23 07 12

Les illusions perdues

Les séparées, de Kéthévane Davrichewy

Editions Sabine Wespieser, 2012

 

Les illusions perdues.

 

     Dix mai 1981. Sur l'écran de télévision , le visage victorieux de François Mittérand apparaît. Cécile, venue passer la soirée chez Alice, assiste à la liesse. Les deux jeunes filles, alors collégiennes, se sentent peu concernées par cette euphorie. Elles ont leur monde à elles, leur passion pour l'art, la musique, la littérature, leurs projets artistiques communs. Elles partagent tout, se comprennent au premier regard, unies par des liens que rien ni personne ne semble pouvoir rompre. Une amitié fusionnelle qui forme un cocon doux et protecteur. Plus que des amies, ce sont des « âmies-soeurs ».

 

    41TeGjSK1pL._SL160_.jpg Dix mai 2011. A l'approche de la cinquantaine, les deux femmes traversent de difficiles épreuves. Alice vient de se faire quitter par son mari, juste après avoir perdu son emploi. Divorcée, Cécile est à l'hôpital, plongée dans le coma. Mais elles ne sont plus là l'une pour l'autre. La philosophale amitié qui les liait s'est délitée. Que s'est-il passé? Comment des liens d'une telle force, une amitié vieille de trente ans, peuvent-ils se défaire? Quand cela a t-il commencé? Par la faute de qui? Y a t-il seulement un ou une coupable?

     Dès lors, comment grandir sans l'autre? Comment se construire amputée de sa présence et de sa si forte affection?...

     Si les liens sont coupés, les pensées qu'elles nourrissent l'une envers l'autre, elles, sont toujours aussi prégnantes. Depuis son lit d'hôpital, Cécile tente de comprendre l'incompréhensible. Assise à la terrasse d'un café, Alice s'efforce de son côté de mettre des mots sur l'indicible. Tandis que chacune rembobine le fil de son existence, remonte aux sources de leur amitié, des joies et des peines qui l'ont émaillée, apparaissent des non-dits, des secrets et cachotteries, des malentendus, vécus différemment par chacune. Tout ces petits grains de sable qui, peu à peu, ont grippé les rouages de leur amitié amoureuse. Tout ce qui, au fil du temps, a rendu leurs illusions illusoires.

     Dans ce roman choral à deux voix, Kéthévane Davrichewy aborde avec beaucoup de finesse, de justesse et de sensibilité, le thème peu traité de la rupture amicale. Ou comment les sentiments que l'on croyait indéfectibles agonisent. Une rupture à laquelle on n'est guère préparé. Car si on espère que l'amour s'inscrira dans la durée, on imagine volontiers l'amitié inscrite dans l'éternité. La désillusion n'en est que plus douloureuse...

     Un roman bouleversant, rédigé de haute plume, dont on notera de surcroît l'admirable construction. A lire. Absolument.

Les séparées, de Kéthévane Davrichewy. Editions Sabine Wespieser, 2012. 181 P., 18€.

Karine FLEJO

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.