22 11 13

Vivre était une longue route

 

9782330024475.jpg

"...je suis un homme qui finit 

de vivre de mourir je marche

dans ma ville 

avant le passage

vivre était une fatigue

une douceur un éreintement

vivre était une longue route

mon corps brûlé

mon or répandu

j'ai tant crié contre le vide

je me suis tant cogné aux apparences

(...)  mon amour mon âme dévêtue

le temps est venu de te porter."

Louis est arrivé en fin de vie. Hospitalisé,  il confesse à Mary l'océan infini de ses amours,  émotions, souvenirs,.. en un texte continu, onirique, soutenu d'un rythme  mélodieux, ondoyant, telles des vagues qui fluent, refluent,  l'invitant doucement à effectuer le passage vers la rive inconnue.

Une oeuvre poétique.

Une oeuvre qui façonne la langue, l'illumine et l'embarque en un poignant, dense et  dernier voyage... initiatique.

Apolline Elter

Avant le passage, François Emmanuel, monologue poétique,  Ed. Actes Sud, oct., 86 pp, 12.8 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.