27 04 08

Destins croisés

GRIMBERT pocheLa vie offre parfois de ces hasards… Lors d’un même week-end, une gente demoiselle que j’appelle, avec humour, ma compagne de lecture me tend un exemplaire du roman de Philippe Grimbert, « Le Secret », alors qu’atterrit sur mon bureau la version poche des « Enfants de la Liberté » dernier best-seller en date de Marc Lévy. La corrélation entre les deux ouvrages est évidente : la Seconde Guerre Mondiale, l’horreur de l’extermination menée par les nazis, la figure du père, la peur, l’espoir et l’amour qui finit par naître même sur les cendres les plus noires…
Reste que ces deux romans pourraient servir de cas d’étude pour la plupart des aficionados de l’analyse comparée entre la puissance d’une écriture retenue et la naïveté presque irritante d’un style trop démonstratif.
Où Grimbert brosse un tableau impressionniste, Lévy opte pour le Technicolor hérité de la Grande Vadrouille et le scope d’un Bernard Borderie ou d’un André Hunebelle.
Où Grimbert focalise son récit en offrant au lecteur de vivre la découverte de son héros pas à pas, Lévy choisit une fausse unité de point de vue, survole et met en scène à grand renfort de mouvement d’appareils.
Où Grimbert sous-entend la force du sentiment amoureux au point de risquer l’aliénation du lecteur, dépassé par une telle violence des réactions, Lévy souligne et abuse d’effets de manche au point de venir pincer les glandes lacrymales du lecteur, afin d’en tirer, espère-t-il, les dernières gouttes salées.
Enfin, où Grimbert parvient à rendre la terrible désolation qui régnait sur l’Europe écrasée par les bottes et les dérives d’un régime placé sous le signe de l’infamie, Levy bâtit une aventure presque désincarnée, un tourbillon de témoignages où aucune action, aucun personnage, aucun sentiment n’accroche vraiment le cœur du lecteur.
Lévy enfants pocketJ’imagine qu’un auteur, comme l’autre, avait ce besoin profond de témoigner, de sortir de sa chair des souvenirs d’un monde, d’une époque, qui peu à peu s’éloigne. Des témoignages d’autant plus précieux qu’ils sont en prise directe avec ceux, hommes et femmes, qui ont vécu un bouleversement dont les fantômes continuent, plus de soixante ans après les faits, à hanter les consciences. Dans cet esprit, il ne me viendrait jamais à l’idée de taxer l’un ou l’autre récit consacré à cette thématique « d’inutile ». Mais je crains qu’en ayant voulu tenter de faire coïncider ses souvenirs avec sa « façon d’écrire », mélange - à succès il faut en convenir - de naïveté, de ficelles cinématographiques et de personnages trop vite emballés – Marc Lévy se soit lancé dans une écriture que sa plume n’était pas encore prête à assumer. Chassez le naturel… Et malgré (à cause de ?) la puissance du sujet, le poids du souvenir, l’ombre de son père, Lévy est encore loin d’avoir écrit sa « Liste de Schindler ».
Phillipe Grimbert lui, est parvenu à frapper juste. Fort. Sans doute parce qu’il n’a pas voulu tout dire. Parce qu’il a utilisé le filtre de cette fulgurante histoire d’amour pour distiller le mal, concentrer la peur, incarner le geste fou. Maxime, Hannah, Simon, Tania, restent du coup dans l’esprit du lecteur lorsque, la dernière page refermée et la dernière larme essuyée, il frissonne une dernière fois à l’ombre d’un passé qui nous glace d’incompréhension.
Chris Corthouts

Les enfants de la liberté, Marc Lévy, Pocket, avril 2008, 367p, 6€40

Commander «Les enfants de la liberté en pocket»

Un secret, Philippe Grimbert, Livre de poche, septembre 2007, 184p, 5€50

Commander «Un secret en poche»

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 04 08

Lévy vs Grimbert (suite en audio)

LEVY AudiolibJe n'aurai pas la même approche que Christophe Corthouts. Les deux livres sont différents. Marc Lévy lui-même est différent dans ses Enfants de la liberté. Une écriture chirurgicale, un style, un ton, des mots qu'on ne connaissait pas à l'auteur de Et si c'était vrai. Même si le Belge Emmanuel Dekoninck réussit sa lecture (de 8 heures et 10 minutes !), on s'étonnera de l'absence d'un Marc Lévy devant le micro tant sa voix et son talent de lecteur auraient transcendé le texte que je trouve personnellement très beau (écoutez-le pour vous en convaincre).
Quant à Grimbert, nul autre que lui ne pouvait révéler ce secret que Claude Miller a si bien mis en scène.

