24 09 13

Livrés à leur (injuste) sort

cvt_Au-revoir-la-haut_9324.jpegCertaines amitiés sont animées d'un sentiment de dette. Tel s'enclenche l'attachement d' Albert Maillard, soldat à la face lunaire à Edouard Péricourt, dont la  face a été mutilée par l'éclat d'un obus. 

S'estimant redevable envers lui de sa vie, Albert va se dévouer corps et âme à ce fils de famille à ce point déprimé qu'il préfère se faire passer pour mort aux yeux des siens. Une entreprise qui lui donnera bien des soucis.

" Il savait qu'on se remet de tout, mais depuis qu'il avait gagné la guerre, il avait l'impression de la perdre un peu plus chaque jour."

Bouvard & Pécuchet  ruinés d'une après-guerre désastreuse, les compères montent alors une ...colossale escroquerie aux monuments de commémoration funéraire. Juste vengeance d'un destin qui ne les épargna pas? 

"Ce qui se produisit à partir du 13 juillet pourrait figurer au programme des écoles d'artificiers ou de démineurs comme excellent exemple de situation explosive à allumage progressif."

Maîtrisant avec brio tension,  effet narratifs et quelques doses d'humour bien distillées,  Pierre Lemaître dénonce  l'abandon des Poilus par les Autorités, au sortir de la guerre 14-18. Il le fait de façon plaisante, offrant à notre lecture un roman - de facture sans doute plus masculine -  drôlement bien ficelé.

Un coup de coeur de la rentrée littéraire.

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître, roman, Albin Michel, août 2013, 570 pp, 22.50 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.