24 07 14

Un projet pharaonique...

La saga d'Inga.jpgParue en coédition chez L'Harmattan à Paris et au Musée royal de l'Afrique Centrale à Tervuren, La saga d'Inga écrite par journaliste François Misser se penche sur l'histoire des barrages du fleuve Congo construits en 1972 et en 1982, Inga I et Inga II, des ouvrages qui, à ce jour, sont les plus importants édifiés en RDC depuis son indépendance en 1960.

On sait que le site majestueux d'Inga où toute la force du fleuve Congo vient s'engouffrer dans un étroit goulot offre le plus grand potentiel hydroélectrique au monde. Sur le mode du récit – revêtant parfois des allures de thriller –, l'auteur raconte avec brio l'aventure inachevée de la domestication de cette force sauvage.

Il évoque également l'avenir de ce site d'une capacité équivalant à une quarantaine de centrales nucléaires qui peut rendre des services considérables à l'environnement en contribuant à la lutte contre les effets du réchauffement climatique et de la déforestation, mais aussi et surtout en favorisant le développement économique du pays par l'essor de l'industrie minière et de transformation des autres ressources naturelles et par l'exportation d'électricité vers d'autres parties du continent.

Une étude sur le développement par étapes des barrages est d'ailleurs actuellement en cours, financée par la Banque africaine de Développement et diligentée par EDF International et la société canadienne RSW. Ses premières conclusions se montrent résolument optimistes sur la faisabilité du projet.

Mais à condition, bien entendu, que se restaure la confiance dans la capacité de l'État congolais à gérer cette manne. Sans quoi, les investissements nécessaires qui, en majeure partie, devront venir de l'étranger, feront défaut...

Bernard DELCORD

La saga d'Inga par François Misser, Paris-Tervuren, coédition L'Harmattan /Musée royal de l'Afrique Centrale, collection «Cahiers africains », mai 2013, 219 pp. en noir et blanc au format 15,5 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 24 €

24 07 14

Le top du top des Master Chiefs...

Mes meilleures recettes simples et gourmandes par Paul Bocuse.jpg

Couronné « cuisinier du siècle » par le Gault & Millau et « chef du siècle » par The Culinary Institute of America, Paul Bocuse est à la tête d'un restaurant – L'Auberge du Pont de Collonges à Collonges-au-Mont-d'Or près de Lyon – qui conserve ses trois étoiles au Michelin depuis 48 ans, et sa réputation s'étend jusqu'aux confins de la planète.

C'est aussi un auteur à succès, de livres de recettes bien entendu, avec La cuisine du marché et avec Toute la cuisine de Paul Bocuse, qui se sont écoulés à des dizaines de milliers d'exemplaires.

Il remet le couvert ces jours-ci, avec Mes meilleures recettes simples et gourmandes paru lui aussi chez Flammarion à Paris, un ouvrage qui réjouira les aficionados du pape de la gastronomie française, dans lequel il a réuni une centaine de ses préparations les plus emblématiques, comme la soupe aux truffes Élysée, la gougère, les quenelles au gratin, les grenouilles à la lyonnaise, la fricassée de coquilles Saint-Jacques à la crème, le cabillaud à la ménagère, la pintade aux choux, le bœuf à la ficelle, les médaillons de veau à la compote d'oignons, les pommes boulangère, les bugnes, le soufflé bonne femme, l'omelette au sucre, le soufflé glacé aux cerises...

Que des bonnes choses !

Bernard DELCORD

Mes meilleures recettes simples et gourmandes par Paul Bocuse, photographies de Jean-Charles Vaillant, Paris, Éditions Flammarion, mai 2014, 240 pp. en quadrichromie au format 17 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)

Voici une recette au résultat en tout point admirable :

Chapon de Bresse rôti aux olives noires

Pour 8 personnes

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 1h30 environ

Ingrédients :

1 chapon de 2,5 à 3 kg environ

250 g d'olives noires à la saumure

50 g de beurre

Sel, poivre

Recette :

Pensez à sortir votre chapon du réfrigérateur 2 heures au moins avant la mise en cuisson.

Mettez le four à chauffer 15 minutes à l'avance à 240 °C (th. 8).

Flambez et videz soigneusement la volaille.

Égouttez les olives après les avoir passées sous l'eau froide courante.

Garnissez-en le ventre du chapon, puis recousez-le soigneusement avec une aiguille à brider enfilée d'une ficelle fine.

Salez, poivrez légèrement le chapon.

