22 11 17

Fratrie

" Il appela juste avant d'être amputé de la jambe. C'était la première fois de l'année qu'ils se parlaient.

"Je suis à l'hôpital", dit-il. Et il se mit à pleurer."

Ains'Incipit un roman.. intrigant

Gerritsen.jpgTraduit du néerlandais, il a fait un tabac, aux Pays-Bas, vendu à quelque 650.000 exemplaires.

Déconcertant.

Les relations entre Olivia et son frère Marcus se sont étiolées au fil des années.

Olivia mène sa barque professionnelle et familiale de façon ferme et assurée, tandis que Marcus végète et mène un mou combat contre le diabète.

"Aussi le sentiment qu'Olivia éprouva à l'idée qu'on risquait d'amputer Marcus d'une jambe l'assaillit-il comme un voleur dans la nuit."

Et OLivia de s'interroger sur la solidarité obligée des liens de la fratrie

"Ils étaient tous deux prisonniers de cette position  détestable"

Une interrogation, une culpabilité diffuse, la solution engendrée  qui  pourraient mettre à mal l'équilibre familial

Une radioscopie des relations de la famille

A Elter

Frère et soeur, Esther Gerritsen, roman traduit du néerlandais par Emmanuèle Sandron, Ed. Albin Michel, octobre 2017, 176 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 11 17

« Ce que la photographie reproduit à l'infini n'a lieu qu'une fois. » (Roland Barthes)

Robert Doisneau, les années Vogue.jpgEntre 1949 et 1952 de manière exclusive et par la suite de façon épisodique, le célébrissime photographe français Robert Doisneau (1912-1994) a immortalisé la vie artistique et l’actualité mondaine de la capitale française pour la version hexagonale du magazine Vogue dans des clichés remarquables qui ont été récemment réunis par l’Atelier Robert Doisneau et publiés par les Éditions Flammarion dans un magnifique ouvrage intitulé Robert Doisneau, les années Vogue qui fera les délices des admirateurs de l’œuvre du maître qui disait :

« En résumé, mon emploi à Vogue pouvait se diviser en trois volets. D'abord la vie à Paris, sorte de trombinoscope de ceux dont les noms devaient absolument alimenter les conversations : artistes, écrivains, créateurs de toutes sortes. Ensuite les photographies de mannequins dans les décors de la ville ou sur le redoutable fond blanc du studio. Enfin, le troisième volet, les mondanités, est celui qui m'a laissé les souvenirs les plus durables. »

Dans ce somptueux album, on voit notamment, en sus de clichés consacrés à des villes d’après-guerre (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille), Brigitte Bardot faire ses débuts de jeune mannequin, Paul Léautaud en 1947, Fernand Léger en 1948, Orson Welles en 1949, des instantanés de bals mondains et de mariages, des portraits d’Edmonde Charles-Roux, Colette, Jean Cocteau, Foujita, Marcel Mouloudji, Jeanne Moreau, Juliette Gréco, Michel Galabru et André Gide en 1950, d’Yves Montand, Pierre Brasseur, Louis Jouvet, Jean-Paul Sartre et Gérard Philippe en 1951, de Nikki de Saint Phalle, Marcel Aymé, Georges Brassens, Michèle Morgan et de Pablo Picasso occupé à retoucher des photos de mode en 1952, de Bernard Blier en 1954, de Julien Green et d’Henri Troyat en 1955, d’Albert Camus et Catherine Sellers répétant Requiem pour une nonne au théâtre des Mathurins, en 1957, de Jean-Paul Belmondo en 1960, de Karen Blixen en 1961 et même de Chantal Goya en 1965…

Le gratin, quoi…

Bernard DELCORD

Robert Doisneau, les années Vogue, ouvrage collectif réalisé par l’Atelier Robert Doisneau, Paris, Éditions Flammarion, mars 2017, 356 pp. en quadrichromie au format 24,8 x 31,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 49,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 11 17

Cuisine tendance...

