30 09 12

Le sublime Sollers !

 

sollers sublime.jpgDans ce livre de poche, l'éditeur reprend un texte et trois entretiens inédits de Philippe Sollers et Aliocha Wald Lasowski sous le titre « L'art du sublime »; un titre qui convient si bien au monde de Philippe Sollers ! J'y ai trouvé comme toujours des références, des citations à d'autres qui sont de petits diamants. Par exemple ces deux citations de Van Gogh : « La résignation est ma bête noire » et « Ce qui va rester en moi, c'est la poésie austère de la bruyère et de l'herbe » ! Superbes réflexions. Parcourons les pages et je recopie ce que j'ai marqué : « Au lieu de dire tout le temps que le temps passe, il nous faudrait pouvoir dire qu'il surgit. ». Un peu plus loin, une remarque que j'ai transmise à Amélie Nothomb lors de notre rencontre et qui n'a pu qu'approuver mille fois : « En somme, l'écrivain n'a d'identité qu'intermittente » ! Et aussi ceci « L'artiste regagne, d'année en année, l'innocence enfantine du simple et du profond. » ainsi que « Dans une œuvre d'art digne de ce nom, vous avez à boire, à manger, à toucher, à voir, à écouter, etc. Vous avez les cinq sens. Si vous en supprimez un, si vous vous fixez simplement à l'œil, au piège optique, de nombreuses dimensions culturelles ne sont pas relayées, sauf de façon élémentaire, par une parole vraiment inspirée. » Ainsi au fil de ces entretiens, nous retrouvons tout ce qui fait le talent de Sollers et force notre admiration. « Je ne vis pas à l'ombre des jeunes filles en fleurs, je vis au soleil des femmes qui sont des fleurs ». Et puis comme une sorte de conclusion cette réflexion pêchée cette fois dans la préface écrite par Sollers lui-même pour le livre d'Italo Calvino « Pourquoi lire les classiques ? » : « L'infini de la littérature, malgré la nature et la mort, continue de surplomber l'existence. » Comment ne pas aimer cette idée !

 

Jacques MERCIER

 

« L'art du sublime » essai, Philippe Sollers, suivi de trois entretiens inédits de Aliocha Wald Lasowski avec Philippe Sollers; Édition Agora-Pocket, 2012. 192 pp. Disponible en numérique www.pocket.fr

Les commentaires sont fermés.