20 01 13

Histoires des origines...

Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine.gifQui n'a jamais entendu parler des dieux de l'Olympe, des exploits d'Hercule, des voyages de Jason et d'Ulysse, de Thésée affrontant le Minotaure dans le Labyrinthe, d'Achille traînant le corps d'Hector sous les remparts de Troie, d'Enée traversant les Enfers ?

Des noms qui font rêver, des aventures prodigieuses, pleines de merveilles, de bruit et de fureur mais dont on ne connait pas toujours les détails.

Comblant ce vide, le très complet (1024 pp., 330 entrées, 1000 textes de 70 auteurs [1], 9 cartes et 8 généalogies) Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine illustré par les récits de l'Antiquité, un fort intéressant ouvrage collectif rédigé sous la direction d'Annie Collognat et publié par les Éditions Omnibus à Paris, rappelle combien la mythologie gréco-romaine est constituée d'un ensemble foisonnant de belles histoires imbriquées les unes dans les autres, remarquables de cohérence dans leur apparente diversité, car elles cherchent à donner un sens et un ordre aux mystères du monde.

Constamment repris et réutilisés depuis l'Antiquité dans la littérature comme dans les arts, ces récits fabuleux n'ont jamais cessé d'irriguer notre culture occidentale.

Un passionnant retour aux sources !

Bernard DELCORD

Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine illustré par les récits de l'Antiquité, ouvrage collectif sous la direction d'Annie Collognat, Paris, Éditions Omnibus, octobre 2012, 1024 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs et à rabats, 30 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage fort savant la notice suivante :

BACCHUS

Bacchus est honoré à Rome et dans les campagnes d'Italie comme dieu agraire : il protège la vigne. Les Romains ont repris aux Grecs non seulement l'histoire de Dionysos, mais encore une de ses épithètes, Bacchos, pour désigner ce dieu. Ils l'assimilent à une divinité italique, Liber pater. Représenté sous les traits d'un homme barbu d'âge mûr, Liber favorise la fertilité des champs : une année de famine, au début de la République, les livres sibyllins ordonnent aux Romains d'adopter le culte d'une triade divine, Cérès, Liber, Libera, dont les attributions reprennent celle de la triade grecque Déméter-Dionysos-Coré, qui protège les moissons et les autres récoltes. Comme chez les Grecs, la fertilité des champs est liée à la fécondité des hommes, donc à la sexualité.

Les auteurs chrétiens sont scandalisés par les indécences du culte de Liber en Italie : on y exhibe un phallus.

Les fêtes nocturnes en l'honneur de Bacchus connaissent beaucoup de succès mais suscitent rumeurs et scandales. Plus sans doute pour leur caractère exotique et anarchique que pour des raisons morales. Le Sénat romain interdit donc les Bacchanales en 186 avant J.-C. Les mystères célébrés autour de Bacchus-Dionysos, initiation qui assure le salut de l'âme après la mort, gardent pourtant de nombreux adeptes, en particulier dans les cercles orphiques.

Ovide développe une version originale de la relation entre Bacchus et Ariane, et raconte dans les Métamorphoses deux épisodes moins courants de la légende. Attaqué par des pirates tyrrhéniens lors d'un voyage à Naxos, Bacchus les change en dauphins. À la recherche de son ami Silène, il obtient l'aide de Midas pour le retrouver, et le récompense en lui accordant la réalisation de son vœu le plus cher.


[1] D'Homère, d'Ésope, de Sophocle, d'Aristophane, d'Eschyle, d'Euripide, d'Hérodote, d'Hippocrate, d'Aristote, de Platon, de Xénophon, de Sappho, de Virgile, d'Ovide, d'Horace, de Pline l'Ancien, de Tite-Live, d'Apulée, de Cicéron, de Plutarque, de Sénèque, de Pétrone, de saint-Augustin, entre autres.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.