01 07 12

So exciting!

Les Mystères du West End.gifRivale en son temps d'Agatha Christie, la femme de lettres britannique Margery Allingham (1904-1966) a donné naissance en 1929 au personnage d'Albert Campion – un détective aussi excentrique que génial et aux antipodes d'Hercule Poirot – qui apparaît dans dix-sept romans et de nombreuses nouvelles.

Après avoir édité en 2010 La Maison des morts étranges, les Éditions Omnibus à Paris viennent de faire paraître, une nouvelle fois préfacé par le grand spécialiste des choses d'outre-Manche qu'est l'écrivain et scénariste François Rivière, un deuxième recueil des œuvres de Margery Allingham, Les Mystères du West End et autres aventures d'Albert Campion, qui rassemble cinq romans passionnants : Mort d'un fantôme (paru en 1934), La mode est au linceul (1938), Les deniers du traître (1941), La nuit du tigre (1952) et Il n'est pire sourd (1958).

Décrit physiquement comme un jeune homme mince, rasé de près, aux cheveux filasses et aux yeux clairs cachés derrière d'énormes lunettes d'écailles, Albert Campion brille par son intelligence et sa perspicacité, certes, mais aussi par sa voix légèrement de fausset et son bavardage humoristique et absurde, des traits banals et une silhouette dégingandée qu'il promène cette fois dans les milieux artistiques ou dans les coulisses de la haute couture, dans les bas-fonds les plus sordides de la capitale du Royaume-Uni et dans les salons huppés de l'aristocratie British pour des enquêtes où l'humour le dispute au mystère et l'ingéniosité au suspense.

Pour le plus grand plaisir des aficionados du genre !

Bernard DELCORD

Les Mystères du West End et autres aventures d'Albert Campion par Margery Allingham, préface de François Rivière, Paris, Éditions Omnibus, juin 2012, 1120 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie et à rabats, 28,00 € (prix France)

Les commentaires sont fermés.