  PHILIPPE GRIMBERT lit UN SECRET
  MARC LEVY lu par Emmanuel Dekoninck

GRIMBERT audio

Les enfants de la liberté, Marc Lévy, lu par Emmanuel Dekoninck, Audiolib, mars 2008, 22€90

Commander «Les enfants de la liberté en audiolivre»

Un secret, Philippe Grimbert, lu par l’auteur, Audiolib, mars 2008, 17€00

Commander «Un secret en audiolivre»

Écrit par Brice dans Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 04 08

Nothomb et Kennedy

KENEDY AudiolibCe n'est pas l'auteur, l'américain Douglas Kennedy qui s'exprime parfaitement en Français, qui vous fait lecture de l'excellent La femme du V° sur ce livre audio mp3 de 10 heures 25 minutes mais le Bruxellois Jean-Marc Delhausse. L'ensemble est parfait.
Quant à Sylvie Testud, l'interprète du rôle d'Amélie Nothomb dans l'autobiographique Stupeur et tremblements mis en images par Alain Corneau, elle vous fait la lecture de Ni d'Eve ni d'Adam, la suite parue l'an dernier.

  DOUGLAS KENNEDY lu par J-M DELHAUSSE
  AMELIE NOTHOMB lue par SYLVIE TESTUD

NOTHHOMB audiolib

La femme du V°, Douglas Kennedy, lu par Jean-Marc Delhausse, Audiolib, mars 2008, 23€90

Commander «La femme du V° en audiolivre»

Ni d’Eve ni d’Adam, Amélie Nothomb, lu par Sylvie Testud, Audiolib, mars 2008, 19€00

Commander «Ni d’Eve ni d’Adam en audiolivre»

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 04 08

Ecoutez Eric-Emmanuel Schmitt

SCHMITT AudiolibLorsqu'en décembre 2005, Eric-Emmanuel Schmitt nous avait offert la lecture d'un chapitre entier de son Mozart, il nous était apparu comme une évidence qu'il serait l'interprète idéal de ses textes pour les audiolivres qui partent aujourd'hui à la conquête d'un nouveau public littéraire.
L'enfant de Noé qui paraît chez Audiolib donne admirablement vie à ces enfants juifs cachés pendant la seconde guerre mondiale et aussi au père Pons, cet ecclésiastique singulier qui construisit une synagogue secrète dans la crypte de son église.
Le livre audio rend fidèlement le caractère émouvant mais drôle de ce roman qui nous avait tant interpelé lors de sa publication il y a quelques années.
Brice Depasse

  ERIC-EMMANUEL SCHMITT lit L'ENFANT DE NOE

L'enfant de Noé, Eric-Emmanuel Schmitt, Audiolib, mars 2008, 17€00.

Commander «L’enfant de Noé»

Écrit par Brice dans Eric-Emmanuel Schmitt | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 04 08

Conan intégral

CONANVoila qui ravira les fans du grand, de l’immense, de l’énoooorme Robert E. Howard. Cet écrivain culte - non pas l’inventeur de la Fantasy, il y en a eu d’autres avant lui- est le concepteur, entre autres, de Conan le Cimmérien. Conan qui est le vrai représentant de l’Heroïc Fantasy, celle du sang qui coule et de la sueur qui imprègne la peau. Conan, LE guerrier à l’état pur.
Howard débute les aventures de Conan en 1932 dans le mythique magazine Weird Tales. Depuis, le succès n’a jamais été démenti, que ce soit au cinéma, en dessins animés, dans les comic-books.
Conan, c’est l’Aventure, c’est l’épopée haute en couleur, ce sont des exploits en tout genre, des personnages plus grands que nature, des décors fabuleux. Il est devenu, au fil du temps, l’un des personnages de fiction les plus connus au monde.
Ce superbe volume contient toutes les nouvelles écrites entre 1932 et 1933, réunies pour la première fois en français. Un véritable événement.Le premier tome d’une série qui en comptera trois au total. Ces nouvelles sont présentées dans l’ordre de leur rédaction, avec des traductions neuves ou entièrement révisées. De plus, elles sont magnifiquement illustrées par le célèbre dessinateur Mark Schultz. De la très très belle ouvrage, assurément.
Marc Bailly

Robert E. Howard, Conan le Cimmérien, premier volume, traduction : Patrice Louinet et François Truchaud, illustration : Mark Schultz, avril 2008, 580 p., Bragelonne, 25€00.

