04 03 11

Un festin de mots !

L'Eau à la bouche.gifDe cette poésie qu'elle définit comme sa « langue maternelle », Colette Nys-Mazure nous convie à un festin de textes issus de son anthologie personnelle : « Je me nourris de poèmes familiers ou étrangers et je leur rends grâce ».

 

Et l'écrivain, poète, essayiste, romancière, nouvelliste... d'introduire chacun des convives, avec cette grâce des mots simples, justes et vrais qui sont sa signature, et de tisser la nappe d'une tablée chaleureuse qui conjugue la chanson de… toile au présent poétique le plus actuel.

 

Hommage à des écrivains, poètes de toutes époques mais aussi de toutes nations –française, belge, marocaine, haïtienne, chinoise, anglaise, égyptienne, turque–, la « saison » que nous offre Colette Nys-Mazure honore aussi la mémoire d'artistes récemment disparus : Andrée Chedid, Serge Wellens et Pierre Étienne.

 

« Ces pages de poésie se voudraient viatiques pour les sédentaires comme pour les nomades qui peuvent toujours emporter un recueil en poche ou dans la mémoire. Elles proposent une flambée ordinaire. Puisse cette série susciter chez les plus jeunes comme chez les aînés l'envie de mordre à même la chair du poème. »

 

Que vous souhaiter de meilleur qu'une excellente dégustation ?

 

Apolline ELTER

 

L'Eau à la bouche. Poésie, ma saison par Colette Nys-Mazure, Paris, Éditions Desclée de Brouwer, collection « Littérature ouverte », février 2011, 150 pp. en noir et blanc au format 11 x 21 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 14 €

Écrit par Brice dans Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.