30 06 14

Surtout pas !

Demain j'arrête !, de Gilles Legardinier, lu par Ingrid Donnadieu 

 

Pas question !

Vous connaissez ma nouvelle passion pour les livres audio....

Un mode de lecture qui accompagne  depuis peu de nombreux trajets en voiture - quand je suis seule - et les interminables séances de repassage hebdomadaire...

Alors, pour la longue route des vacances qui se profile à votre horizon, je me fais une joie de vous conseiller un petit bijou d'audition, d'humour, de tendresse, de bien-être au monde, tout simplement.

Intriguée par le patronyme incongru d'un nouvel habitant de l'immeuble - Ricardo Patatras - Julie,  la narratrice, une jeune femme de 29 ans tente d'en percer l'identité et  d'en sonder  la  personnalité. Elle en tombe raide amoureuse, habitée par cet aimable et beau jeune homme, jusque dans ses moindres pensées.  Pour lui plaire, elle se sent prête à gravir des montagnes,  à enchaîner, dans une même foulée..de jogging, gaffes et actes héroïques.

Mené avec brio, le récit défile plans, chapitres courts  et situations cocasses  selon un rythme sautillant, merveilleusement négocié.   Mélodieuse, pourvue de registres adaptés à chacun des protagonistes, la voix d'Ingrid Donnadieu nourrit le texte d'intonations idoines... Elle nous devient amie. Gilles Legardinier aussi qui trace le portrait loufoque et attachant d'une si belle humanité...

 Apolline Elter

Demain j'arrête , Gilles Legardiner, roman, Ed. Fleuve noir, 2011, Audiolib, janvier 2014 - interprétation d'Ingrid Donnadieu  - 78 plages - durée 8h50

Billet de faveur

AE : Gilles Legardinier, votre roman entier se déroule dans la tête de Julie, une jeune femme. Nous pourrions toutes nous retrouver en elle.Comment faites-vous pour restituer à ce point la psychologie féminine, dans ses méandres, ses hyperboles ?

Gilles Legardinier :Mon roman est effectivement écrit à la première personne par une jeune femme. J’ai reçu beaucoup de questions et de commentaires à ce sujet. Cela me touche et m’honore. Les hommes ont la réputation de ne pas comprendre les femmes… Le métier d’un auteur consiste pourtant à se glisser dans la peau de personnages qu’il n’est pas. Tous mes valeureux confrères qui écrivent sur des tueurs psychopathes n’en sont pas – enfin pas toujours ! Pour comprendre un personnage, il faut se placer de son point de vue, observer, écouter et aimer. S’agissant des femmes, ce n’est pas un problème pour moi, au contraire. Depuis que je suis petit, je vous regarde, avec bonheur. Et puis je crois que même si nos codes d’expression sont différents, sur le fond, les femmes et les hommes ont besoin des mêmes bases : affection, loyauté, sécurité… Nous ne l’explicitons pas du tout de la même manière mais nous ne sommes pas aussi opposés que certains le prétendent. Je l’ai découvert grâce au regard des lectrices sur mon livre, et c’est une découverte fantastique !

 AE : Vous publiez un livre à la rentrée, sur la vengeance, au féminin… Pouvez-vous nous en toucher un mot ?

Gilles Legardinier :« Ça peut pas rater ! » raconte l’histoire de Marie, qui a toujours été une femme gentille, tournée vers les autres, toujours prête à se servir en dernier et à qui cela n’a rapporté qu’une rupture injuste. Elle a tout donné à un sale type. Elle est arrivée au bout de ses illusions, elle se prend tout dans la figure. Maintenant qu’elle ne croit plus en rien, elle règle ses comptes, avec son ex à qui elle ne va rien épargner, et avec les hommes en général. Mais la nature d’une femme ne peut pas se résumerà la guerre, et puisque ses rêves sont morts, elle va enfin pouvoir découvrir ce qui compte vraiment… J’espère que vous allez rire et ressentir autant que moi en l’écrivant. Écrire ce livre a été un bonheur. 

 AE : Quelle est votre madeleine de Proust ?

Gilles Legardinier :Très franchement, je ne crois pas en avoir. J’ai besoin du présent, du vivant, des gens. Je ne suis pas du tout tourné vers le passé même si je n’oublie rien. Ma madeleine de Proust, c’est le futur. Je suis impatient de ressentir, de partager, et je crois que la fin commence à venir lorsque l’on se dit que c’était mieux avant. J’ai eu une enfance heureuse mais je n’ai pas eu une vie simple. Tout a été riche, fort, structurant, douloureux souvent. Je n’oublie jamais que si on se donne à fond, demain sera meilleur.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (2) |  Facebook | |

29 06 14

Un Balzac du XXIe siècle !

