14 09 13

Yasmina Khadra se déchaîne à propos de Damas et consorts

Yasmina-Khadra.jpeg"Il faudrait trouver un néologisme violent pour qualifier cette ânerie qui caractérise les gouvernements arabes." 

On connaît le franc parler de Yasmina Khadra. Au terme de mon interview à propos de son dernier roman, Les anges meurent de nos blessures, je demande à l'auteur ce qu'il pense de la situation en Syrie. Alors que je l'attends sur les tergiversations de la communauté internationale, Yasmina Khadra, avant de venir sur ce terrain, prend le problème par l'autre bout de la lorgnette avec une vigueur et une dithyrambe que le reste de l'entretien ne permettait pas de prévoir.

En voici l'extrait : 


podcast

Écrit par Nicky Depasse dans Café de Flore, Podcasts | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Excusez-moi, il dit vraiment n'importe quoi.
Mais on à l'habitude des réponses qui n'ont ni queue ni tête. Plus aucun journaliste sérieux ne l'interroge sur la politique car chez lui tout est contradiction.
Vous auriez dû l'interroger sur ses plagiats, dont un inscrit dans une encyclopédie.

Écrit par : Jamel | 15/09/2013

Ce n'est pas très ordonnée, ce n'est pas intelligemment dit mais tout est juste, il suffit de reconstituer son puzzle!

Écrit par : Karim | 16/09/2013

Je ne suis pas un inconditionnel de Yasmina Khadra, mais ce qu'il dit n'est pas aussi bête et aussi contradictoire qu'on le croit à première vue. En tout cas commençons par respecter la pensée d'autrui et son expression pour prétendre à un quelconque bon sens. Merci.

Écrit par : M'henni | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.