Végé-terrien.jpgBernard Laurance, globe-trotter, cuisinier autodidacte et passionné, auteur d’ouvrages aux éditions Flammarion (Mon grain de sel, Mes desserts, Je n’en ferai qu’une bouchée !), organise également des ateliers de cuisine très prisés et continue de partager ses trouvailles sur son blog www.lacuisinedebernard.com, l'un des plus consultés de France.

En véritable passionné, l'auteur parcourt le globe à la recherche des meilleures recettes glanées au fil de ses voyages en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, dans les Amériques et dans toute l'Asie.

Dans Végé-terrien – Mon tour du monde en plus de 115 recettes végétariennes, salées et sucrées, paru lui aussi chez Flammarion à Paris, il fait découvrir aux amateurs du genre d’originales recettes végétariennes, véganes, sans gluten ou sans lactose.

Elle s’intitulent notamment apoum bapoum, bahjis d’oignons, banoffee pie, bo bûn, buddha bowl, chili sin carne, flapjacks décadents, kibbehs végétaliens, manouché au zaatar, millasson, paneer, salpicâo, seitan, soupe aztèque, zalu soba…

Bon voyage !

Bernard DELCORD

Végé-terrien – Mon tour du monde en plus de 115 recettes végétariennes, salées et sucrées par Bernard Laurance, photographies de Claire Cut, stylisme de Manuella Chantepie, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2017, 286 pp. en quadrichromie au format 20 x 24,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil la recette de potage suivante :

Soupe d’avoine et de shiitakés

Il y a quelque temps, j'avais goûté une soupe en sachet aux champignons et à l'avoine venant d'une boutique bio. J'ai trouvé le résultat très intéressant et me suis dit qu'elle serait encore meilleure faite maison. C'est le cas, mais, surtout, cette recette est prête en dix minutes. Entre le goût de céréale des flocons d'avoine et la saveur boisée des shiitakés (que vous pouvez remplacer par des champignons classiques), la soupe est bien réconfortante et a une consistance très agréable. Un délice à refaire dès que le froid pointe le bout de son nez !

Pour 4 personnes

Temps de préparation et de cuisson : 10 minutes

Ingrédients :

1 échalote

125 g de shiitakés

2 cuillerées à soupe d'huile d'olive

1 litre de bouillon de légumes

75 g de flocons d'avoine (sans gluten, si vous faites attention)

Quelques branches de persil finement ciselé

Sel, poivre

Recette :

Épluchez l'échalote et coupez les champignons en morceaux.

Faites chauffer l'huile d'olive dans une grande casserole et ajoutez les morceaux d'échalote.

Peu importe qu'ils soient bien coupés, car tout sera mixé.

Ajoutez les shiitakés.

Laissez cuire sur feu modéré 2 minutes en remuant pour éviter que le fond ne brûle.

Versez le litre de bouillon de légumes.

Portez à ébullition et laissez cuire 2 minutes de plus.

Versez les flocons d'avoine en une fois.

Mélangez et faites bouillir 2 minutes.

Ajoutez un peu de persil haché, salez et poivrez à votre goût.

Mixez finement avec un mixeur plongeant pour obtenir un velouté.

C'est déjà prêt ! La soupe a la consistance parfaite.

À savourer immédiatement.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 11 17

Jacques Brel, poète de l'intemporel !

_brel marotta.jpg 

C'est en poète que Frédéric Marotta aborde l'oeuvre de Jacques Brel. Il est certain que Brel n'a jamais voulu qu'on le qualifie de poète (ni Brassens, par ailleurs), laissant cette appellation aux poètes littéraires ; sans doute une question de génération. Car « poète de l'intemporel », il l'est assurément et l'auteur en fait une belle démonstration.

