27 11 13

Magnifiques histoires des Mayas

la femme sans tête.jpgNicole Genaille est une spécialiste des cultes isiaques. Elle se consacre aujourd'hui à l'étude de la langue et de la civilisation Mayas. Elle nous propose dans la traduction française de l'espagnol, avec des annotations et une postface plus qu'intéressantes "La Femme sans tête et autres histoires mayas" ! L'auteur, José Natividad Ic Xec est né dans le sud du Yucatàn, journaliste, il dirige depuis janvier 2012 le projet éditorial el Chilam Balam, dans lequel il donne voix aux Mayas d'hier et d'aujourd'hui ! Dans son prologue l'auteur écrit : "Un aïeul à la maison est une richesse inestimable. Les familles devraient converser davantage avec les anciens car ils gardent des trésors dans leur mémoire, et ils les partageraient volontiers si on leur en donnait l'opportunité". Quel bonheur rare de pouvoir nous promener dans ces histoires, où justement l'auteur s'implique et illustre les propos de photos. Les titres sont évocateurs : "Une belle femme-serpent", "Le mystère des vipères", "Le taureau noir de Tabi", etc. Bien sûr "La femme sans tête" qui ouvre le recueil. Quelques lignes pour vous donner le ton de l'ouvrage : "Midi est une heure dangereuse parce que c'est le moment où se lèvent les vents mauvais, l'heure à laquelle le paysan rentre du champ après s'être imprégné d'énergies inconnues durant son séjour dans les bois." Ou dans "La véracité des songes" : "Ce sont là quelques-unes des scènes les plus inquiétantes de mes mauvais rêves. Tôt ou tard, disent les Anciens, le contenu des rêves se révèle à nous dans sa plénitude, avec un côté amer et un autre doux, et quand nous nous en rendons compte, nous sommes déjà en train de le vivre>. C'est alors que nous nous exclamons : "Cela m'est déjà arrivé ! Je le savais déjà !" A la fin d'une postface passionnante, Nicole Genaille conclut en souhaitant que grâce à la publication de ces textes, José éveille aussi d'autres âmes, étrangères, à sympathiser avec un monde trop souvent vu à travers le filtre de l'archéologie et du tourisme, un monde bien vivant encore dans les campagne du Mayab. "Si j'y cherchais une comparaison à faire avec la vie littéraire française, mes pensées iraient spontanément vers George Sand : le jardin enchanté français paraît bien enfoui dans le passé."

 

Jacques MERCIER

"La femme sans tête et autres histoires mayas" par José Natividad Ic Xec, traduction, annotation et postface de Micole Genaille. Editions Rue d'Ulm. 146 pp. 33 illustrations, 14X18 cm. 15 euros.

Les commentaires sont fermés.