30 03 12

La petite maman

    9782234071766.jpg  Année de transition pour Tracey Charles, onze ans. L'attachante gamine, qui vit dans le « neuf trois », va devoir jongler entre l'entrée au collège, la naissance de Saïa - sa petite soeur née d'une union entre sa maman portugaise et son beau-père japonais, les amours de son père agoraphobe avec Aminata la femme de ménage de l'immeuble, son premier vrai départ en vacances au delà du périphérique, sa nouvelle coupe de cheveux, le délitement de son amitié avec Cosimo, mais aussi ses premiers émois amoureux avec Rabah.

      Une enfant très intelligente, vive, drôle, entière, que la violence du quotidien avec sa mère, le divorce de ses parents, la pathologie de son père, ont obligée à grandir trop vite. Une adulte dans un corps d'enfant. Une petite maman pour sa soeur Saïa. Une enfant protectrice pour son papa. Une mère à la place de sa mère.

      Et quand le quotidien devient trop lourd, inquiétant, Tracey a un Dieu vers lequel se tourner : le chiffre Huit, auquel elle voue un véritable culte. «  Ô mon chiffre Huit, apaise mon sang qui bouillonne, mes nerfs qui grésillent et ma tête qui bourdonne. » Un soutien précieux et secret.

      Mais si très tôt elle doit endosser bien des responsabilités, apprendre à se gérer seule, elle n'a pas perdu sa candeur, sa fraicheur, son espièglerie, sa capacité d'émerveillement. Bien au contraire! Tracey nous entraine dans sa farouche joie de vivre, dans le sillage de ses rires, de son espièglerie. Et de rire aux larmes avec elle. Un humour qui permet à l'auteur d'aborder des thèmes comme la maltraitance, le divorce, l'intégration, le conflit des religions et des générations, la maladie psychologique, sans jamais s'appesantir. Un véritable tour de force.

 

      Alors cette année, belle ? Belle, assurément. Et même très très belle, à plus d'un titre. Car Cypora Petitjean-Cerf sait comme personne sublimer chaque petit bonheur du quotidien, faire percer le soleil dans les ciels gris, fleurir les sourires derrière les rideaux de larmes, rire de ce qui d'ordinaire accable, mais aussi et surtout, faire germer l'espoir en des sols à priori infertiles.

      Dire que j'ai aimé ce roman est bien trop faible : je l'ai adoré, adopté, dévoré... à moins que ce ne soit lui qui m'ait dévorée! Lisez-le, et alors Tracey deviendra pour vous aussi, cette gamine au coeur d'or que vous adopterez dans le vôtre. Une enfant qui vous accompagnera, longtemps, après avoir refermé le livre...

La belle année, de Cypora Petitjean-Cerf. Editions Stock, Février 2012, 317 P., 19,50€

Karine FLEJO

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.