Posez-le dans un plat beurré, puis mettez au four 1h 30 environ.

Pensez à faire chauffer le plat de service, les assiettes et la saucière 15 minutes environ avant la fin de la cuisson.

En fin de cuisson, arrêtez le four, laissez reposer encore 10 minutes avant de sortir la volaille.

Posez le chapon sur une planche à découper, découpez-le et dressez les morceaux sur le plat de service gardé au chaud.

Réservez les olives au chaud dans un bol.

Posez le plat du four sur une source de chaleur, ajoutez le jus de la découpe, le beurre fractionné et une petite louche d'eau chaude.

Resalez légèrement, si besoin est, et poivrez au moulin.

Versez le jus bien chaud dans la saucière, servez les olives dans un récipient à part.

Vous pouvez accompagner ce chapon de pommes de terre sautées ou de haricots verts frais.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Gastronomie | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 07 14

Portraits inattendus...

Témoignages et anecdotes sur les stars de la planète foot.jpgJournaliste au Financial Times, Simon Kuper a interviewé et fréquenté à moult reprises le gratin footballistique mondial des dernières décennies, de Johann Cruijff à Zlatan Ibrahimovic en passant par Zinedine Zidane, Rivaldo, Romario, Diego Maradona, Frank Ribéry, Éric Cantona, Nicolas Anelka, Didier Drogba, Kaká, David Beckham, Lionel Messi ou Ronaldo, entre autres.

 Cela lui donne une connaissance sans égale de la personnalité de ces stars du football mondial, un savoir qu'il a mis par écrit d'une manière so British (c'est-à-dire subtilement amusante) dans Témoignages et anecdotes sur les stars de la planète foot paru chez De Boeck à Louvain-la-Neuve, des portraits d'hommes au destin exceptionnel focalisés sur ce qui a fait d’eux ce qu’ils sont (origines, contexte familial, rencontres) et donc concentrés sur leur personnalité bien plus que sur leurs caractéristiques techniques.

 Un ouvrage qui, au passage, montre aussi qu'on peut parfois garder un cœur et une âme dans un monde pourri par l'argent...

Bernard DELCORD

Témoignages et anecdotes sur les stars de la planète foot par Simon Kuper, traduit de l'anglais par Bastien Drut, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck, mars 2014, 244 pp. en noir et blanc au format 16 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,90 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Sports | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 07 14

La cuisine des débutants...

Basiques.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 11/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

S'adressant aux novices des fourneaux, Basiques, le best-seller de Keda Black, vient de ressortir chez Marabout dans une version revue et enrichie où l'on trouve, expliquées pas à pas et illustrées avec un grand sens didactique, une centaine de recettes allant des classiques (sauces, œufs, pizzas, soufflés, quiches..) aux desserts (gâteaux, tartes, aux fruits, au chocolat...) en passant par les pâtes (à la bolognaise, aux tomates, au pesto...), le riz (pilaf, risotto), les viandes (hamburgers, carpaccios, magrets, plats mijotés ou au four...), les poissons (en entrées, en steaks, panés ou en ceviche...) et les légumes (en soupes, en salades, en purées, en gratins, en mix, mijotés...).

Un ouvrage d'une succulente simplicité !

Bernard DELCORD

Basiques par Keda Black, photographies de Frédéric Lucano, édition de 2007  revue et enrichie, Paris, Éditions Marabout, collection « Mon cours de cuisine », mai 2014, 159 pp. en quadrichromie au format 22 x 27,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 15,90 € (prix France)

Voici une recette bien de saison :

Minestrone d'été

Pour 6 personnes

Préparation : 35 minutes

Cuisson : 3h30

Ingrédients :

4 à 6 cuillerées à soupe d'huile d'olive

1 oignon

2 gousses d'ail

3 pommes de terre moyennes

1 bulbe de fenouil

2 petites courgettes

1 quart de chou

250 g de tomates cerises

50 g de parmesan

1 croûte de parmesan

4 brins de basilic

100 g de pâtes courtes (penne, orechiette)

100 g de haricots blancs secs (ou en boîte)

3 cubes de bouillon de poulet ou de légumes (à dissoudre dans 1,5 litre d'eau)

Sel et poivre

Recette :

La veille, mettre les haricots à tremper dans de l'eau froide.

Le lendemain, les mettre dans une casserole, couvrir d'eau et cuire 30-40 minutes.

Couper en dés les pommes de terre, le fenouil, les courgettes.

