qualité et sa diversité.

L'art et l'histoire du Nord Pas-de-Calais Fernand Léger (Le Mécanicien).jpg

Fernand Léger, Le Mécanicien (1918).

Huile sur toile, 65 x 54 cm, Villeneuve d’Ascq, LaM.

Ce fort volume revisite les grandes périodes ainsi que les principaux styles et courants artistiques de l'Occident à travers 9 sections chronologiques. Celles-ci sont  introduites par une synthèse historique, illustrées par des chefs-d'œuvre en lien avec la période traitée et suivies d'un guide illustré des 42 musées de la région.

Autant de visites à mettre à son agenda !

Bernard DELCORD

L'art et l'histoire du Nord Pas-de-Calais par Vincent Brocvielle et François Reynaert, photographies de Philippe Chancel, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 304 pp. en quadrichromie au format 23 x 29 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 40 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 11 14

Un choc de titans…

Noël 44 – La bataille d'Ardenne.jpgÉditée par votre serviteur et publiée aux Éditions de la Renaissance du Livre à Waterloo, la somme pérenne – on en est à la quatrième parution en vingt-quatre ans – que le grand historien militaire américain Charles B. Macdonald (1923-1990) a consacrée, sous le titre Noël 44 – La bataille d'Ardenne, à l’affrontement qui opposa voici 70 ans les troupes alliées aux forces du IIIe Reich sur les territoires belge et luxembourgeois est un livre étonnant à plus d’un égard.

D’abord, et c’est là un phénomène unique, parce que l’auteur participa lui-même en tant que commandant de compagnie du 23e régiment d’infanterie US à certains des combats qu’il décrit et à l’issue desquels il fut décoré de la fameuse Silver Star.

Ensuite, parce que son travail méticuleux, précis et sans concessions – on le tient aux États-Unis pour un modèle de critique historique appliquée, mais il est vrai que l’auteur était historien en chef du prestigieux United States Army Center of Military History à Fort Lesley (Washington D.C.) – rassemble un nombre colossal d’informations détaillées, bien souvent recueillies sur le terrain et auprès d’anciens combattants de deux camps.

Enfin, parce que l’ouvrage connaît un succès constant des deux côtés de l’Atlantique, auprès d’un public régulièrement renouvelé et sans être jamais pris en défaut par les spécialistes.

En voici le pitch :

« Le temps de Noël 1944 et du Nouvel An 1945 demeurera à tout jamais dans le souvenir des habitants d’Houffalize, de Saint-Vith, de Malmédy, de Bastogne, soit de toute l’Ardenne, un long, un très long moment de souffrance.

Quand Hitler lance des troupes extrêmement motivées à travers le Luxembourg avec pour mission de franchir la Meuse et de s’emparer du port d’Anvers, les Américains sont sous l’effet de la plus totale surprise. Charles B MacDonald révèle ici comment la Bataille d’Ardenne, l’une des plus grandes et des plus sanglantes victoires de l’armée U.S., fut tout d’abord la plus spectaculaire des défaites de ses services de renseignements.

Avec un talent incontestable, il fait le récit détaillé du choc formidable, dans la neige et le brouillard, qui oppose les armées allemandes condamnées à vaincre ou mourir aux troupes américaines décidées à leur résister à tout prix.

Connue aux États-Unis sous le nom de Battle of the Bulge, la Bataille du Saillant, et en Europe sous le terme impropre d’Offensive von Rundstedt, la Bataille d’Ardenne fut l’ultime tentative, désespérée, du régime nazi aux abois en vue d’inverser le cours de la guerre.

Comme le démontre l’auteur, elle fut à deux doigts de réussir… »

Soulignons, pour conclure, la qualité de la traduction en langue française, qui a su conserver toute la finesse d’analyse et la précision d’approche de l’auteur, une véritable gageure...

