26 01 09

Entretien avec un pilier du roman contemporain : Ken Follett

FOLLETT_1On finissait par ne plus y croire à cette suite des Piliers de la Terre, convaincus que son heureux (et béni par 90 millions de lecteurs esbaudis) auteur considérait son histoire comme devant rester unique. Pourtant, comme vous allez l'entendre dans l'interview que Ken Follett nous a accordée il y a quelques semaines, le projet a germé très vite dans son esprit.
Nous voici donc dans la saison du retour de Kingsbridge (ville imaginaire, théâtre de l'érection de la fameuse cathédrale gothique), gigantesque succès en Angleterre et aux Etats-Unis. Il faudra sans doute attendre l'édition en poche pour assister à un raz-de-marée semblable chez nous quoiqu'il y a fort à parier que ce Monde sans fin se vende régulièrement dans son édition originale.
Finalement, quid ? Est-ce que c'est aussi bien que le précédent ? Oui.
Ken Follett ne nous a déçu à aucun moment depuis, que la fresque historique peigne le XX° siècle ou le XVII°.
Est-ce vraiment une suite ? Oui et non. Le seul personnage commun aux deux aventures, c'est la ville. Les héros encore en vie à la fin des Piliers de la Terre laissent la place aux générations suivantes. La cathédrale ne brûlera plus. On va bâtir cette fois un pont et, surtout, on va se battre contre la bêtise, la méchanceté et, surtout, la Peste.
Aucune raison donc de bouder cette séquelle du plus beau roman de divertissement, avec le Nom de la Rose (oui, je sais, dans un tout autre registre !) sur le Moyen-Âge que le siècle précédent nous ait offert. Qui dit pont, dit fleuve. Celui-ci fait près de 1.300 pages.
Bon divertissement, si vous n'avez pas déjà rejoint l'Angleterre.
Brice Depasse

  KEN FOLLETT - Brice Depasse 1

Ken Follett09Un monde sans fin, Ken Follett, Robert Laffont, novembre 2008, 1296p., 24€90.

Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Ken Follett | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.