25 04 11

De Bergues… mais pas seulement !

 

Gens du Nord.gifL’engouement pour le film Bienvenue chez les Ch’tis a relancé l’intérêt du public français pour les habitants du Nord de l’Hexagone, et c’est une bonne chose que d’avoir braqué le zoom sur une population aux traditions solidement ancrées, de rire, d’accueil et de convivialité certes, mais aussi de solidarité, de droiture et d’ardeur au travail.

 

C’est pourquoi nous ne saurions trop recommander la lecture des textes de celui qui fut le Zola des Flandres françaises, Maxence Van der Meersch (1907-1951), qui remporta notamment le prix Goncourt en 1936 pour L’Empreinte du dieu et le Prix de l'Académie française en 1943 pour Corps et âmes, un roman médical qui connut la consécration internationale et fut traduit en treize langues.

 

Son premier ouvrage, La Maison dans la dune (1932), dont l’action se situe dans le Westhoek, connut d’emblée un immense succès et fut adapté par trois fois au cinéma, en 1934, en 1952 et en 1988. Il fut notamment suivi de Quand les sirènes se taisent (1933), une sorte de Germinal d’inspiration catholique relatant une grève ouvrière dans l'industrie textile à Roubaix, d’Invasion 14 (1935) qui retrace les années d'occupation allemande dans le Nord de la France pendant la Première Guerre mondiale et de L’Empreinte du dieu, un drame familial et social dans le milieu des contrebandiers à la frontière belge.

 

L’auteur (qui est mort jeune, de la tuberculose) a par ailleurs rédigé, à partir de l’âge de 27 ans, une trilogie autobiographique intitulée La Fille pauvre dont le dernier volume fut publié après sa mort.

 

Ces romans – à l’exception de Corps et âmes qui, nous l’espérons, figurera dans une compilation ultérieure – ont été rassemblés récemment par les Éditions Omnibus dans un fort recueil intitulé Gens du Nord, que devraient, à notre avis, lire tous les fans du film de Dany Boon !

 

Bernard DELCORD

 

Gens du Nord (La maison dans la dune, 1932 ; Quand les sirènes se taisent, 1933 ; Invasion 14, 1935 ; L'Empreinte du dieu, 1936 ; La Fille pauvre, trilogie autobiographique en trois volumes : Le Péché du monde, 1934, Le Cœur pur, 1948 et La Compagne, 1955, posthume) par Maxence Van der Meersch, préface de Jacques Duquesne, Paris, Éditions Omnibus, janvier 2011, 1248 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,9 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 26 € (prix France)

Écrit par Brice dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.