Bernard DELCORD

Noël 44 – La bataille d'Ardenne  par Charles B. MacDonald, traduit de l’américain par Paul Maquet et Josette Maquet-Dubois, Waterloo, La Renaissance du Livre, collection « Voix personnelles », novembre 2014, 635 pp. en noir et blanc au format 16 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 28 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 11 14

Aux âmes bien nées…

Explosion de particules.jpgFort agréablement écrit, le premier roman de Valentine de le Court s’intitule Explosion de particules, un titre bien choisi puisqu’il y est question du meurtre d’une jeune fille de la noblesse belge, violoniste promise à un bel avenir.

Prénommée Juliette, elle assiste à ses funérailles et voit défiler une faune aristocratique fort éloignée des apparences qu’elle se donne d’ordinaire vis-à-vis du vulgaire, prise dans des contradictions où le passé réel ou supposé des grandes familles à petit « de » se trouve noyé dans les exigences d’un présent qui voit les conventions bourgeoises – voire plébéiennes – éroder le piédestal sur lequel s’étaient hissés les ancêtres.

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître : l’intrigue se montre habilement construite, le regard de l’auteure s’avère perçant, l’humour décalé est omniprésent et la langue française parfaitement respectée…

Noblesse oblige !

Bernard DELCORD

Explosion de particules par Valentine de le Court, Wavre, Éditions Mols, collection « Autres sillons », septembre 2014, 265 pp. en noir et blanc au format 14,5 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,90 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 11 14

Cuisine désaltérante...

La cuisine à la bière trappiste.jpgDans La cuisine à la bière trappiste paru chez Racine à Bruxelles, les chefs de la très réputée École hôtelière de Bruges (Spermalie) livrent leurs recettes originales composées à partir de chacune des dix bières au prestigieux label « trappiste », à savoir l’Achel, la Chimay, l’Engelszell, La Trappe, la Mont des Cats, l’Orval, la Rochefort, la Spencer, la Westmalle, la Westvleteren et la Zundert, et des fromages qui leur sont associés.

Pour chacune d’elles sont présentés une entrée, un plat principal et un dessert.

Saumon au pamplemousse à l’Achel blonde 8°, sandre à la crème de fromage Mont des Cats, cochon de lait au sirop de Liège et à la Spencer, joues de veau à la double Westmalle, choucroute coréenne à la Rochefort, fromage Poteaupré de Chimay et perles de miel, bonbons d’Orval…

Vive les moines !

Bernard DELCORD

La cuisine à la bière trappiste par Tim Cornille, Carl Delaey & Gido Van Imschoot, photos de Karl Bruninx, Bruxelles, Éditions Racine, septembre 2014, 176 pp. en quadrichromie au format 20 x 26 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 27,50 €

Voici la recette d’un dessert très onctueux :

Sorbet à la Chimay Blanche ®

Pour 8 personnes

Ingrédients :

300 g de sucre

Le jus d’un citron

4 dl d’eau

5 dl de Chimay Blanche ®

1 pincée de xanthane

Recette :

Portez le sucre et le jus de citron à ébullition dans l’eau.

Ajoutez la bière.

Ajoutez la xanthane et liez le tout au mixer.

Faites tourner dans la sorbetière.

Finition :

Servez le sorbet dans le verre à bière de Chimay Blanche et versez ensuite la bière.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 11 14

Quand l'écrit se joint au geste...

 Tandis que s'approchent fin d'année et listes de beaux livres à offrir, pointons ce très bel album de photos sportives  - et lesquelles ..- figées dans l'éternité d'exploits fabuleux, de rencontres exceptionnelles,  mises en lumière par la sensibilité d'un passionné de sport, écrivain magistral et généreux, Philippe Delerm.

Difficile de paraphraser des commentaires mais il est tant de photos saisissantes... celle qui unit , de franche complicité, l'athlète noir américain Jesse Owens au blond aryen Luz Long tandis que se déroulent les JO de Berlin (août 1936) et l'irrépressible fureur du Fürhrer.

Celle d'une Nadia Comaneci, déployée en plein salto, sur poutre ensorcelée : " Et malgré tous ses pièges de silence brut, la poutre ne peut rien, vaincue par ce feu follet d'insolence idéale."

