25 12 12

Des foudres de guerre...

Les Mercenaires.gifAprès avoir ressorti en 2011 Les Centurions [1] de Jean Lartéguy (dont l’édition originale date de 1960), les Presses de la Cité à Paris ont remis Les Mercenaires sur le métier (le roman avait paru en 1954 sous le titre Du sang sur les collines), et c'est une bonne nouvelle pour les amateurs de récits pleins de sang, de sueur et de larmes.

On se souviendra qu'ancien officier de commandos dans l’Armée française de libération durant la Seconde guerre mondiale puis correspondant de guerre du Paris Match de la grande époque, Prix Albert Londres 1955, Jean Lartéguy, narrateur remarquable, couvrit successivement la révolution d'Azerbaïdjan (1945), les conflits de Palestine (1948, 1956, 1967), de Corée (1950-53), d’Indochine (1946-54), d’Algérie (1954-62) puis du Viêt Nam (1959-65) et enfin différentes révolutions en Amérique Latine (années 60-70).

Dès l'incipit, l'auteur donne le ton : « Les mercenaires que j'ai rencontrés et dont parfois j'ai partagé la vie combattent de vingt à trente ans pour refaire le monde. Jusqu'à quarante ans, ils se battent pour leurs rêves et cette image d'eux-mêmes qu'ils se sont inventée. Puis, s'ils ne se font pas tuer, ils se résignent à vivre comme tout le monde, mais mal, car ils ne touchent pas de retraite, et ils meurent dans leur lit d'une congestion ou d'une cirrhose du foie. Jamais l'argent ne les intéresse, rarement la gloire, et ils ne se soucient que fort peu de l'opinion de leurs contemporains. C'est en cela qu'ils diffèrent des autres hommes ».

Ces mercenaires au destin héroïque et pitoyable sont le capitaine Lirelou, ses camarades et son mentor Faugât, un Auvergnat communiste rencontré en 1936 dans les Brigades internationales durant la guerre d'Espagne. On suit ces hommes sur les principaux théâtres de guerre du milieu du XXe siècle, de la guerre d'Espagne à la Seconde Guerre mondiale dans les premiers commandos parachutistes, puis en Indochine au sein d'un maquis contre le Viêt-Minh, jusqu'à la guerre de Corée où des Français combattirent sous mandat de l'ONU.

Loin d'être une apologie de la guerre, ce texte apporte une réflexion sur les thèmes de l'engagement, de la résistance, de la fidélité à ses camarades et du sens de l'honneur du soldat pour qui parfois la désobéissance est la seule façon de rester fidèle à ses engagements [2].

C'est le roman de la fierté nationale déçue, des énergies qui n'ont pas trouvé leur emploi, des sacrifices sans foi et sans cause. Plus encore que les centurions, ces mercenaires sont pour la plupart des aventuriers à l'état pur, inoubliables figures d'hommes, les fils maudits d'un siècle de violence...

Bernard DELCORD

Les Mercenaires par Jean Lartéguy, Paris, Presses de la Cité, novembre 2012, 443 pp. en noir et blanc au format 14 x 22,5 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 21,50 € (prix France)


[1] http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/archive/2011/12/18/un-grand-roman-a-la-kessel.html

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mercenaires_%28roman%29

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.