Couper le chou en lanières.

Hacher l'oignon, émincer l'ail.

Faire revenir ail et oignon, sans cesser de remuer.

Puis les pommes de terre, 2-3 minutes.

Faire la même chose avec le fenouil et le chou, puis les courgettes et les tomates.

Réserver un quart des courgettes et des tomates?

Verser le bouillon.

Ajouter la croûte de parmesan.

Porter à ébullition, puis baisser le feu.

Laisser cuire 2 heures avec un couvercle.

Mélanger de temps en temps.

Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

Ajouter les pâtes, les courgettes et les tomates restantes.

Ajouter les haricots cuits puis prolonger la cuisson 20 minutes.

Servir avec du pesto, du parmesan râpé et du bon pain.

La touch' terroir :

Le minestrone est encore meilleur si l'on ajoute un talon de jambon sec en même temps que le bouillon.

Conseil :

Faire suivre d'un dessert léger : salade d'agrumes ou de fraises, selon la saison.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 07 14

Destin de femme...

L'Effacement.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 04/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

 Véritable coup de poing asséné à l'estomac par une jolie main artistement gantée de velours noir comme son scénario, L'Effacement de Pascale Dewambrechies paru à Dax aux Éditions Passiflore est l'un de ces romans qui ne laisse ni indifférent ni indemne

En voici l'intrigue :

« Durant les années 1950, dans un petit village pyrénéen, Gilda Maurel subit sa destinée d'institutrice. Les jours s'écoulent et se ressemblent. Pourtant, l'arrivée de Luis, âgé de 20 ans, lui offrira la passion, l'ardeur, un souffle de vie encore inconnus. Mais elle a 36 ans. Elle vit cette passion hors-la-loi et sans issue comme une intolérable torture psychologique. Quand elle laisse partir Luis sans lui révéler qu'elle est enceinte, Gilda laisse s'envoler tout espoir de bonheur et donne naissance à Louise, leur enfant. Celle-ci ramène inlassablement sa mère dans le passé et la plonge dans une profonde mélancolie. Dans son journal, Gilda livre sa solitude, ses angoisses, son incapacité à se ressaisir et ce combat qu'elle mène contre elle-même sans jamais le gagner. Cette vie devenue vide dont elle veut s'éloigner. S'effacer. »

Composé de nombreux chapitres très brefs qui sont autant de petites touches pointillistes, cet ouvrage frise la perfection formelle, celle des dentelles de Bruxelles ou de Bruges, pour tisser un récit poignant et lucide, de la condition si souvent faite aux femmes par leur famille, leur éducation, leur surmoi ainsi que leur environnement social, historique et professionnel.

De la belle ouvrage !

Bernard DELCORD

L'Effacement par Pascale Dewambrechies, Dax, Éditions Passiflore, mai 2014, 215 pp. en noir et blanc au format 13 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 19 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 07 14

Come on, baby!

Nutrition gourmande autour de la naissance.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 04/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

 Dans Nutrition gourmande autour de la naissance, un ouvragediffusé par les Éditions Soliflor à Bruxelles, Françoise de Keuleneer, Héloïse Coppée (toutes deux nutrithérapeutes) et Corinne Hubinont (médecin-obstétricien) adressent aux futurs parents des conseils clairs, simples et précis, mis en pratique dans 101 recettes de cuisine, pour une approche nutritionnelle équilibrée et agréable dès le désir de grossesse, durant celle-ci et au cours de la période d'allaitement, ainsi que l'énoncé des principes diététiques favorables à la fertilité, à la grossesse et à l'allaitement, le tout complété par des tableaux de menus de saisons correspondant à ces trois phases, mais aussi pour éviter la toxoplasmose.

De quoi bien préparer les générations futures...

Bernard DELCORD

Nutrition gourmande autour de la naissance par Françoise de Keuleneer, Corinne Hubinont et Héloïse Coppée, photographies de Julie Grégoire, Bruxelles, Éditions Françoise Blouard (diffusées par les Éditions Soliflor), décembre 2013, 240 pp. en quadrichromie au format 20 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29 €

Voici une recette conseillée pour les grossesses gémellaires :

Raie a la crème de cresson, spaghetti de légumes

Pour 4 personnes

Matériel :

Blender

Cuit-vapeur

Mandoline

Ingrédients :

2 ailes de raie, environ 700 g

4 courgettes moyennes

3 grosses carottes

2 oignons, rouges si possible

Pour la crème de cresson :

1 avocat mûr

1 ravier de cresson ou de cerfeuil

1 demi-citron

1 cube de bouillon de légumes bio

Fleur de sel marin

Recette :

À l'aide de la mandoline, détailler les courgettes et les carottes en spaghetti.