La beauté du geste, Philippe Delerm, beau livre, Ed. Seuil, octobre 2014, 152 pages et illustrations.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 11 14

Un émerveillement de lumière et de couleurs…

Vatican – Tous les chefs-d'œuvre.jpg

Rédigé par Anja Grebe, professeure d’histoire de l’art à l’université d’Erlangen-Nuremberg, l’ouvrage splendide intitulé Vatican, tous les chefs-d'œuvre paru chez Flammarion à Paris constitue une somme hors norme rassemblant pour la première fois la collection complète des maîtres anciens des musées du Vatican, l'une des plus importantes collections d'art au monde, comptant entre autres des chefs-d'œuvre de Fra Angelico, de Botticelli, de Bramante, de Léonard de Vinci, de Michel-Ange, de Raphaël, du Titien, du Pérugin, du Véronèse, du Caravage, du Bernin… mais aussi d’artistes anonymes, égyptiens, grecs, étrusques, romains, paléochrétiens, byzantins, médiévaux, africains, chinois et même de Papouasie.

Vatican – Tous les chefs-d'œuvre (Michel-Ange, La sibylle de Delphes).jpg

Michel-Ange (1475-1564), La sibylle de Delphes (1508-1512). Fresque du plafond de la chapelle Sixtine.

Peintures, fresques, sculptures, cartes, tapisseries et reliques, l’auteure présente plus de 1000 œuvres, toutes accompagnées d'une notice détaillée, mais elle raconte aussi l'histoire de chaque musée, la Pinacothèque, la chapelle Sixtine, les chambres de Raphaël, l'appartement des Borgia, les palais du Vatican et la basilique Saint-Pierre…

Un ouvrage mirifique !

Vatican – Tous les chefs-d'œuvre (Raphaël, École d’Athènes).jpg

Raphaël (1483-1520), École d’Athènes (1508-1511), fresque murale, chambre de la Signature.

Vatican – Tous les chefs-d'œuvre (Le Caravage, Déposition de croix).jpg

Le Caravage (1571-1610), Déposition de croix (ca 1600-1604). Huile sur toile, 300 x 203 cm, salle XII.

 

Bernard DELCORD

Vatican – Tous les chefs-d'œuvre par Anja Grebe, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2014, 524 pp. en quadrichromie au format 28,1 x 28,5 cm sous couverture cartonnée et boîtier en couleurs, 55 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 11 14

Descriptivisme

 Jean Echenoz excelle dans l'art de  description. Ce n'est pas un scoop.

Extraites de textes déjà publiés, les sept nouvelles qui meublent le recueil tiennent du "descriptivisme" tant l'écrivain pousse loin son art: un portrait de l'amiral Nelson, une promenade dans le Jardin du Luxembourg dotée d'une observation minutieuse de ses statues féminines, les pérégrinations de Luc, un veuf passionné par les constructions de ponts , celles d'un narrateur obnubilé par la dégustation de sandwichs - beurre/sec - au Bourget .. sont tant d'invitations à la rêverie.

Une rêverie pimentée de clins d'yeux,  guidée par la lecture mélodieuse qu'en réalise Dominique Pinon.

Caprice de la Reine, Jean Echenoz, recuei; Ed. de Minuit, mars 2014, Ed. Gallimard - Ecouter - Lire , septembre 2014, texte intégral lu par Dominique Pinon, durée: 1h50

Écrit par Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 11 14

La der des ders en 68 épisodes…

Larousse de la Grande Guerre.jpgRédigé par une brochette de spécialistes – parmi lesquels figure la Belge Laurence van Ypersele, professeure d’histoire à l’UCL – sous la direction de Bruno Cabanes et Anne Duménil, le Larousse de la Grande Guerre décrit 68 événements clés, depuis les guerres balkaniques jusqu'à l'occupation de la Ruhr, qui sont autant d’occasions de mener une réflexion plus large sur un thème particulier en s’attachant aux acteurs connus ou anonymes, –soldats des tranchées et populations civiles bombardées, prisonniers et femmes combattantes – tout en abordant les aspects politiques, économiques, sociaux, militaires et techniques de ce qui fut l’une des plus grandes catastrophes humaines de tous les temps..