Commander «Conan le Cimmérien»

Écrit par Brice dans Fantastique, Fantasy | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 04 08

Deep Coleman

LE_ROYRed Coleman a tout de l’Américain moyen. Il possède un ranch et est marié, en secondes noces, avec Susan, sa première épouse ayant disparu. Lui qui ne voyage jamais, part retrouver sa femme à Nice. Une épouse qu’il ne reconnaît d’ailleurs pas à son arrivée. Le voici donc dans un pays qu’il ne connaît pas et dont il ne parle pas la langue, en plein carnaval de Nice, en compagnie d’une inconnue qui prétend être sa femme. Et de plus, il est traqué par une horde de tueurs… Bon, il est vrai, qu’il est ivre la plupart du temps, mais n’empêche : on lui tire dessus !
Coleman rencontrera enfin Maryline, une actrice française, qui l’aidera dans sa course contre la mort. Car on veut le tuer, c'est sûr. Mais il ignore pourquoi.
« Couverture dangereuse », paru pour la première fois en 1998, contient déjà les caractéristiques d’un bon Philip Le Roy d’aujourd’hui : un rythme endiablé, des poursuites, des personnages sombres, des voyages. Comme à son habitude, Philip Le Roy emmène ses lecteurs dans un périple impitoyable où de multiples rebondissements surprennent toujours. C’est donc avec un enthousiasme débordant que je vous recommande ce thriller.
Bon alors, Tarantino ! T’attends quoi pour acheter les droits et en faire un film avec la musique de Velvet Revolver ?
Marc Bailly

Entretien de Philip Le Roy avec Marc Bailly

Couverture dangereuse, Philip Le Roy, Au Diable Vauvert, mars 2008, 323p., 15€00.

Commander «Couverture dangereuse»

Écrit par Brice dans Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 04 08

La Bible de l’honnête homme du XXIe siècle

Lettres européennesRédigé par une équipe de deux cents universitaires et écrivains en provenance de l’Europe entière (y compris l’Islande, la Géorgie, l’Ukraine, la Moldavie et la Turquie) dirigés par Annick Benoit-Dussausoy et Guy Fontaine, le volumineux manuel d’histoire de la littérature européenne qui vient de paraître aux Éditions De Boeck à Louvain-la-Neuve sous le titre Lettres européennes est une véritable mine d’informations sur le passé culturel de notre vieux continent. À l’exception du premier qui se penche sur les divers héritages (extra-européen, gréco-latin, judéo-chrétien, byzantin, celtique et arabo-andalou) qui font les assises de nos littératures, ses quinze chapitres s’ouvrent par un tour d’Europe suivi de la présentation d’un genre littéraire (épopée, nouvelle, récit de voyage, roman picaresque, livret d’opéra, presse périodique, roman par lettres, « Bildungsroman », poésie, littérature érotique, théâtre, cirque, musique et music-hall, critique littéraire, romanesque…) et de quantité d’auteurs phares ainsi que de 46 figures contemporaines. Des encadrés proposent quelques extraits significatifs des œuvres les plus marquantes de ce vaste panorama où les découvertes à faire foisonnent (Harry Mulisch aux Pays-Bas, par exemple, ou Leonard Nolens en Belgique néerlandophone, René Novella à Monaco, Sylvie Germain en France et José Hensch au Grand duché de Luxembourg, pour ne parler que de nos proches voisins) et qui ravira les amateurs de belles lettres autant que les tenants d’une européanisation des consciences ! Saluons au passage l’excellent travail des professeurs Paul Aron et Michel Otten qui ont su mettre en relief avec une belle clarté la complexité foisonnante des lettres belges de langue française produites durant l’autre siècle.

Bernard DELCORD

Lettres européennes, Manuel d’histoire de la littérature européenne sous la direction d’Annick Benoit-Dussausoy et de Guy Fontaine, De Boeck, septembre 2007, 860 pp., 35€00.

Commander «Lettres européennes : Manuel universitaire d'histoire de la littérature européenne»

26 04 08

Ecriture & chansons

CABRELOn a toujours ressenti chez Francis Cabrel une démarche différente dans son approche de faiseur de chansons. Il y a un an, lors de la parution de sa collection Cabrel essentiel, j'avais déjà hésité à diffuser son interview dans ces colonnes. A l'écoute des textes de son nouvel album, Des roses et des orties, le doute n'a plus sa place. Cabrel m'a d'ailleurs confié qu'après sa tournée, il se mettrait à l'écriture d'un roman (cliquez sur la pochette du disque pour écouter).

