28 04 13

Gourmandises campagnardes

La cuisine est dans le pré.gifLe texte ci-dessous a paru dans la newsletter de mars 2013 des guides gastronomiques belges DELTA avant d'être mise en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Présentant 52 recettes à base de plantes sauvages comestibles et médicinales à glaner dans la nature, le petit ouvrage de François Couplan intitulé La cuisine est dans le pré paru aux Éditions Soliflor à Bruxelles vient à point nommé pour le retour des beaux jours.

Chaque plante, classée par mois de sa floraison, est illustrée en couleurs et décrite en détail sur le plan botanique, ses utilisations sont précisées et une recette surprenante proposée.

Grâce à l'auteur, directeur du Collège Pratique d'Ethnobotanique, vous pourrez ainsi préparer de la liqueur d'arbouse, du vin de violette, des canapés d'alliaire, des fleurs confites de tussilage, une soupe de plantain, un pesto d'orties aux noix, un tartare de criste-marine, de la racine de bardane sautée au gingembre, du coquelicot à la bourbouillade, un gombo de mauve sylvestre, des jets de houblon à la sauvage, un risotto de salicorne, un curry de millet au chutney d'épine vinette, des escalopes de tofu aux pousses d'épicéa, du riz pressé à l'égopode, une fondue végétale aux feuilles de tilleul, un pâté de glands, des navets au genièvre, des chiques de sureau noir, de la panna cotta à l'aspérule, de la confiture crue de cornouilles, un flan de myrrhe odorante ou du yaourt glacé au sureau rouge...

Original, n'est-il pas ?

Bernard DELCORD

La cuisine est dans le pré par François Couplan, Bruxelles, Éditions Soliflor, novembre 2012, 167 pp. en quadrichromie au format 15 x 15 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 15 €

Pour vous, nous avons extrait de cet ouvrage très utile les quelques lignes suivantes, bien de saison :

Le pissenlit

Le pissenlit est certainement la plante sauvage la plus récoltée dans nos régions. À juste titre : il pousse dans le moindre pré, il est facile à reconnaître avec ses touffes de feuilles dentées et ses célèbres fleurs jaunes, et il ne manque pas d'intérêt. Sa richesse nutritionnelle est remarquable (deux fois plus de vitamine C que les agrumes, autant de provitamine A que la carotte, davantage de calcium que le lait, plus de fer que les épinards) et ses vertus médicinales favorables au foie peuvent être mises à profit en le mangeant en salade ou comme légume.

Son amertume plus ou moins prononcée est signe de propriétés dépuratives que l'on peut mettre à profit au sortir de la saison froide, et même toute l'année.

Où trouve-t-on la plante ?

Le pissenlit abonde dans les prairies, les jardins, les friches, les bois clairs et les chemins.

Usages alimentaires

Les feuilles se mangent crues, en salade et forment, cuites, un excellent légume. La racine de pissenlit est appréciée au Japon, sautée dans un peu d'huile avec de la sauce de soja, ou bien en beignets. Torréfiée comme la racine de chicorée, c'est un bon succédané du café. Les boutons floraux peuvent être ajoutés crus aux salades ou conservés dans le vinaigre comme les câpres. Les capitules égayent les plats de leur splendide jaune d'or. On en prépare un « vin » et un « miel », en fait un sirop épais, jaune et parfumé.

Usages médicinaux

La plante entière fortifie l'estomac, aide le foie à éliminer et se montre dépurative, laxative et diurétique.

Description

Nom latin : taraxacum officinale.

Aspect : plante vivace de 3 à 50 cm, renfermant dans toutes ses parties un latex caoutchouteux de couleur blanche.

Tige : hampe florale simple, creuse, rosée, glabre, totalement dépourvue de feuilles.

Feuilles : en rosette, généralement divisées en lobes aigus dirigés vers le bas, parfois seulement plus ou moins dentées, voire même presque entières.

Fleurs : toutes ligulées, d'un jaune d'or, réunies en capitules entourés de bractées allongées et aiguës, solitaires à l'extrémité de la hampe florale.

Fruits : secs, allongés, terminés par un bec très fin surmonté d'une aigrette, formant une boule duveteuse.

Pissenlit aux graines croustillantes

Ingrédients :

100 g de racines de pissenlit

30 g de graines de courge

30 g de graines de tournesol

l cuiller à soupe de tamari

400 g de feuilles de pissenlit

1cuiller à soupe de vinaigre de vin

l cuiller à soupe d'huile d'olive

1 cuiller à soupe d'huile de colza

Sel.

Recette :

Coupez les racines de pissenlits en rondelles et faites-les griller dans une poêle.

Ajoutez les graines de courge et de tournesol et faites-les griller.

Ajoutez le tamari hors du feu, remuez et réservez.

Coupez les feuilles de pissenlit et mettez-les dans un saladier.

Ajoutez les racines et les graines, le vinaigre, l'huile et le sel.

Remuez et dégustez.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.