17 07 11

De véritables reconstitutions historiques

 

Quand les peintres peignaient l’histoire de France.gifEn parcourant Quand les artistes peignaient l’histoire de France par Béatrice Fontanel & Daniel Wolfromm, un magnifique ouvrage publié par Éditions du Seuil à Paris, le lecteur se voit convié à revivre aux premières loges les grandes heures de l’hexagone par l’entremise d’immenses toiles, œuvres remarquables de peintres du XIXsiècle et du début du XXe qui, pour académiques qu’ils fussent, savaient ce que représenter veut dire : Vercingétorix se rendant à César (Henri Paul Motte, 1886), Le baptême de Clovis (François-Louis Dejuinne, 1837), L’Excommunication de Robert le Pieux (Jean-Paul Laurens, 1875), La Bataille de Taillebourg (Eugène Delacroix, 1837), L’agitateur du Languedoc [1] (Jean-Paul Laurens, 1887), le sacrifice des Bourgeois de Calais (Ary Scheffer, 1819), L’Assassinat du duc de Guise (Paul Delaroche, 1834), L’Assassinat d’Henri IV (Charles-Gustave Housez, 1860), Louis XVI donnant des instructions à La Pérouse (Nicolas André Monsiaux, 1817), L’Assassinat de Marat (Jean Joseph Weerts, 1880), Le Coup d’État du Dix-huit Brumaire (François Bouchot,1840), Combat sur une voie ferrée (Alphonse de Neuville, 1874), La Grève au Creusot (Jules Adler, 1899), L’Armistice (Jules Adler, 1918)…

 

Mais aussi les invasions vikings, les croisades, la guerre de Cent ans, la victoire de Marignan, le massacre de la Saint-Barthélemy, les guerres de Vendée, la Commune, la Première Guerre mondiale…

 

Pour chaque œuvre présentée, les auteurs se sont enquis d’éclaircissements auprès d’historiens de grand format, spécialistes de l’époque : Maurice Agulhon, Didier Busson, Denis Crouzet, Jacques Le Goff, Christian Goudineau, Danielle Haase-Dubosc, Guy Lobrichon, Antoine Prost, Pierre Riché et Michel Vovelle.

 

Un album superbement passionnant !

 

Bernard DELCORD

 

Quand les artistes peignaient l’histoire de France par Béatrice Fontanel & Daniel Wolfromm, Paris, Éditions du Seuil, mars 2011, 144 pp. en quadrichromie au format 24,5 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 25 € (prix France)



[1] Il s’agit du procès devant l’Inquisition du moine franciscain Bernard Délicieux, poursuivi en 1319 pour avoir dénoncé les manigances des inquisiteurs bénédictins d’Albi ; il mourra dans un cachot en 1320, des suites des tortures qu’il aura subies.

Écrit par Brice dans Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.