De plus, la médecine, la religion, l'art, la presse, la religion, l'enfance, la douleur, la mort, thèmes souvent absents des ouvrages traditionnels, prennent ici toute leur place.

Édité en partenariat avec l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, l’ouvrage réunit près de 500 documents, dont beaucoup sont inédits, notamment un ensemble de photographies peu ou pas connues, notamment d’objets du quotidien ou commémoratifs, surprenants parfois, émouvants souvent, pour remettre l'humain au centre du récit.

Sommaire détaillé :

– Combats dans les Balkans (18 octobre 1912).

– Trois ans sous les drapeaux (5 août 1913).

– L'archiduc François-Ferdinand est assassiné à Sarajevo (28 juin 1914).

– La France et l'Allemagne mobilisent (1er août 1914).

– Kitchener fait appel aux volontaires (1er août 1914).

– Exactions allemandes en Belgique (23 août 1914).

– Tannenberg (26-30 juin 1914).

– Le « miracle de la Marne » (9 septembre 1914).

– 93 intellectuels allemands pour la guerre (4 octobre 1914).

– De la Suisse a la mer du Nord (11 novembre 1914).

– Première attaque au gaz toxique (22 avril 1915).

– Les Alliés débarquent à Gallipoli (25 avril 1915).

– Jean-Corentin Carré s’engage à 15 ans (21 avril 1915).

– Faim, ersatz et rationnement (2 mai 1915).

– « Plus énergique sera la guerre » : le torpillage du Lusitania (1er mai 1915).

– Le génocide des Arméniens (21 mai 1915).

– Les Allemands entrent dans Varsovie (5 août 1915).

– « Protéger » les frontières de l’empire russe (septembre 1915).

– Zimmerwald : « la voie de la paix et du socialisme » (5-8 septembre 1915).

– Les « fausses nouvelles » du Canard enchaîné (10 septembre 1915).

– D’Artois en Champagne, la percée impossible (25 septembre 1915).

– Edith Cavell, patriote et martyre (12 octobre 1915).

– Ce que coûte la guerre (16 novembre 1915).

– Verdun, sous le feu (21 février 1916).

– Le capitaine de Gaulle est fait prisonnier à Douaumont (2 mars 1916).

– Les Allemands déportent les femmes à Lille (22 avril 1916).

– L’« Insurrection de Pâques » à Dublin (24 avril 1916).

– Le partage du Moyen-Orient (15-16 mai 1916).

– Orages d’acier sur la Somme (1er juillet 1916).

– « Dada, c’est le grand truc » (14 juillet 1916).

– Écrire la guerre (3 août 1916).

– Le Christ apparaît à Claire Ferchaud (28 novembre 1916).

– Sur le front de l’arrière, la mobilisation industrielle (5 décembre 1916).

– La guerre sous-marine devient totale (30 janvier 1917).

– Le glas de la monarchie russe (27 février 1917).

– Terres brûlées dans le nord de la France (16 mars 1917).

– “We won’t come back till it’s over” (2 avril 1917).

– « Plus de boucherie, nous voulons la liberté’ (16 avril 1917).

– La grève des midinettes (11 mai 1917).

– Maria Bochkareva, la Jeanne d’Arc russe (21 juin 1917).

– Bombardements sur Londres (1er juillet 1917).

– « Mon cerveau est tordu comme un fil de fer serré » (23 juillet 1917).

– Les Anglais à l’assaut de Passchendaele (31 juillet 1917).

– Benoît XV écrit aux chefs des nations en guerre (1er août 1917).

– Margaretha Geertruida Zelle, dite Mata Hari (15 octobre 1917).

– Caporetto, débâcle sur le front italien (24 octobre 1917).

– « Tout le pouvoir aux soviets ! » (6 novembre 1917).

– 14 points pour l’après-guerre (8 janvier 1918).

– Paxon, becquetance, cibiches… (février 1918).

– Offensive « Michaël » : le va-tout des Allemands (21 mars 1918).

– Des centaines de milliers de lettres par jour (septembre 1918).

– La grippe espagnole, la pandémie du siècle (octobre 1918).

