21 01 13

Un artiste mythique…

Hopper.gifC'est le 28 janvier 2013 que s'achèvera aux Galeries du Grand Palais à Paris l'exposition consacrée à l'essentiel de l'œuvre du peintre new-yorkais Edward Hopper (1882-1967) qui marqua le XXe siècle d'une empreinte profonde avec notamment  The Wine Shop (1909), Road in Maine (1914), Girl at Sewing Machine (1921), New York Pavements (1924), House by the Railroad (1925), Automat (1927), Hotel Room (1931), New York Movie (1939), Nighthawks (1942), Summertime (1943), Pennsylvania Coal Town (1947), Office in a Small City (1953), Western Motel (1957), People in the Sun (1960), Two Comedians (1965), des représentations de la vie quotidienne oscillant entre réalisme, onirisme et intériorité et qui expriment la nostalgie d’une Amérique passée, ainsi que le conflit entre nature et monde moderne.

À ceux qui l'ont vue, à ceux qui la visiteront et à ceux qui l'auront manquée, nous ne saurions trop recommander le remarquable petit ouvrage de son initiateur, l'historien d'art Didier Ottinger, intitulé Hopper Ombre et lumière du mythe américain, paru aux Éditions Gallimard dans la collection « Découvertes », qui rassemble et commente une centaine de documents allant des toiles de jeunesse du peintre à ses plus grandes œuvres en passant par ses illustrations commerciales, ses gravures, des photographies, des documents d'archives, des tableaux de comparaison avec d'autres artistes…

Un véritable régal !

Bernard DELCORD

Hopper Ombre et lumière du mythe américain par Didier Ottinger, Paris, Éditions Gallimard, collection « Découvertes Gallimard », septembre 2012, 128 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 13,60 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.