Peler les oignons, les couper en deux, puis les détailler en demi-rondelles.

Placer les ailes de raie dans le panier inférieur du cuit-­vapeur et les légumes dans le panier supérieur.

Faire cuire 10 a 12 minutes à la vapeur.

Rassembler dans le bol du blender la chair de l'avocat, le cresson ou le cerfeuil bien nettoyé (sauf quelques feuilles réservées pour la décoration), le cube de bouillon, un filet de jus de citron et un demi-verre d'eau bouillante.

Mixer.

Goûter et ajouter éventuellement une pincée de fleur de sel.

Étaler 2 cuillers à soupe de crème de cresson dans le fond de 4 assiettes préchauffées, disposer une portion de spaghetti de légumes, déposer par-dessus la raie débarrassée de son cartilage, arroser d'un filet d'huile d'olive et garnir avec les feuilles de cresson restant.

Conseil :

Pour éviter la toxoplasmose, blanchir le cresson.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 07 14

Horizon

Après la parution du récit autobiographique Même le silence a une fin (Ed. Gallimard, sept. 2010 - chronique sur ce blog) Ingrid Betancourt publie un premier roman, aux accents très personnels.

" Ce qui t'est arrivé, ma grand-mère l'appelait "le troisième oeil" C'est un don. Comme un grand cadeau. Seules quelques petites filles de notre famille le reçoivent.. Moi je l'ai reçu, toi aussi, mais personne d'autre. Nous ne savons pas qui nous donne ce cadeau, nous savons seulement que c'est toujours un peu difficile de l'avoir."

Dotée d'une particularité génétique - elle la partage avec sa chère grand-mère Mama Fina-  Julia possède une  vision prémonitoire des événements et dangers qui vont s'abattre sur elle et son entourage.

"Non. Nous ne sommes pas comme cela!"

Séquestrée et torturée par les agents de la junte militaire qui prirent le pouvoir, en Argentine, en  mars 1976, elle est parvenue à reconstruire sa vie, avec son fils, Ulysse, né durant sa captivité.  Ce n'est pas le cas de Théo, son mari, dont elle cherche la trace de longues années durant...

Alternant les flashbacks sur les années '70 et l'actualité des années 2000, la relation se fait quête. Quête d'une possible réunion du couple, catharsis des horreurs endurées.

Une percée de douleur et d'espoir  sur un pan sanglant de l'Histoire argentine.

La ligne bleue, Ingrid Betancourt, roman, Ed. Gallimard, juin 2014, 368 pp

AE

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 06 14

Surtout pas !

Demain j'arrête !, de Gilles Legardinier, lu par Ingrid Donnadieu 

 

Pas question !

Vous connaissez ma nouvelle passion pour les livres audio....

Un mode de lecture qui accompagne  depuis peu de nombreux trajets en voiture - quand je suis seule - et les interminables séances de repassage hebdomadaire...

Alors, pour la longue route des vacances qui se profile à votre horizon, je me fais une joie de vous conseiller un petit bijou d'audition, d'humour, de tendresse, de bien-être au monde, tout simplement.

Intriguée par le patronyme incongru d'un nouvel habitant de l'immeuble - Ricardo Patatras - Julie,  la narratrice, une jeune femme de 29 ans tente d'en percer l'identité et  d'en sonder  la  personnalité. Elle en tombe raide amoureuse, habitée par cet aimable et beau jeune homme, jusque dans ses moindres pensées.  Pour lui plaire, elle se sent prête à gravir des montagnes,  à enchaîner, dans une même foulée..de jogging, gaffes et actes héroïques.

Mené avec brio, le récit défile plans, chapitres courts  et situations cocasses  selon un rythme sautillant, merveilleusement négocié.   Mélodieuse, pourvue de registres adaptés à chacun des protagonistes, la voix d'Ingrid Donnadieu nourrit le texte d'intonations idoines... Elle nous devient amie. Gilles Legardinier aussi qui trace le portrait loufoque et attachant d'une si belle humanité...