Son résumé biographique commence avec l'explication de toute une vie : « Jacques Brel aura toute sa vie le sentiment de ne pas avoir eu d'enfance. »

Dans le chapitre « L'amour », Marotta écrit : « La femme est, dès le début, un horizon, un repère, un but de « voyage », une raison de se dépasser. Brel est comme Roméo, ce héros tragique de Shakespeare, il est un « amoureux de l'amour ». J'aime beaucoup son analyse des textes selon le feu, la terre et le ciel. Et enfin cette déclaration de Brel lui-même : « Je crois que ce que j'appelle amour dans mes chansons est, en réalité, de la tendresse. »

Dans « L'amitié », l'auteur redit combien celle-ci était importante pour l'artiste. « En définitive, Jacques Brel n'a vécu qu'en donnant, en s'offrant, en se dépassant « pour » et « par » amour. »

Après « La mort », nous trouvons – textes à l'appui - la comparaison de Brel et de Don Quichotte. « Il en a l'étoffe et le rêve, le physique aussi, il en a toute la folie et la démesure. » Et relire « Rêver un impossible rêve... » de « La Quête » est encore un bonheur, dès années plus tard.

Nous avons ici un livre subjectif et pourtant précis, lisible et sérieux, poétique et documenté. Dans la préface, Nara Noïan, qui a chanté Brel, écrit : « La poésie musicale et subtile, la « prose crue », la réalité amère sans fioritures comme Camus dans la littérature ». C'est on ne peut plus juste !

Tout Brel, et ce livre, nous ramène à l'amour, ce que confirme l'auteur dans la dernière page de l'essai : « L'énergie d'amour demeure la pierre angulaire à l'évolution de l'être humain sur toute la planète ».

 

Jacques MERCIER

 

« Brel, poète de l'intemporel », essai, Frédéric Marotta, 86 pp, 13 euros. www.lespressesdumidi.fr

19 11 17

Foires d'empoigne...

Théâtre (Yasmina Reza) .jpgFille d'un ingénieur iranien et d’une violoniste juive de Hongrie arrivée en France pour fuir la dictature soviétique, la femme de lettres française Yasmina Reza (°1959) a étudié le théâtre et la sociologie à l'université de Nanterre.

Sa production est très variée (théâtre, romans, scénarios) et sa pièce Art (1994) est une réussite internationale qui l’a fait connaître du grand public. Ses œuvres, adaptées dans plus de trente-cinq langues, ont reçu de nombreux prix, dont des prix anglo-saxons prestigieux : deux Tony Awards et deux Laurence Olivier Awards. En novembre 2016, elle a obtenu le prix Renaudot pour son roman Babylone.

Sous le titre Théâtre, les Éditions Gallimard ont rassemblé dans la collection « Folio » quatre de ses pièces les plus emblématiques, à savoir Trois versions de la vie (2001), Une pièce espagnole (2004), Le dieu du carnage (2006) et Comment vous racontez la partie (2011).

Trois versions de la vie est divisée en trois parties qui racontent la même soirée : Henri est astrophysicien, sa femme Sonia était avocate et elle travaille pour un groupe financier. Henri veut publier un article sur la matière noire des galaxies, et a besoin du soutien de Hubert Finidori, son supérieur. Celui-ci arrive dans la soirée en compagnie de sa femme Inès, et un apéritif dînatoire est organisé, ponctué par les caprices du fils de Henri qui veut manger au lit. La conversation variera entre les relations professionnelles et les aspects personnels. Chaque version raconte la même histoire et présente avec les deux autres de nombreux points communs qui relèvent de l'anecdotique, mais font office de ciment. Cependant, de grandes variations se font jour, notamment sur le fil des événements, le comportement des personnages et leurs relations.

Dans Une pièce espagnole, cinq acteurs répètent une comédie : une réunion de famille au cours de laquelle une mère présente à ses deux filles et à son gendre le nouvel homme de sa vie, un veuf, gérant d'immeuble...

Dans Le dieu du carnage, deux couples, les Houillié et les Reille, se rencontrent suite à une bagarre entre leurs fils Bruno et Ferdinand. Parce que son fils Bruno a été blessé par Ferdinand, Véronique Houillé veut parler aux Reille et demande que Ferdinand s’excuse. Mais les avis divergent, qu’il s’agisse de déterminer qui est le coupable de cette bagarre ou de savoir si cette rencontre a un sens [1]. Émergent alors d’autres sources de conflits qui n’ont pas toujours de raison d’être ni de sens. La pièce a été adaptée au cinéma par Roman Polanski en 2011 sous le titre Carnage.

Dans Comment vous racontez la partie, la romancière Nathalie Oppenheim est invitée à l'« espace polyvalent » de Vilan-en-Volène pour parler de son dernier livre. Elle doit faire face à la journaliste Rosanna Artel-Keval dans un débat supervisé par Roland Boulanger (un auteur de poèmes) qui essaie de calmer le jeu. En effet, Nathalie met de la mauvaise volonté à répondre aux questions de Rosanna qui s'en agace. Plus tard, on retrouve ces trois personnages lors d’une réception à la mairie de Vilan-en-Volène où ils sont rejoints par le maire de l'endroit [2].

Des huis clos et des imbroglios très sartriens…

Bernard DELCORD

Théâtre (Trois versions de la vie – Une pièce espagnole – Le dieu du carnage – Comment vous racontez la partie) par Yasmina Reza, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », septembre 2017, 417 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 7,20 € (prix France)

 

[1] http://www.weblettres.net/blogs/uploads/a/ABF/43889.pdf

[2] Source générale : Wikipédia.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Théâtre | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 11 17

Voyages au cœur de l’humain…

Ici et ailleurs.jpgAprès Obscurité et Le temps de l’errance, Jean-François Foulon publie cette fois Ici et ailleurs, toujours aux Éditions Chloé des Lys à Barry, un recueil passionnant de longues nouvelles divisé en trois segments.

« Afrique » croise six regards sur un même fait dramatique, l'assassinat en République Démocratique du Congo de Fabienne Habary, une jeune femme médecin travaillant pour Médecins Sans Frontières.

« Amérique » va de l'Argentine à la Bolivie, en passant par le bassin de l'Amazone, pour aborder les problèmes sociaux et la lutte des peuples contre l’exploitation.

 « Europe » aborde des thèmes comme la maladie, le chômage, la solitude et la perte des illusions.

Un ouvrage engagé contre les dérives de notre temps, où la chasse au profit prend le pas sur l’humain et bride ses aspirations à une vie digne, au bonheur et à la liberté.

Et un appel au retour de la fraternité humaine, cette vertu en pleine obsolescence, hélas…

Bernard DELCORD

Ici et ailleurs par Jean-François Foulon, Barry, Éditions Chloé des Lys, mai 2017, 293 pp. en noir et blanc au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 13 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Nouvelles | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 11 17

Idées de cadeaux festifs…

Aux Éditions Larousse à Paris, la période des fêtes de fin d’année 2017 est l’occasion de proposer des livres-objets à offrir, comme :

La potence à saucissons, un coffret contenant une potence, un couteau et un livre de 20 recettes originales et variées pour un apéro mémorable.

Idées de cadeaux festifs (La potence à saucissons).jpg

Irish coffee et autres cocktails d’hiver, un coffret contenant quatre verres, quatre pailles, quatre sous-bocks et un livre de recettes de la barmaid Sandrine Houdré-Grégoire, élue meilleure mixologiste de France en 2008.

Idées de cadeaux festifs (Irish coffee).jpeg

Mojito, le kit de survie, un coffret avec deux verres à mojito, un doseur, un pilon, deux pailles, un presse-agrume et un livre de 20 recettes de cocktails rédigées par Sandrine Houdré-Grégoire, Matthias Giroud et Guillaume Guerbois.

Idées de cadeaux festifs (Mojito, le kit de survie).jpg

Flashy cocktails, un coffret avec quatre verres ampoules, quatre pailles et un livre de 20 recettes rédigées par Sandrine Houdré-Grégoire.

Idées de cadeaux festifs (Flashy cocktails).jpeg

Soirée jeu de rôle – La quête du dragon d’or, un kit complet imaginé par François Yvon sur un thème de Howard Phillips Lovecraft pour s'initier aux jeux de rôles et organiser des soirées réussies en famille ou entre amis [1].

Idées de cadeaux festifs (Soirée jeu de rôle).JPG

Soirée Escape Game – Mission Les 7 pièces de cristal, un kit complet [2] pour organiser une soirée en famille ou entre amis, dans l’univers des films d’espionnage : votre équipe d’agents secrets est bloquée dans un laboratoire du Spectre ; vous avez une heure pour désamorcer la bombe…

Idées de cadeaux festifs (Soirée Escape Game).jpeg

Bernard DELCORD

La potence à saucissons, Paris, Éditions Larousse, collection « Cuisine », octobre 2017, un coffret au format 21 x 32,5 x 11,2 cm, 19,95 € (prix France)

Irish coffee et autres, cocktails d’hiver, Paris, Éditions Larousse, collection « Cuisine », octobre 2017, un coffret au format 31 x 31,5 x 8,3 cm, 22,95 € (prix France)

Mojitos, le kit de survie, Paris, Éditions Larousse, collection « Cuisine », octobre 2017, un coffret au format 35 x 21 x 8,3 cm, 19,95 € (prix France)

Flashy cocktails, Paris, Éditions Larousse, collection « Cuisine », octobre 2017, un coffret au format 18 x 32 x 8,5 cm, 19,95 € (prix France)

Soirée jeu de rôle – La quête du dragon d’or, Paris, Éditions Larousse, octobre 2017, un coffret au format 30,2 x 21,8 x 2,1 cm, 12,90 € (prix France)

Soirée Escape Game – Mission Les 7 pièces de cristal, Paris, Éditions Larousse, octobre 2017, un coffret au format 30,2 x 21,8 x 2,1 cm, 12,90 € (prix France

[1] Avec 3 livrets de 24 pages : un livret de maître du jeu, avec les règles, le principe du jeu de rôle, les conseils pour bien animer la partie ; un scénario Enquête fantastique pour plonger dans l'univers de Lovecraft : disparitions inquiétantes, phénomènes surnaturels... ; un scénario Heroic Fantasy avec des chevaliers, des dragons et des trolls ; 40 fiches personnages, 4 plans avec les trésors affichés pour le maître de jeu ; un paravent de maître de jeu pour dissimuler les actions de celui-ci, avec un graphisme qui met dans l'ambiance ; un dé à 10 faces pour introduire du hasard.

[2] Avec un livret de 16 pages destiné au maître de jeu qui comporte le scénario, les règles et les solutions des énigmes ; 64 fiches d’énigmes à résoudre en équipe pour reconstituer la « clé » de secours ; 11 enveloppes à cacher dans la pièce de jeu ; la lettre de mission, 7 pièces de cristal et un alphabet de 48 lettres « anonymes » à découper.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Vie pratique | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 11 17

Haute cuisine...

À table autour des Alpes.jpgDans À table autour des Alpes – Recettes des montagnes italiennes, françaises et suisses, un ouvrage paru à Genève chez Slatkine, Rachel Best et Jean-Christophe Van Waes ont réuni, classées par saisons, 52 recettes peu connues à base de produits alpins, frais et naturels comme l’ail des ours, la fleur de sureau, le génépi, le plantain, le sérac…

Chacune est accompagnée d’une présentation des ingrédients et de leurs bienfaits non seulement dans l’assiette, mais aussi pour la santé grâce à des explications sur la façon de les utiliser en « remèdes de grand-mère ».

L’occasion de découvrir, par exemple, la zuppa alla valpeninentze, le soufflé valaisan, les röstis de légumes d’hiver à l’apenzeller, le farcement, le civet de chevreuil au vin rouge et à la sauce aux myrtilles, la carbonnade des Alpes, le cholera, le sanglier aux herbes des montagnes, la mousse de reblochon au génépi, la tarte aux noisettes et au chocolat, la tuorta da nusch engiadinaisa,, le mecoulen de Cogne…

 

Un must pour les vacances à la neige !

