13 04 11

Killer Apps !

 

L'appel de l'ange.gifVous savez, lecteurs et lectrices vénérés, ce qui me gave par-dessus tout ? La paresse de la critique. Non, mais, je m’explique. Pour préparer cette petite chronique, je me fends d’une simple recherche sur Google. « L’appel de L’Ange, critique, Musso ». Histoire de voir ce que les autres en disent, yes ? No. Parce que mis à part les chiffres de vente, les comparaisons dépassées avec Marc Levy et les considérations plus ou moins esthétiques concernant la couverture de cet opus 2011 de l’œuvre de Guillaume Musso, j’ai toutes les difficultés du monde à découvrir, sous l’avalanche de poncifs et de raccourcis, une once de réflexion sur le texte. Et avec près de 400 pages au compteur, il y aurait à dire non ? Apparemment, cela n’intéresse pas trop… Comme si le succès, insolent j’en conviens – à voir les jeunes demoiselles se pâmer dans les allées du Salon du Livre de Paris, je propose à Guillaume de signer un accord promo avec Axe, l’effet semble garanti – devait définitivement éclipser le travail de l’écrivain. Eh bien, désolé, mais chaque année, moi, les mots, les phrases, les chapitres, du « nouveau Musso » je les lis avec attention… et avec énormément de plaisir.

Je ne vous cache pas que lorsque les premières infos ont filtré à propos de cet Appel de l’Ange, je me suis surpris à frétiller du cortex. De la bouche même de l’auteur, il s’apprêtait à quitter les rivages de la pure comédie romantique aux accents fantastiques, pour tailler la route vers les contrées du thriller. Un peu moins Serendipity et un peu plus Die Hard, cet Appel de L’Ange ? Hop hop hop, pas trop vite. Il est question ici d’une évolution… pas d’un bouleversement.

Dans sa première partie, l’aventure prend des atours classiques : un ancien chef superstar, cousin éloigné de Jamie Oliver, échange accidentellement son portable avec une jeune fleuriste, ancien agent de la police de Manchester. Technophiles distraits l’un comme l’autre, ils conservent une bonne partie de leur vie dans les entrailles de leur Smartphone. Poussés par la curiosité, sentiment humain s’il en est, ils vont fureter dans leur passé respectif. Et tomber sur un os…

Il fallait oser. Débuter cet Appel de l’Ange comme une comédie romantique – avec personnages secondaires attachants, décors de rêve, prémisses cousues de fil blanc – et soudain changer de braquet lorsqu’un des protagonistes se prend une balle dans la tête. Enfin… Fallait oser… Guillaume Musso devait oser, plus exactement. Et il ose avec intelligence, le bougre ! Lisez les cent premiers feuillets de ce roman et vous ne douterez pas une seconde de vous trouver en terrain connu. Conquis même. Et puis soudain, la brisure. Le choc. Les références qui se durcissent, les personnages qui se mettent à souffrir dans leur chair… Et les nuages qui s’accumulent, au fur et à mesure que le passé des deux héros enserre le présent dans ses tentacules poisseux.

Ce n’est pas encore Usual Suspect ou Les Affranchis, mais on sent Guillaume Musso tenté par l’idée d’entrer de plain-pied dans un univers sombre, de tisser le destin de personnages peu recommandables, voire totalement infréquentables. Ce qui le retient ? Sans doute son indécrottable optimisme, cet amour de l’être humain qui habite chacun de ses romans. Aussi tourmenté que soit le ciel chez Guillaume Musso, on devine que le soleil se cache quelque part, juste derrière l’averse. Et c’est sans doute pour cela que les lecteurs sont chaque jour plus nombreux à l’adorer… Même lorsqu’il massacre sans pitié une meute de chiens enragés !

 

Dr CORTHOUTS

 

L’Appel de L’Ange par Guillaume Musso, Paris, Éditions XO, mars 2011, 391 pp. en noir et blanc au format 15,5 x 24 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 20,90 € (prix France)

Commentaires

Ben ça alors! moi qui n'ai jamais rien lu de Guillaume Musso (peut-être à cause de la comparaison avec Marc Levy), voilà que vous me donnez envie de me plonger dans ce livre !

Écrit par : Brigitte Quertain | 14/04/2011

Je vais donc attendre encore quelques livres avant de lire Guillaume Musso.

Écrit par : Bernard | 14/04/2011

@ Brigitte : Vous pouvez y aller sans souci... Celui-ci est une vraie réussite !
@ Bernard : Certes... Mais l'attente risque encore d'être longue ;) Car je pense que la révolution totale n'est pas pour demain... Guillaume ne deviendra jamais James Ellroy ! Et tant mieux !

Écrit par : Dr Corthouts | 15/04/2011

Je suis très heureux plus qu'heureux à découvrir ce site . Je voulais à vous remercier pour votre pour ceux time pour cette merveilleuse particulièrement fantastique lire! J'ai vraiment apprécié aimé peu il et I ont également vous enregistré en tant que favori A voir Informations sur votre Site.

Écrit par : Lan | 08/07/2013

Les commentaires sont fermés.