25 07 08

Suspense, scepticisme & Starbucks

COBEN_RegardUne fois passé le cap (l'écueil ?) de la traduction, visiblement bâclée, à moins que soudain l'auteur se soit mis à mal écrire, on est content d'être là : dans Juste un regard, Harlan Coben fait de l'Harlan Coben. Les trois S dignes d'un bon petit thriller américain sont au programme : suspense, scepticisme, Starbucks.
Suspense : pas besoin d'un dessin. Parfois, l'écrivain en fait même un peu trop, puisque l'on devine tout de suite où il va en venir. Mais puisqu'on passe du bon temps, pourquoi pas ?
Scepticisme : mais comment font les gentils pour arriver toujours au bon (et dernier) moment ? Tout est bien qui finit bien. Quand c'est comme ça dans la vie, on en redemande ; pas question donc de faire la fine bouche avec un roman.
Starbucks : institution américaine du café et des cookies. Malheureusement, aucun auteur ne nous a jusqu'ici donné le mode d'emploi pour ne pas se brûler affreusement les doigts au gobelet. Ceci est un appel à Coben et à Douglas Kennedy. Messieurs, à vos copies.
Johan Rinchart

Harlan Coben, Juste un regard, Pocket, 2006, 413p., 7€70.

Acheter «Juste un regard»

Écrit par Brice dans Harlan Coben | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.