Bernard DELCORD

À table autour des Alpes – Recettes des montagnes italiennes, françaises et suisses par Rachel Best et Jean-Christophe Van Waes, Genève, Éditions Slatkine, octobre 2017, 232 pp. en quadrichromie au format 16,5 x 24 cm sous couverture Intégra en couleurs, 29 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet épais recueil la recette hivernale suivante :

Soupe d’autrefois au miel de sapin

Pour 4 personnes

Ingrédients :

600 g de panais

1 oignon coupé en quatre

1 litre de bouillon de volaille

1 bouquet garni

20 cl de crème liquide

3 échalotes hachées finement

2 cuillers à soupe d’huile d’olive

Miel de sapin

Sel et poivre

Recette :

Épluchez et lavez les panais.

Coupez-les en morceaux.

Déposez-les, avec l'oignon, le bouquet garni et le bouillon dans une grande casserole.

Portez à ébullition avant de couvrir.

Laissez mijoter 30 à 40 minutes.

Chauffez l'huile dans une poêle. Cuisez les échalotes à chaleur douce, à couvert pendant 30 minutes jusqu'à ce qu'elles soient fondantes.

Laissez refroidir la soupe quelques minutes.

Enlevez le bouquet garni.

Ajoutez la crème et mixez.

Salez, poivrez.

Servez la soupe bien chaude avec une cuiller d’échalotes et un filet de miel de sapin.

Le saviez-vous ?

Le panais (pastinaca sativa) est moins connu que sa cousine la carotte.

Pourtant, il est plus riche qu’elle en vitamines, surtout en vitamines B, C et E.

Riche en acide folique, le panais est l’ami des femmes enceintes. La vitamine B9 qu’il contient facilite le développement cellulaire du bébé.

Le panais est aussi l’allié de ceux qui tournent autour du pot. Il a un effet laxatif grâce à ses fibres insolubles.

Un légume d’autrefois méritant de reprendre sa place À table autour des Alpes et dans votre potager.

L’hiver, n’ayez pas peur s’il gèle : le froid affine son parfum.

S’il n’était pas né, il faudrait l’inventer…

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 11 17

La référence en cuisine légère…

Petit Larousse de la cuisine light, édition collector.jpgL’édition collector, bellement fabriquée et argentée sur tranche, du Petit Larousse de la cuisine light propose 150 recettes savoureuses d’une grande efficacité.

Avec lui, pour maintenir ou réduire votre poids, vous miserez sur une cuisine qui privilégie les légumes, les céréales et les fruits en quantité, met en valeur les viandes maigres et utilise des modes de cuisson sains.

En prime, vous gagnerez en énergie tout en découvrant :

– des recettes légères et gourmandes pour toutes les occasions ;

– des classiques en version légère et des créations originales ;

– des pas à pas pour maîtriser quelques principes de base ;

– des astuces minceur, conseils et variantes.

Pour se régaler tout en finesse !

Bernard DELCORD

Petit Larousse de la cuisine light, édition collector, ouvrage collectif, Paris, Éditions Larousse, octobre 2017, 352 pp. en quadrichromie et argentées sur tranche au format 19,7 x 24,3 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,95 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce bel ouvrage la recette aérienne suivante :

Lotte rôtie au jambon

Pour 4 personnes

Préparation : 20 minutes

Cuisson : 30 minutes

Ingrédients :

2 filets de lotte

10 à 12 tranches de jambon cru

1 poireau

1 cuiller à café d'herbes de Provence

1 filet d'huile d'olive

Sel et poivre

Recette :

Éliminez les feuilles extérieures du poireau soigneusement, puis émincez-les.

Lavez-les bien.

Assaisonnez les filets de lotte de sel, de poivre et d’herbes de Provence, puis superposez-les.

