14 07 13

Meurtres poétiques...

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 6 juillet 2013 de l'édition belge du magazine Marianne :

La vengeance de Baudelaire.jpgEnfin publié en français (à Paris et à Québec) et prochainement en anglais (à New York), l'extraordinaire polar flamand –qui remporta en 2007 le Prix Hercule Poirot du roman à suspense décerné sous l'égide de l'hebdomadaire Knack– de Bob Van Laerhoven, le Joseph Kessel du Plat Pays (il a roulé sa bosse sur tous les champs de bataille de la planète entre 1990 et 2005) intitulé La vengeance de Baudelaire est appelé à un bel avenir, tant ses qualités sont immenses.

En voici le pitch : Paris, septembre 1870, guerre franco-prussienne. Les premiers obus tombent sur la ville assiégée. Les ouvriers meurent de faim. L’aristocratie se réfugie dans des orgies et des séances de spiritisme. Pris au piège comme des rats, les Parisiens se passionnent toutefois pour une série de meurtres horribles qui leur permet d’oublier la dure réalité : sur chaque cadavre, on retrouve des vers du recueil ô combien controversé Les Fleurs du mal du poète mort quelques années plus tôt. L’enquête conduit le commissaire Lefèvre sur la piste d’un complot ayant des ramifications jusqu’à la cour de Napoléon III. Et d’un secret au sein de la famille Baudelaire, aux lourdes conséquences...

L'intrigue, tout en dentelle, est menée dans un style brillantissime portant la marque de Flaubert et de Baudelaire à qui l'auteur voue, de son propre aveu, un véritable culte l'ayant mené à apprendre le français pour le plaisir de les lire dans le texte original.

Il a eu fameusement raison !

Bernard DELCORD

La vengeance de Baudelaire par Bob Van Laerhoven, Paris, Éditions MA, collection « Pôle Noir », 294 pp., 17,90 €

Les commentaires sont fermés.