 

Bruno Fuligni.jpg

Photo Louis Monier

© Éditions Horay

Historien, écrivain, haut fonctionnaire à l’Assemblée Nationale française, maître de conférences à Sciences Po et surtout remarquable polygraphe, Bruno Fuligni a fait paraître ou a dirigé une invraisemblable quantité d'ouvrages dont aucun ne manque de tenir le lecteur en éveil et en haleine.

Parmi sa production de ces quatre dernières années (de nombreux ouvrages portant sa signature ayant déjà paru antérieurement), relevons : Dans les archives secrètes de la police (Éditions Gallimard-Folio), Petit dictionnaire des injures politiques (L'Éditeur), Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal (Éditions Albin Michel), Le livre des espions (Éditions L'Iconoclaste), Le Monde selon Jaurès (Éditions Tallandier), Tour du monde des terres françaises oubliées (Éditions du Trésor), Dans les archives inédites des services secrets – Un siècle d'espionnage français (1870-1989),(Éditions Gallimard-Folio), excusez du peu !

En voici une présentation, avec l'aide des éditeurs :

Dans les archives secrètes de la police

Quatre siècles d'histoire, de crimes et de faits divers

Dans les archives secrètes de la police.jpg

De l’assassinat d’Henri IV à Mai-68, ce livre raconte quatre siècles de dossiers brûlants. Il plonge dans la grande Histoire : Ravaillac, Louis XVII, Ravachol, la Résistance, la guerre d’Algérie, mais aussi dans le monde de la pègre, des marginaux et des courtisanes (les thèmes abordés sont le vol, le meurtre, la combine, le crime politique, la subversion, l'agitation de la rue, la prostitution, l'homosexualité et l'adultère). Il fait revivre les affaires criminelles qui ont passionné les Français : Landru, Violette Nozières, Petiot, et il dévoile les secrets d’artistes et d’écrivains comme Hugo, Verlaine, Rimbaud, Colette ou Picasso.

L'ouvrage rassemble des contributions d'auteurs nombreux, parmi lesquels le journaliste Frédéric Pagès (du Canard enchaîné) à propos de Landru, l'écrivaine belge Amélie Nothomb, que l'on ne présente plus, sur Violette Nozières, souvent présentée comme la muse parricide des surréalistes, les historiens Jean-Pierre Rioux sur l'assassinat de Jaurès et sur la manifestation des Algériens de Paris en 1961, Michel Winock sur la vague des attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle et des débuts du XXe, Pascal Ory sur les activités « antinationales » des surréalistes et sur les attentats de la Résistance durant la Deuxième Guerre mondiale, Jean-Pierre Azéma sur la Shoah en France, Jean Tulard sur la police dans la littérature et le cinéma, le journaliste Jean Lacouture sur une tentative de lynchage de Léon Blum en 1936, Pierre Assouline à propos du Sphinx, un bordel de luxe dans les années 1930...

Petit dictionnaire des injures politiques

Petit dictionnaire des injures politiques.jpg

De la naissance de la République à nos jours, un florilège tour à tour amusant, ridicule et parfois terrible de ce que les hommes politiques français ont dit et écrit de leurs adversaires. Tribuns de la Révolution française, anarchistes, francs-maçons, radicaux, communistes, cagoulards, collaborateurs... insulteurs ou insultés, tous ceux qui se sont un jour mêlés de politique défilent dans ce dictionnaire.

Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal

Les frasques de la Belle Époque.jpg

L’ogresse de la Goutte d’Or, l’éruption de la Montagne Pelée, les fêtes extraordinaires, la conquête des pôles, l’invention des premiers robots, mais aussi les attentats anarchistes et les crimes rocambolesques : les lecteurs de la Belle-Époque n’ont pas le temps de s’ennuyer grâce aux unes inoubliables du supplément illustré de leur quotidien favori, Le Petit Journal, qui se lance en 1890, dans la publication d’images… en couleurs, et provoque une petite révolution !

Le livre des espions

Le livre des espions.jpg

Plus de 1000 mots et expressions secrètes des espions d’hier et d’aujourd’hui. Les agents du monde entier usent d’un vocabulaire codé, technique, imagé, parfois pittoresque, souvent romanesque.

Pour la première fois, il est rassemblé dans ce livre, inspiré des documents d’archives, mais aussi des usages contemporains. De A à Z, on trouvera des mots tels que : Aquarium – Baiser de la mort – Carbone blanc – Enigma – Gorge profonde – Grand Jeu – Hirondelle – Harmonica – Intox – Livraison – Minox – Myosotis – Opération humide – Pompe à vélo – Roméo – Sapinière – Stay-behind – Taupe – X-2 – Zombie…

De nombreuses définitions sont illustrées par plus de 150 photographies et objets dont beaucoup proviennent des archives des services de renseignements eux-mêmes.