Enroulez-les dans les tranches de jambon et ficelez le rôti de lotte.

Préchauffez le four à 180° C.

Dans un plat allant au four, déposez un lit de poireau, puis la lotte.

Arrosez d'huile d'olive et enfournez pour 30 minutes.

Coupez le rôti en tranches épaisses et servez.

Pour servir :

Accompagnez ce plat de haricots verts ou de riz.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 11 17

Un Balzac du XXIe siècle ! (2)

Un Balzac du XXIe siècle (2) Bruno Fuligni en 2015.jpg

Bruno Fuligni en 2015 [1].

Diplômé de Sciences Po (section Service public, promotion 1991), l’écrivain et historien français Bruno Fuligni, né le 21 mai 1968, travaille à l'Assemblée nationale depuis 1996.

Par ailleurs régent du Collège de Pataphysique, ce brillant polygraphe est un grand amateur d’histoire, d’utopies et d’aventures humaines insolites. Nous en voulons pour preuve quatre de ses publications, dont nous avons recopié le pitch :

Royaumes d’aventure – Ils ont fondé leur propre État

Un Balzac du XXIe siècle (2) Royaumes d’aventure.jpg

« Avez-vous déjà visité le royaume de Redonda, les principautés de Seborga, de Hutt River ou de Sealand, la république de Counani, le Liberland, le royaume de Bir Tawil ou encore l'État gay et lesbien de Cato ?

À côté des États universellement reconnus, un univers insoupçonné reste à explorer : le monde des micronations, avec leurs drapeaux, leurs monnaies, leurs gouvernements autoproclamés.

Des royaumes pirates du XVIIIe siècle aux pays virtuels sur Internet, cet atlas vous invite à un fabuleux voyage dans l'espace et dans le temps, à la découverte de quatre cents pays mystérieux et secrets :

– des îles lointaines, où marins, flibustiers, naufragés sont devenus rois ;

– des empires éphémères, constitués par des aventuriers en marge de la conquête de l'Ouest et de la colonisation ;

– des enclaves oubliées, permettant à des intellectuels astucieux de proclamer l'indépendance de leur village, de leur quartier, de leur maison, voire d'un territoire artificiel ou immatériel.

Autant d'histoires authentiques et foisonnantes, toutes orientées vers ce grand rêve de liberté qu'exprime aujourd'hui le phénomène micronational. »

Souvenirs de Police – La France des faits divers et du crime vue par des policiers (1800-1939)

Un Balzac du XXIe siècle (2) Souvenirs de Police ).jpg

« Qu'il s'agisse de vol, de crime, de mœurs ou de pouvoir, ce livre rassemble les grands textes des “policiers écrivains”.

Policiers, ils ont découvert le corps, traqué l'assassin, livré une tête à trancher à la justice sévère de leur temps ; écrivains, ils ont consigné leurs enquêtes, leurs intuitions, leurs idées. À l'âge de la retraite, ils publient, racontent, revivent les moments forts d'une carrière, non sans se donner le plaisir de régler au passage quelques comptes.

Certains, imitant Vidocq, ne font que donner des indications à un « teinturier », un homme de lettres famélique qui va mettre en forme le récit ; d'autres, comme les commissaires Goron ou Macé, se révèlent de véritables écrivains, des narrateurs efficaces ayant le sens de l'image et du raccourci saisissant, des stylistes qui savourent la joie de ressusciter en beau français les horreurs de la chronique criminelle.

On trouve même quelques versificateurs dans la confrérie, comme Clovis Pierre, “le poète de la Morgue”, et surtout l'énigmatique Ernest Raynaud, auteur aux deux visages : le poète symboliste ami de Verlaine, mais aussi le commissaire de police qui parsème ses récits aigres-doux de citations littéraires et de références classiques.

L'écriture, en transformant le policier en témoin, lui ouvre un champ beaucoup plus vaste que le seul angle professionnel.

