14 02 13

Les chercheurs d'éternité !

 

120928 Chercheurs d'éternité  - communiqué de presse - Copie.pdf - Adobe Reader.JPGUne incroyable épopée d'aujourd'hui nous est racontée de l'intérieur et nous ne pouvons qu'être enthousiasmés par ce livre. Il s'agit dans "Les chercheurs d'éternité" de Johan-Frédérik Hel Guedj de nous livrer de A à Z la construction et l'installation de la première station polaire zéro Émission en Antarctique. L'auteur nous donne le récit de cette incroyable aventure menée sous la direction d'Alain Hubert. Nous vivons les premiers survols en biplan du lieu jusqu'à l'inauguration rocambolesque de la station. Alain Hubert écrit dans la sa préface à propos de "Princess Élisabeth" : "Son existence est celle d'un éclaireur : elle ouvre des voies nouvelles, elle déchiffre un territoire encore largement vierge et, en auscultant l"Inlandsis, le continent antarctique, elle décrypte l'avenir de la planète, ses chances et ses dangers." La présentation personnelle de l'auteur, au début du récit, donne tout de suite le ton de l'ouvrage passionnant et qui ne manque pas d'humour : "Je fuis le froid. J'étudie à l'air stable des bibliothèques. Je gagne ma croûte à la chaleur des fourneaux." C'est comme une énigme du sphinx ! L'auteur va s'insérer dans l'histoire comme cuisinier et comme un descendant du baron Gaston de Gerlache de Gomery, qui conduisit l'expédition de la base Roi Baudouin en 1957 ! Cela nous vaut la découverte d'un testament et de ses codicilles, dignes d'une histoire de Tintin. Il y a bien sûr une énigme, une histoire de chiens retrouvés morts... L'auteur tient une sorte de journal de bord et lit parfois en parallèle, précisément, les archives de 1957. On découvre des personnalités pittoresques à bord du cargo, tel le "Révérend" qui aime philosopher et dit : "La connaissance vient à celui qui ne cherche pas à comprendre." On est à l'intérieur de l'aventure, réellement. Nous vibrons à la lecture de "66 degrés 33 minutes 44 secondes : Nous avons franchi le cercle polaire" ! On est émus par le discours de bienvenue d'Alain Hubert, couvert d'un bonnet vert à pompon et qui rappelle les règles sur place : "Ici, c'est le socle du monde. Je vous invite à respecter trois règles : veillez sur vous-même, veillez sur les autres et ne faites jamais rien seul" ! On vit donc le voyage, la construction, l'installation. Avec tout ce qu'on peut imaginer, et bien plus ! "Quand le vent souffle, c'est le vacarme. Le vent est un boxeur aux mille poings qui frappe sur la toile tendue et possède un jeu de jambes et une allonge d'enfer." Bien sûr on découvre au détour d'une des merveilleuses pages la signification du titre : "Quand le soleil est à la même hauteur sur l'horizon, on ne sait plus s'il est midi ou minuit. Dès lors, il n'y a plus d'heure. Dès lors, au Pôle, on ne cherche plus l'éternité, on l'a trouvée !" Enfin, après tant de péripéties, prosaïques parfois, en février 2008 : "La carène s'habille. Le ventre voûté se pare de reflets. Les courbes s'allongent et s'affinent" et en mars : "L'échafaudage démonté, elle étire ses jambes blanches. un jeu de miroir entre le ventre en inox, la neige et les montagnes. Un vaisseau spatial en sustentation quelques mètres au-dessus des rochers d'une planète"... Et puis aussi une escalade magnifique, un retour à Bruxelles, un coup de théâtre dans le testament... J'aime cette description de notre grand aventurier maître d’œuvre : "Mister Alain Hubert n'est pas puritain, il est réservé. Il n'est pas contre la fête, il est contre l'excès. Le seul qu'il connaisse, c'est l'excès d'effort". Suivez ce récit extra-ordinaire de ces chercheurs d'éternité, vous y trouverez ce supplément d'âme qui manque tellement au quotidien de nos vies enfouies dans le bruit et la vitesse !

 

Jacques MERCIER

 

"Les chercheurs d'éternité" par Johan-Frédérik Hel Guedj, Genèse Édition, 288 pp, Format 15X23 cm, 24,50 euros.

 

 

Les commentaires sont fermés.