21 05 11

Paradoxalement positif

 

Éloge du contraire.gifUn éloge du contraire ? Pourquoi pas ?

 

Philosophe – le contraire eût été étonnant – ami du paradoxe, de la marquise (de Sévigné – voilà qui ne peut que nous plaire) et de sa concierge – elle ne se prénomme point Renée – François Bott a, à son actif, une trentaine de publications, romans, récits, essais, carnets et portraits (Autobiographie d'un autre, Éloge de l'égotisme, Le cousin de la Marquise…)

 

Pour la collection des Éloges, dirigée par François Cérésa, l'écrivain se fait ici l'apôtre d'une certaine modestie. Une modestie qui fustige les donneurs de leçons, « l'arrogance des opinions et des certitudes. » : (...) toute vérité porte en elle son contraire, comme nous l'enseignent la marquise et Paul Valéry ; c'est pourquoi la vérité (sans majuscule) est forcément paradoxale ».

 

Sublime marquise qui déclara : « Je ne suis pas toujours de mon avis », dénonçant avec la verve délicieuse que nous lui connaissons, l'insoutenable grossièreté des avis tranchés.

 

Un Éloge du contraire, brillant et... paradoxalement positif.

 

Apolline ELTER

 

Éloge du contraire par François Bott, Paris, Éditions du Rocher, mai 2011, 106 pp. en noir et blanc au format 11 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12,90 € (prix France). Signalons la parution conjointe, chez le même éditeur, d'un Éloge de la vulgarité, signé Claude Cabanes.

Les commentaires sont fermés.