11 06 12

Vous avez dit bonheur?

9782081278943.jpg

      « Mon indépendance financière, mon indépendance tout court, avait été et restait une règle, que dis-je, le socle de mon parcours de vie. » (P23). La quarantaine passée, la narratrice, divorcée et sans enfant, n'entre pas dans la « norme », celle que lui renvoient ses proches, amis comme famille. Pour eux, il est urgent qu'elle réagisse, se prenne en mains. L'horloge biologique tourne, la vie de solo n'est pas une vie. Certes, elle a socialement bien réussi, a un travail passionnant et prenant, mais sa vie privée? Pas de compagnon, pas de bébé, donc une vie privée qui rime pour eux avec privée de vie. Pourtant les exemples que ces couples lui offrent, à commencer par ceux de ses deux meilleurs amis, Marc et Ben, ne sont pas enviables.

      Elle prend donc le parti de les laisser dire, sûre de savoir ce qui est bon pour elle, dussent les autres ne pas comprendre ses choix. Jusqu'à ce qu'une rencontre ébranle ses jolies certitudes... Dès lors, elle perd sa légendaire sérénité. Une belle impatience la gagne. L'attente d'un signe de Lui mobilise toute son attention, cristallise toutes ses pensées.

      Au même moment, la maladie frappe Marc. Le pronostic vital est engagé. Le trio amical se resserre et fait front. Et les priorités de l'héroïne de changer. Il devient urgent de vivre. Urgent d'aimer aussi?

 

      Dans ce court roman, Annie Lemoine balaie les diktats de la société : la maternité est-elle un devoir, une « fatalité » pour toute femme, sauf à passer pour suspecte? La vie de couple est-elle LA seule voie de l'épanouissement? Et si nous étions la meilleure des compagnies pour nous-mêmes? Mais au fait, que valent nos certitudes?

      Un roman agréable sur ce bonheur de vivre auquel nous aspirons tous.

La belle impatience, Annie Lemoine. Éditions Flammarion, avril 2012, 177 P., 17€.

Karine FLEJO

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.