De l'ancien préfet de police craint et respecté – Gisquet, Andrieux, Lépine – jusqu'au petit inspecteur des Mœurs qui se sait l'objet du mépris public, ces Souvenirs de police nous transmettent la mémoire tue des générations d'avant-guerre.

De la révolution industrielle à la crise des années 1930, la France a ses zones d'ombre que les écrivains policiers trouent de leur fanal lumineux, signalant les complaisances et les convoitises de nos arrière-grands-pères, les passions troubles de leurs élites. »

Le Journal des Assassins

Un Balzac du XXIe siècle (2) Le Journal des Assassins.jpg

« Au printemps 1884, c'est un curieux titre que les crieurs des rues proposent aux passants : le Journal des Assassins, “organe officiel des chourineurs réunis”. On peut s'abonner “le soir, au coin des rues”, pour avoir des nouvelles des condamnés à mort ou apprendre l'art de détrousser le bourgeois avec élégance...

Chef-d'œuvre d'humour noir et d'esprit boulevardier, le Journal des Assassins surprend par ses dessins macabres et ses titres mystérieux.

Articles de fond, brèves, feuilleton et petites annonces criminelles, rien n'y manque, tout cela joyeusement parodique, bizarre et moqueur, insensé parfois. On y trouve des vers de Jules Jouy, « le poète chourineur », mais la rédaction n'éprouve aucun scrupule à faire endosser les articles les plus scabreux à des personnalités en vue, de Victor Hugo à l'archevêque de Paris...

On trouvera dans ces pages l'édition intégrale du Journal des Assassins, feuille violente aux plumes assassines – y compris le “brevet d'assassin” décerné aux lecteurs fidèles. »

Mata Hari – Les vies insolentes de l’agent H 21

Un Balzac du XXIe siècle (2) Mata Hari.jpg

« Peu de noms évoquent autant le mystère, la sensualité et l'intrigue que celui de Mata Hari. Son histoire est vraie, mais elle comporte tous les ingrédients d'un grand film d'aventure : ambition, argent, sexe, pouvoir et mort tragique...

Mère de famille, danseuse nue, espionne et femme fatale, Mata Hari a traversé plusieurs vies avant d'accéder au rang de personnage légendaire.

Fusillée le 15 octobre 1917, elle a continué de vivre dans l'imaginaire collectif, devenant un mythe dont se sont emparés le cinéma et la publicité.

Première star mondiale, dont le nom sonne comme une marque, elle a inventé le strip-tease, créé un style vestimentaire et inauguré l'ère du renseignement technologique, puisque ce sont les interceptions de la tour Eiffel qui ont livré les secrets de “l'agent H 21”.

Une histoire folle d'une grande modernité.

À partir des archives de la Défense et d'une abondante documentation, l’auteur révèle la captivante histoire d'une vie faite d'amour, de mensonges et de subterfuges, la vie d'une femme dont le nom est devenu le symbole de l'espionnage au féminin. »

Ajoutons pour conclure que ces ouvrages s’avèrent en tout point passionnants !

Bernard DELCORD

Royaumes d’aventure – Ils ont fondé leur propre État par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Les Arènes, mai 2016, 320 pp. en quadrichromie au format 15 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 24,80 € (prix France)

Souvenirs de Police – La France des faits divers et du crime vue par des policiers (1800-1939) par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Robert Laffont, collection « Bouquins », novembre 2016, 1070 pp. en noir et blanc au format 13 x 19,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 30 € (prix France)

Le Journal des Assassins par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Place des Victoires, septembre 2017, 160 pp. en noir et blanc au format 23,6 x 32,3 cm sous couverture brochée en couleurs, 25 € (prix France)

Mata Hari – Les vies insolentes de l’agent H 21 par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Gallimard, collection « Gallimard Loisirs », octobre 2017, 192 pp. en noir et blanc au format 20 x 26,2 cm sous couverture brochée en couleurs, 35 € (prix France

[1] © Pymouss – Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=43992081

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |