23 01 12

Boissons célestes

Les bières trappistes.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la newsletter de janvier 2012 des guides gastronomiques belges DELTA avant d'être mise en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Il n'existe que sept bières trappistes au monde, et six sont belges (trois wallonnes, la Chimay, l'Orval et la Rochefort, et trois flamandes, l'Achel, la Westmalle et la Westvleteren, la dernière, La Trappe, étant brassée aux Pays-Bas par les moines de Koningshoeven).

À ne pas confondre avec les bières d'abbaye (élaborées à partir d'une recette monastique), les bières trappistes (fabriquées par des moines de l'ordre éponyme) connaissent un succès phénoménal, en Belgique comme à l'étranger, et portent bien haut l'étendard brassicole de notre pays.

Mais qui sont les trappistes  ? Et comment obtiennent-ils ces breuvages divins ?

  L'ordre cistercien a été fondé au VIe siècle par saint Benoît. Plusieurs communautés de moines se sont développées par la suite sous l'égide des Cisterciens. Une de ces communautés est l'ordre trappiste. Le nom « trappiste » remonte au XIIe siècle. En 1140 fut fondée l’Abbaye du Breuil-Benoît de la congrégation de Savigny. Elle se nommait d’abord Maison de Dieu, puis la Trappe (en référence au langage de la région du Perche, dans lequel le mot «  trappe » désignait les marches qu’il fallait descendre pour aller pêcher le poisson dans les étangs). C'est de là que vient l'appellation «  trappiste ».


En 1663, l'Abbé de Rancé (Armand Jean Le Bouthillier de Rancé 1626-1700), directeur du monastère de La Trappe, décide de réformer l’ordre des Cisterciens, en renforçant la discipline. La sévérité de l'ordre est bientôt connue dans tout le pays et les adhérents de la stricte observance sont désignés sous le nom de trappistes. Après le concile Vatican  II, certains monastères trappistes obtiennent le droit de relâcher leur discipline. Ceux qui continuent à observer la règle de la stricte observance sont parmi les plus austères de l'Église catholique romaine.


La vie quotidienne y est dédiée à la prière, à la lecture et au travail manuel.


Les moines travaillent et prennent leurs repas dans un silence absolu et ne mangent ni viande, ni poisson, ni œufs. De Rancé interdisait le travail intellectuel, mais aujourd'hui les trappistes encouragent l'étude.

Le spécialiste Jef van den Steen a visité toutes les abbayes trappistes et esquisse leur histoire dans Les bières trappistes, des saveurs et des lieux paru à Bruxelles aux Éditions Racine, un ouvrage savoureux dans lequel les frères brasseurs qui gardent jalousement le secret de leurs brassins emmènent le lecteur à travers leurs installations et lui révèlent les parfums, les couleurs et les saveurs de leur production.

Et, pour la première fois, on y découvre aussi quelques-uns des secrets de l'abbaye néerlandaise de Koningshoeven et de sa bière La Trappe, couronnée du logo Authentic Trappist Product depuis quelques années.

Un livre à siroter des yeux !

Bernard DELCORD

Les bières trappistes, des saveurs et des lieux par Jef Van den Steen, photographies de Jan Crab, Bruxelles, Éditions Racine, novembre 2011, 224 pp. en quadrichromie au format 23 x 27 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,95 €

Écrit par Brice dans Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.