– Sur les décombres de l’Empire austro-hongrois (28 octobre 1918).

– Le Kaiser abdique ! (9 novembre 1918).

– « Ce jour à jamais mémorable » (11 novembre 1918).

– Droit de vote pour les Allemandes (12 novembre 1918).

– Chasse aux collaborateurs en Belgique (mi-novembre 1918).

– L’Afrique-Orientale allemande capitule (25 novembre 1918).

J’accuse (mars 1919).

– Reconstruire (11 avril 1919).

– Versailles : le triomphe et l’amertume (28 juin 1919).

– Les défilés de la victoire (14 juillet 1919).

– Mutilés, aveugles et gueules cassées (12 mai 1920).

– George V inaugure l’Imperial War Museum (9 juin 1920).

– Des milliers de soldats laissés sans sépulture (11 novembre 1920).

– Des millions de sans-papiers (5 juillet 1922).

– La France occupe la Ruhr (11 janvier 1923).

– Sortir de la Grande Guerre (1927-1928).

Comme il se doit, l’ouvrage se clôt par une bibliographie, une chronologie et un index.

Un livre formidable sur une tragédie qui ne l’est pas moins !

Bernard DELCORD

Larousse de la Grande Guerre, ouvrage collectif sous la direction de Bruno Cabanes et Anne Duménil, préface de Jean-Jacques Becker, Paris, Éditions Larousse, septembre 2014, 265 pp. en quadrichromie au format 24 x 29,3 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 11 14

Au cœur du conflit algérien

Les Prétoriens.JPGAprès Les Centurions [1] et Les Mercenaires, les Éditions des Presses de la Cité à Paris poursuivent avec Les Prétoriens la réédition des grands romans militaires de Jean Lartéguy, dont on se souviendra qu’il fut un des plus prestigieux reporters de guerre français, qu’il travailla pour Paris-Presse et pour Paris-Match quand ce magazine rivalisait avec les plus importants de la planète et qu’il obtint le fameux prix Albert-Londres en 1955.

Voici le pitch de l’ouvrage, paru en 1961 :

« Rentrés d'Indochine après la pénible épreuve des camps, les compagnons du capitaine Esclavier et de Boisfeuras sont engagés dans un nouveau conflit, entre djebel et désert. Après leurs défaites successives, en Indochine notamment, cette guerre-là, ils veulent la gagner, quel qu'en soit le prix. Les centurions deviennent des prétoriens. Le meurtre d'un des leurs entraîne ces soldats à déborder du cadre de leur action militaire et à “faire de la politique”. »

Profondément anticommuniste, l’auteur n’en était pas moins sévèrement critique vis-à-vis des travers du système colonial tout autant qu’envers la duplicité des hommes politiques à Paris « qui promettaient aux officiers et aux populations que la France resterait aux colonies, à l'heure même où ils entamaient des négociations d'indépendance » (suivez son regard vers Charles de Gaulle, entre autres) ainsi qu’envers les méthodes du FLN quand celles-ci s’avéraient criminelles et, par conséquent, envers les Français qui leur apportaient leur soutien quand celui-ci se soldait par la mort de militaires du contingent.

Un sujet fortement touchy par les temps qui courent, ce qui constitue à notre avis une excellente raison de l’aborder par la lecture de ce livre au scénario par ailleurs passionnant !

Bernard DELCORD

Les Centurions par Jean Lartéguy, Paris, Presses de la Cité, novembre 2013, 464 pp. en noir et blanc au format 14 x 22,5 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 22 € (prix France)


[1] « Paru en 1960, il a pour trame la guerre d'Algérie ; il se vendra à plus d'un million d'exemplaires. Le général David Petraeus, commandant des forces américaines en Irak puis en Afghanistan est un lecteur passionné du roman. Son manuel sur la guerre de contre-insurrection serait inspiré d'un de ses chapitres, dans lequel Lartéguy décrit l'importance de mener contre des insurgés une guerre non-conventionnelle visant à séparer ces insurgés de la population qui assure son ravitaillement et sa couverture. » (Source : Wikipedia.)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |