10 10 11

Avant-Première de Choix !

Vertiges

 

De Franck Thilliez

 

Editions Fleuve Noir

 

thilliez_vertige.jpgCertains secrets sont inavouables, mais serions-nous prêts à mourir pour les cacher?


Un homme se réveille au fond d'un gouffre, au coeur d'un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune. Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s'imposera, impérieuse : jusqu'ou faut-il aller pour survivre ?

 

Y a du pervers dans le Thilliez ! Cela ne fait plus aucun doute. A la lecture du quatrième de couverture ci-reproduit avec toute l’attention  voulue, les influences de ce nouveau roman du « noir saigneur du nord » semblent évidente : la série Saw ! Hostel ! Cube ! Mais cela serait trop facile… Je vous le dis, Franck Thilliez est tordu… Et on adore cela !

Dans Vertige, il s’éloigne résolument des contrées du polar glauque, il abandonne durant quelques centaines de pages le destin de son commissaire Sharko et de sa compagne d’infortune, la demoiselle Henebelle,  pour plonger tête la première dans la noirceur d’un thriller pur jus. Avec le temps, l’écriture de Franck a pris de l’assurance… Et il ose aujourd’hui « dévisser » et se lancer dans le vide, sans la ligne de secours que constitue la squelette rassurant d’une intrigue policière. Mieux, il forge un huis-clos, un jeu de dupe à trois personnages, une quasi unité de lieu… Sans que jamais le rythme ne faiblisse, l’intérêt ne s’étiole. Avec une science consommée du suspense, le nordiste s’appuie sur des personnages solidement charpentés, aux réactions totalement réalistes et atrocement humaines.

Il y a du Stephen King et du Serge Burssolo dans ce type là ! Et je n’aborderai même pas la chute du roman qui, sans avoir l’air d’y toucher, oblige le lecteur à s’interroger sur tout ce qu’il vient de lire ! Un tour de force que l’on associe généralement aux longs métrages de cinéma… mais que Thilliez parvient à transposer sur le page écrite avec brio et cohérence.

Un coup de maître pour un auteur qui n’a pas fini de nous surprendre.

 

Dr  Corthouts

Écrit par Christophe Collins dans Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.