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 1

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 2

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 3

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 4

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 5

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 6

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 7

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 8

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 9

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 10

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 11

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 12

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 13

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 14

  FRANCIS CABREL - Brice Depasse 15

Écrit par Brice dans Portraits | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 04 08

Flight

ALEXIE_FLIGHTConnaissez-vous Sherman Alexie ? Il fait partie de la nouvelle génération d'écrivains indiens d'Amérique du Nord. Cet auteur prolifique et plusieurs fois primé nous livre Flight, qui parait le 2 mai. Le narrateur, un ado orphelin, mi-indien mi-irlandais, se fait appeler Spot, en référence à son acné qui le fait "mourir de honte". Hargneux et désespéré, le garçon recherche son identité, et celle de son père qui l’a abandonné. Après avoir été trimballé de familles d’accueil en maisons de redressement, Spot se retrouve à la rue. Il y fait de mauvaises rencontres et se laisse embarquer dans le braquage d’une banque. Blessé par balle, le gamin s’apprête à mourir. C’est là que l’auteur profite d’une faille pour distordre le temps et propulser son héros dans un étrange voyage à travers l’histoire de l’Amérique, dans la peau d’un flic, puis d’un soldat, d’un pilote...
Avec un humour féroce et une tendresse infinie pour son héros, Sherman Alexie nous ballade dans une Amérique au passé trouble, en proie au fanatisme, au racisme et au culte de la violence. Ce roman cru, débordant d’humour et de vie, ébranle nos convictions et nous laisse, pantelants, sur une note d’espoir.
Valérie Nimal (lire sa précédente chronique ici)

Sherman Alexie, Flight, traduit de l’américain par Michel Lederer, Albin Michel, mai 2008, 201 pages.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 04 08

Un héros comme vous et moi

DUHAMELEn 1920, le docteur Georges Duhamel, médecin de retour du front mais aussi écrivain gratifié du Goncourt 1918, crée un personnage somme toute banal, Louis Salavin, « héros » de cinq romans et d’une nouvelle écrits sur une quinzaine d’années et dont le succès fut immense. C’est qu’au sortir de la boucherie monstrueuse qu’avait été la Première Guerre mondiale, les Français moyens avaient compris, peut-être plus rapidement que leurs élites, à quel point leur monde avait sombré, celui de la civilisation d’Europe occidentale affirmant la suprématie des valeurs humaines (qui venaient d’être battues en brèche par l’ignominie des combats et des gaz, laissant sur le carreau un nombre effarant de morts et d’éclopés) et spirituelles (la foi en Dieu et le respect des préceptes de l’Église catholique en avaient pris au passage un sacré coup sur la tête, en particulier parmi la classe moyenne et le monde paysan). Désormais, le continent américain, sa musique, ses inventions, ses dollars et bientôt son mode de vie accéderaient au premier plan, feraient rêver les intellectuels et les journalistes – à l’exception de ceux, encore peu nombreux, que la révolution russe de 1917 aveuglait déjà. Les gens ordinaires acquirent le sentiment confus que leur vie resterait à jamais ce qu’elle était, modeste et médiocre. Deux auteurs prénommés Georges catalysèrent cette déréliction : Duhamel et Simenon. Le second par le biais d’un commissaire impersonnel et bougon qui frappa l’imagination universelle et le premier à travers un petit employé de bureau chassé de sa place après qu’il eut été pris d’une lubie : toucher l’oreille de son patron… S’ensuivit, sous la plume talentueuse de Duhamel, l’un des plus grands stylistes d’avant-guerre, homme de cœur, de rigueur et d’élégance, la saga remarquable des Confession de minuit, Nouvelle rencontre de Salavin, Deux hommes, Journal de Salavin, Le Club des Lyonnais et Tel qu’en lui-même… que les Éditions Omnibus à Paris ont eu l’excellente idée de réunir en un seul volume de 807 pages, sous le titre générique de Vie et aventures de Salavin. Un remède souverain contre l’ennui !
Bernard Delcord

Georges DUHAMEL, Vie et aventures de Salavin, Paris, Éditions Omnibus, février 2008, 807 pp., 25 €

Commander «Vie et aventures de Salavin»

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |