13 02 11

Où il y a de la gêne, y a-t-il du plaisir ?

Pudeurs féminines.gifHistorien et professeur d'iconologie médiévale (ICART – Paris), Jean-Claude Bologne analyse dans Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, paru aux Éditions du Seuil à Paris, les manifestations de la pudeur –disposition plus ou moins marquée à dissimuler ce que nous ressentons comme une fragilité ou un caractère essentiel de notre personnalité– via la femme et l'Histoire occidentale, de l'Antiquité à nos jours. Une analyse qui se base sur quatre critères : la relativité, la sexuation de la pudeur, son lien avec le regard de l'autre et la honte.

 

L'essai conforte et confronte les réflexions inscrites dans L'Histoire de la pudeur que l'écrivain avait publiée en 1986.

 

« La pudeur d'une femme est en effet fonction de sa place dans la société. L'impudeur ne se limite pas à l'exposition de sa nudité mais s'étend à son comportement, aux lieux qu'elle fréquente, aux actes qu'elle s'autorise. »

 

Soulignant le danger d'analyser des comportements passés à la lueur de la mentalité actuelle, Jean-Claude Bologne propose une mise en perspective historique de la nudité, du regard porté sur elle et de la pudeur corollaire, sorte de voile immatériel. La dichotomie entre les parties inférieures et supérieures du corps, l'investissement sexuel du pied, la fonction des vêtements, les fantasmes associés... s'inscrivent dans un contexte historique brillamment exposé.

 

Bain, toilette, lit … et même rire, ivresse, fonctions éliminatoires et flatulences défient la pudeur, définie comme un sentiment préalable à la honte.

 

S'il reconnaît que d'un point de vue historique, la pudeur « a surtout été une affaire de femmes », l'écrivain se prend à souhaiter « une nouvelle conception de la pudeur [qui] puisse mettre fin à cette sexuation qui a le plus souvent contribué à une mutilation de la personnalité des femmes ».

 

Un opus véritablement magistral.

 

Apolline ELTER

 

Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées par Jean-Claude Bologne, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », septembre 2010, 402 pp. en noir et blanc au format 15,5 x 24 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 22 € (prix France)

 

Foire du Livre 2011 (logo).png

 

Jean-Claude Bologne sera, avec Élisa Brune (Le secret des femmes, Voyage au pays du plaisir et de la jouissance (Odile Jacob) et Rony Demaeseneer, l'invité du débat qui se déroulera au Cafffé, vendredi 18 février 2011 à 12 heures.

Les commentaires sont fermés.