 Apolline Elter

Demain j'arrête , Gilles Legardiner, roman, Ed. Fleuve noir, 2011, Audiolib, janvier 2014 - interprétation d'Ingrid Donnadieu  - 78 plages - durée 8h50

Billet de faveur

AE : Gilles Legardinier, votre roman entier se déroule dans la tête de Julie, une jeune femme. Nous pourrions toutes nous retrouver en elle.Comment faites-vous pour restituer à ce point la psychologie féminine, dans ses méandres, ses hyperboles ?

Gilles Legardinier :Mon roman est effectivement écrit à la première personne par une jeune femme. J’ai reçu beaucoup de questions et de commentaires à ce sujet. Cela me touche et m’honore. Les hommes ont la réputation de ne pas comprendre les femmes… Le métier d’un auteur consiste pourtant à se glisser dans la peau de personnages qu’il n’est pas. Tous mes valeureux confrères qui écrivent sur des tueurs psychopathes n’en sont pas – enfin pas toujours ! Pour comprendre un personnage, il faut se placer de son point de vue, observer, écouter et aimer. S’agissant des femmes, ce n’est pas un problème pour moi, au contraire. Depuis que je suis petit, je vous regarde, avec bonheur. Et puis je crois que même si nos codes d’expression sont différents, sur le fond, les femmes et les hommes ont besoin des mêmes bases : affection, loyauté, sécurité… Nous ne l’explicitons pas du tout de la même manière mais nous ne sommes pas aussi opposés que certains le prétendent. Je l’ai découvert grâce au regard des lectrices sur mon livre, et c’est une découverte fantastique !

 AE : Vous publiez un livre à la rentrée, sur la vengeance, au féminin… Pouvez-vous nous en toucher un mot ?

Gilles Legardinier :« Ça peut pas rater ! » raconte l’histoire de Marie, qui a toujours été une femme gentille, tournée vers les autres, toujours prête à se servir en dernier et à qui cela n’a rapporté qu’une rupture injuste. Elle a tout donné à un sale type. Elle est arrivée au bout de ses illusions, elle se prend tout dans la figure. Maintenant qu’elle ne croit plus en rien, elle règle ses comptes, avec son ex à qui elle ne va rien épargner, et avec les hommes en général. Mais la nature d’une femme ne peut pas se résumerà la guerre, et puisque ses rêves sont morts, elle va enfin pouvoir découvrir ce qui compte vraiment… J’espère que vous allez rire et ressentir autant que moi en l’écrivant. Écrire ce livre a été un bonheur. 

 AE : Quelle est votre madeleine de Proust ?

Gilles Legardinier :Très franchement, je ne crois pas en avoir. J’ai besoin du présent, du vivant, des gens. Je ne suis pas du tout tourné vers le passé même si je n’oublie rien. Ma madeleine de Proust, c’est le futur. Je suis impatient de ressentir, de partager, et je crois que la fin commence à venir lorsque l’on se dit que c’était mieux avant. J’ai eu une enfance heureuse mais je n’ai pas eu une vie simple. Tout a été riche, fort, structurant, douloureux souvent. Je n’oublie jamais que si on se donne à fond, demain sera meilleur.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (2) |  Facebook | |

29 06 14

Un Balzac du XXIe siècle !

 

Bruno Fuligni.jpg

Photo Louis Monier

© Éditions Horay

Historien, écrivain, haut fonctionnaire à l’Assemblée Nationale française, maître de conférences à Sciences Po et surtout remarquable polygraphe, Bruno Fuligni a fait paraître ou a dirigé une invraisemblable quantité d'ouvrages dont aucun ne manque de tenir le lecteur en éveil et en haleine.

Parmi sa production de ces quatre dernières années (de nombreux ouvrages portant sa signature ayant déjà paru antérieurement), relevons : Dans les archives secrètes de la police (Éditions Gallimard-Folio), Petit dictionnaire des injures politiques (L'Éditeur), Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal (Éditions Albin Michel), Le livre des espions (Éditions L'Iconoclaste), Le Monde selon Jaurès (Éditions Tallandier), Tour du monde des terres françaises oubliées (Éditions du Trésor), Dans les archives inédites des services secrets – Un siècle d'espionnage français (1870-1989),(Éditions Gallimard-Folio), excusez du peu !

En voici une présentation, avec l'aide des éditeurs :

Dans les archives secrètes de la police

Quatre siècles d'histoire, de crimes et de faits divers

Dans les archives secrètes de la police.jpg

De l’assassinat d’Henri IV à Mai-68, ce livre raconte quatre siècles de dossiers brûlants. Il plonge dans la grande Histoire : Ravaillac, Louis XVII, Ravachol, la Résistance, la guerre d’Algérie, mais aussi dans le monde de la pègre, des marginaux et des courtisanes (les thèmes abordés sont le vol, le meurtre, la combine, le crime politique, la subversion, l'agitation de la rue, la prostitution, l'homosexualité et l'adultère). Il fait revivre les affaires criminelles qui ont passionné les Français : Landru, Violette Nozières, Petiot, et il dévoile les secrets d’artistes et d’écrivains comme Hugo, Verlaine, Rimbaud, Colette ou Picasso.

L'ouvrage rassemble des contributions d'auteurs nombreux, parmi lesquels le journaliste Frédéric Pagès (du Canard enchaîné) à propos de Landru, l'écrivaine belge Amélie Nothomb, que l'on ne présente plus, sur Violette Nozières, souvent présentée comme la muse parricide des surréalistes, les historiens Jean-Pierre Rioux sur l'assassinat de Jaurès et sur la manifestation des Algériens de Paris en 1961, Michel Winock sur la vague des attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle et des débuts du XXe, Pascal Ory sur les activités « antinationales » des surréalistes et sur les attentats de la Résistance durant la Deuxième Guerre mondiale, Jean-Pierre Azéma sur la Shoah en France, Jean Tulard sur la police dans la littérature et le cinéma, le journaliste Jean Lacouture sur une tentative de lynchage de Léon Blum en 1936, Pierre Assouline à propos du Sphinx, un bordel de luxe dans les années 1930...

Petit dictionnaire des injures politiques

Petit dictionnaire des injures politiques.jpg

De la naissance de la République à nos jours, un florilège tour à tour amusant, ridicule et parfois terrible de ce que les hommes politiques français ont dit et écrit de leurs adversaires. Tribuns de la Révolution française, anarchistes, francs-maçons, radicaux, communistes, cagoulards, collaborateurs... insulteurs ou insultés, tous ceux qui se sont un jour mêlés de politique défilent dans ce dictionnaire.

Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal

Les frasques de la Belle Époque.jpg

L’ogresse de la Goutte d’Or, l’éruption de la Montagne Pelée, les fêtes extraordinaires, la conquête des pôles, l’invention des premiers robots, mais aussi les attentats anarchistes et les crimes rocambolesques : les lecteurs de la Belle-Époque n’ont pas le temps de s’ennuyer grâce aux unes inoubliables du supplément illustré de leur quotidien favori, Le Petit Journal, qui se lance en 1890, dans la publication d’images… en couleurs, et provoque une petite révolution !

Le livre des espions

Le livre des espions.jpg

Plus de 1000 mots et expressions secrètes des espions d’hier et d’aujourd’hui. Les agents du monde entier usent d’un vocabulaire codé, technique, imagé, parfois pittoresque, souvent romanesque.

Pour la première fois, il est rassemblé dans ce livre, inspiré des documents d’archives, mais aussi des usages contemporains. De A à Z, on trouvera des mots tels que : Aquarium – Baiser de la mort – Carbone blanc – Enigma – Gorge profonde – Grand Jeu – Hirondelle – Harmonica – Intox – Livraison – Minox – Myosotis – Opération humide – Pompe à vélo – Roméo – Sapinière – Stay-behind – Taupe – X-2 – Zombie…

De nombreuses définitions sont illustrées par plus de 150 photographies et objets dont beaucoup proviennent des archives des services de renseignements eux-mêmes.

Conçu à partir des documents trouvés dans les archives des Services secrets français, ce manuel dévoile pour la première fois les techniques du métier, en répondant à des questions comme : « Comment recruter ou former un espion ? Quelles sont les recettes pour se grimer ou rendre son écriture invisible ? Comment endosser une fausse identité ? Quand approcher un agent double ? Comment résister à l’épreuve d’un interrogatoire ?… »

Autant de questions dont les réponses permettent au lecteur d’approcher de près la réalité d’un métier mythique.

Le Monde selon Jaurès

Le Monde selon Jaurès.jpg

Qui est vraiment Jean Jaurès ? Quel monde veut-il, cet homme assassiné le 31 juillet 1914, alors qu'il tente « avec une sorte de désespoir » d'empêcher une guerre dont il a pressenti la puissance destructrice ? Ses partisans comme ses adversaires ont salué sa voix d'airain, sa parole ailée, sa force de conviction, son intégrité, mais aussi ce « sens cosmique » par lequel cet intellectuel qui se jette dans le combat politique apporte à la République une pensée originale de l'homme et de l'univers.

Orateur hors pair, capable de parler pendant trois heures sans notes, philosophe engagé, Jean Jaurès a prononcé des discours mémorables : sur l'école, le travail, les retraites, la finance, la corruption, la violence, la justice, les relations franco-allemandes, la place des religions dans la Cité... Celui qui voulait changer la société nous a laissé, dans une langue superbe, des analyses stimulantes qui sont toujours d'actualité.

Au fil des citations, chaque fois replacées dans leur contexte, Bruno Fuligni nous invite à découvrir ses réflexions, ses réparties, ses prophéties, ses avertissements, ses saillies, ses confidences, qui sont autant de clefs pour comprendre le monde d'hier et d'aujourd'hui.

Tour du monde des terres françaises oubliées

Tour du monde des terres françaises oubliées.jpg

L'empire colonial français est mort, mais le drapeau tricolore flotte encore sur nombre de territoires exotiques et bizarres. Sans léser personne, sans opprimer aucun peuple autochtone, l'Hexagone conserve, à l'insu de tous, un petit empire, discret, clandestin, surprenant : l'archipel des Chesterfield, les îlots contestés de Hunter et Matthew, les Domaines français de Sainte- Hélène, l'île basque de Floreana, le Pays Quint, la forêt du Mundat, le Taubergiessel, l'île intermittente de Julia, l'enclave fantôme d'Adulis, l'introuvable île des Démons ou le mystérieux récif Ernest-Legouvé...

Dans les archives inédites des services secrets

Dans les archives inédites des services secrets.jpg

Longtemps inaccessibles, les archives du renseignement français ont été ouvertes à une équipe de chercheurs. Deux années de travail ont été nécessaires pour consulter des centaines de cartons et analyser des milliers de documents. De la défaite de 1870 à la fin de la Guerre froide, ces pages abondamment illustrées retracent les grandes heures de l'espionnage et du contre-espionnage. La naissance des services, l'évolution de leurs techniques, mais aussi leur rôle décisif dans la grande Histoire : l'affaire Dreyfus, la révolution bolchevik, la montée du nazisme, la France libre à Londres, les préparatifs du Débarquement, la guerre d'Algérie, l'affaire Farewell...

On y croisera de grandes figures d'espions comme des séductrices de légende telles que La Païva, Mistinguett, Mata Hari ou Joséphine Baker.

Signalons, pour conclure, que Bruno Fuligni est également :

– co-auteur d’une série de documentaires sur les députés d’autrefois, Les Aventuriers de la République (série en six épisodes réalisée par Jean-Luc Robert et Jean-Michel Gerber en 2004) pour lesquels il a écrit les monologues de Pierre Arditi, Michael Lonsdale, Jean Rochefort, Pierre Richard, Claude Piéplu et Daniel Kamwa,

– auteur du téléfilm La Séparation (réalisé par François Hanss en 2005), avec Pierre Arditi, Claude Rich, Jean-Claude Drouot, Pierre Santini, Michael Lonsdale et Jacques Gallo,

–auteur du téléfilm La Française doit voter ! (réalisé en 2007 par Fabrice Cazeneuve), avec Thierry Frémont et Jean-François Balmer,

– et auteur du clip Le Message (réalisé par François Hanss en 2008), avec la voix de Michel Duchaussoy.

En attendant la prochaine rafale de titres !

Bernard DELCORD

Dans les archives secrètes de la police – Quatre siècles d'histoire, de crimes et de faits divers sous la direction de Bruno Fuligni, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio » (parution princeps aux Éditions L'Iconoclaste, 2010), novembre 2011, 550 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,40 € (prix France)

Petit dictionnaire des injures politiques par Bruno Fuligni, Paris, L'Éditeur, novembre 2011, 512 pp. en noir et blanc au format 11 x 19 cm  sous couverture brochée en couleurs, 19 € (prix France)

Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Albin Michel, octobre 2012, 240 pp. en couleurs au format 27,5 x 31,5 cm  sous couverture brochée en quadrichromie, 39,90 € (prix France)

Le livre des espions par Bruno Fuligni, Paris, Éditions L'Iconoclaste, collection « Mémoires », octobre 2012, 355 pp. en noir et blanc au format 13,7 x 19,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 17 € (prix France)

Le Monde selon Jaurès – Polémiques, réflexions, discours et prophéties par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Tallandier, avril 2014, 215 pp. en noir et blanc au format 14,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 18,90 € (prix France)

Tour du monde des terres françaises oubliées par Bruno Fuligni, illustrations de Sergio Aquindo, Paris, Éditions du Trésor, collection « Connaissance des trésors », avril 2014, 144 pp. en noir et blanc au format 14,7 x 21 cm sous couverture brochée et jaquette en couleurs, cette dernière formant un planisphère, 17 € (prix France)

Dans les archives inédites des services secrets – Un siècle d'espionnage français (1870-1989), nouvelle édition sous la direction de Bruno Fuligni, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », juin 2014 (parution princeps aux Éditions L'Iconoclaste, 2012) , 669 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

Livres-chocs...

Violence et vérité dans les littératures francophones.jpgRéunissant, sous la direction de Marc Quaghebeur, les transcriptions des entretiens ainsi que divers textes issus du colloque éponyme qui s'est tenu à Paris du 19 au 21 novembre 2008, organisé par l'Association européenne d'Études francophones (AEEF) et par le Centre Wallonie-Bruxelles en collaboration avec les Archives & Musée de la Littérature (AML, Bruxelles), les actes intitulés Violence et vérité dans les littératures francophones traitent en profondeur de douze livres, de douze auteurs [1].

Ces ouvrages concernent la Belgique, la Suisse, l'Europe centrale, le Québec, le Congo (avec l'excellent Mathématiques congolaises de notre ami In Koli Jean Bofane, auteur cette année d'un éblouissant Congo Inc. qui casse la baraque...), le Cameroun, les Antilles et le Maghreb dans une partie de sa grande diversité.

« Les conflits israélo-arabes, les séquelles coloniales au Maghreb, l'occupation américaine en Irak, le 11 septembre 2001, la mémoire européenne d'après le génocide, les guerres interafricaines ou les situations postcoloniales dans les Caraïbes y sont évoqués, comme la violence des éléments ou celle de l'univers avec lequel l'homme contemporain tente de rompre.

Quelque chose donc qui est l'Histoire, et qui est plus que l'Histoire telle qu'elle prétend se raconter ou se considérer [2] », écrit Marc Quaghebeur.

Et il a bien raison !

Tant le dynamisme, l'intelligence et la créativité sont grands parmi les écrivains des marches linguistiques de la France...

Bernard DELCORD

Violence et vérité dans les littératures francophones sous la direction de Marc Quaghebeur, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, collection « Documents pour l'Histoire des Francophonies/Théorie », n°31, août 2013, 181 pp. en noir et blanc au format 15 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 42,80 €


[1] Nabile Fahrès, Mémoire de l'Absent, Valentin Yves Mudimbe, Shaba deux, Jean-Claude Pirotte, Absent de Bagdad, Hubert Haddad, Palestine, Daniel Maximin, L'Île et une nuit, Nourredine Saadi, La Nuit des origines, Bouthaïna Azami-Tawil, Le Cénacle des solitudes, Arezki Mellal, Maintenant, ils peuvent venir, Patrice Nganang, Temps de chien, Marie-Claire Dewarrat, Célébration, lois et coutumes de la guerre, In Koli Jean Bofane, Mathématiques congolaises, Régine Robin, L'Immense fatigue des pierres.

[2] Table des matières : 1. Rencontre de Fabien Honoré Kabeya Mukamba, Patrice Nganang et Marc Quaghebeur avec Nabile Farès et Valentin Yves Mudimbe. 2. À propos d'Absent de Bagdad par Marc Quaghebeur. 3. À propos de Shaba deux par Valentin Yves Mudimbe et Marc Quaghebeur. 4. À propos de Mémoire de l'Absent par Nabile Farès et Marc Quaghebeur. 5. Rencontre de Catherine Pont-Humbert avec Hubert Haddad, Daniel Maximin et Nourredine Saadi . 6. « Simple éloge de la paix ou les guerres du romancier » par Hubert Haddad. 7. « Histoire, violence, écriture » par Nourredine Saadi. 8. Rencontre d'Yves Chemla et Arezki Mellal avec Bouthaïna Azami-Tawil, Areski Mellal et Patrice Nganang. 9. « Dérouter la mort » par Bouthaïna Azami. 10. « Le doute nécessaire » par Patrice Nganang. 10. Rencontre de Bernadette Desorbay, Marie-Claire Dewarrat et Peter Klaus avec Jean In Koli Bofane, Marie-Claire Dewarrat et Régine Robin. 11. Rencontre de Peter Klaus avec Marie-Claire Dewarrat.