30 11 13

Mâle beau rôle

Née à Toulouse le 7 avril 1914, Madeleine Lioux affirme très jeune ses talents de pianiste surdouée, prodigieuse. Successivement mariée à Roland Malraux, mort en déportation,  puis à André Malraux, elle vit encore. 

9782246801085FS.gif

La journaliste Aude Terray la rencontrait à 26 reprises, en 2011, aux fins de cerner son portrait, sa vie et lever quelque voile sur les 20 ans de vie qu'elle passa aux côtés d'André Malraux, son second époux,  demi-frère de Roland,  l'amour de sa vie.

" Le basculement amoureux de Malraux laisse songeur. Le romancier est certainement attiré par l'ambiguïté de la situation. L'ambivalent tenté de vivre des sentiments mêlés, confus, inextricables. Le franc-tireur séduit par l'idée de la transgression et de la mise à l'épreuve. L'union avec Madeleine resserre le noeud gordien, elle accomplit la fatalité familiale en répétant la faute commise par Fernand avec sa belle-soeur; elle attise la culpabilité à l'égard du jeune frère mort en héros."

Epouse discrète, - modèle, bienveillante et élégante, Madeleine sut  comprendre et choyer le grand enfant capricieux, égocentrique et arriviste qu'était resté André Malraux Eduquant Vincent et Gauthier, les deux enfants qu'il conçut avec sa maîtresse,  avec son propre fils,  Alain , Madeleine tenta d'instaurer une harmonie familiale parmi ces êtres égratignés par la vie, la guerre et l'absence d'amour d'un père résolument indifférent  à leur sort.

"Quand ils seront un peu plus grands, Madeleine doit insister pour obtenir que le dimanche, ils déjeunent ensemble. Malraux met du temps à l'accepter. Noué, cérébral, tourné vers lui-même , concentré sur l'oeuvre de sa vie, père à contrecoeur, ignorant l'enfant qui n'apparaît d'ailleurs dans aucun de ses romans et ayant détesté sa propre enfance."

Jusqu'au jour où accablé par la mort accidentelle de ses deux fils, Vincent et Gauthier,  une panne d'inspiration et autres ennuis liés, André Malraux la répudie, lui donnant,sans le savoir, l'occasion de reprendre piano, concerts et une carrière reconnue, internationale  qu'elle lui avait  sacrifiée: l'on voit ainsi l'alerte nonagénaire se produire sur les scènes de Tokyo, New York , ... notamment.

Fresque passionnante d'un XXe siècle bousculé d'événements tragiques mais aussi de l'intimité d'un homme qui s'en sort parfaitement démythifié, l'essai d'Aude Terray se déguste comme un roman

Madame Malraux, Aude Terray, essai, Ed. Grasset, setp.2013, 318 pp, 20.90 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.