Conçu à partir des documents trouvés dans les archives des Services secrets français, ce manuel dévoile pour la première fois les techniques du métier, en répondant à des questions comme : « Comment recruter ou former un espion ? Quelles sont les recettes pour se grimer ou rendre son écriture invisible ? Comment endosser une fausse identité ? Quand approcher un agent double ? Comment résister à l’épreuve d’un interrogatoire ?… »

Autant de questions dont les réponses permettent au lecteur d’approcher de près la réalité d’un métier mythique.

Le Monde selon Jaurès

Le Monde selon Jaurès.jpg

Qui est vraiment Jean Jaurès ? Quel monde veut-il, cet homme assassiné le 31 juillet 1914, alors qu'il tente « avec une sorte de désespoir » d'empêcher une guerre dont il a pressenti la puissance destructrice ? Ses partisans comme ses adversaires ont salué sa voix d'airain, sa parole ailée, sa force de conviction, son intégrité, mais aussi ce « sens cosmique » par lequel cet intellectuel qui se jette dans le combat politique apporte à la République une pensée originale de l'homme et de l'univers.

Orateur hors pair, capable de parler pendant trois heures sans notes, philosophe engagé, Jean Jaurès a prononcé des discours mémorables : sur l'école, le travail, les retraites, la finance, la corruption, la violence, la justice, les relations franco-allemandes, la place des religions dans la Cité... Celui qui voulait changer la société nous a laissé, dans une langue superbe, des analyses stimulantes qui sont toujours d'actualité.

Au fil des citations, chaque fois replacées dans leur contexte, Bruno Fuligni nous invite à découvrir ses réflexions, ses réparties, ses prophéties, ses avertissements, ses saillies, ses confidences, qui sont autant de clefs pour comprendre le monde d'hier et d'aujourd'hui.

Tour du monde des terres françaises oubliées

Tour du monde des terres françaises oubliées.jpg

L'empire colonial français est mort, mais le drapeau tricolore flotte encore sur nombre de territoires exotiques et bizarres. Sans léser personne, sans opprimer aucun peuple autochtone, l'Hexagone conserve, à l'insu de tous, un petit empire, discret, clandestin, surprenant : l'archipel des Chesterfield, les îlots contestés de Hunter et Matthew, les Domaines français de Sainte- Hélène, l'île basque de Floreana, le Pays Quint, la forêt du Mundat, le Taubergiessel, l'île intermittente de Julia, l'enclave fantôme d'Adulis, l'introuvable île des Démons ou le mystérieux récif Ernest-Legouvé...

Dans les archives inédites des services secrets

Dans les archives inédites des services secrets.jpg

Longtemps inaccessibles, les archives du renseignement français ont été ouvertes à une équipe de chercheurs. Deux années de travail ont été nécessaires pour consulter des centaines de cartons et analyser des milliers de documents. De la défaite de 1870 à la fin de la Guerre froide, ces pages abondamment illustrées retracent les grandes heures de l'espionnage et du contre-espionnage. La naissance des services, l'évolution de leurs techniques, mais aussi leur rôle décisif dans la grande Histoire : l'affaire Dreyfus, la révolution bolchevik, la montée du nazisme, la France libre à Londres, les préparatifs du Débarquement, la guerre d'Algérie, l'affaire Farewell...

On y croisera de grandes figures d'espions comme des séductrices de légende telles que La Païva, Mistinguett, Mata Hari ou Joséphine Baker.

Signalons, pour conclure, que Bruno Fuligni est également :

– co-auteur d’une série de documentaires sur les députés d’autrefois, Les Aventuriers de la République (série en six épisodes réalisée par Jean-Luc Robert et Jean-Michel Gerber en 2004) pour lesquels il a écrit les monologues de Pierre Arditi, Michael Lonsdale, Jean Rochefort, Pierre Richard, Claude Piéplu et Daniel Kamwa,

– auteur du téléfilm La Séparation (réalisé par François Hanss en 2005), avec Pierre Arditi, Claude Rich, Jean-Claude Drouot, Pierre Santini, Michael Lonsdale et Jacques Gallo,

–auteur du téléfilm La Française doit voter ! (réalisé en 2007 par Fabrice Cazeneuve), avec Thierry Frémont et Jean-François Balmer,

– et auteur du clip Le Message (réalisé par François Hanss en 2008), avec la voix de Michel Duchaussoy.

En attendant la prochaine rafale de titres !

Bernard DELCORD

Dans les archives secrètes de la police – Quatre siècles d'histoire, de crimes et de faits divers sous la direction de Bruno Fuligni, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio » (parution princeps aux Éditions L'Iconoclaste, 2010), novembre 2011, 550 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,40 € (prix France)

Petit dictionnaire des injures politiques par Bruno Fuligni, Paris, L'Éditeur, novembre 2011, 512 pp. en noir et blanc au format 11 x 19 cm  sous couverture brochée en couleurs, 19 € (prix France)

Les frasques de la Belle Époque : les plus belles unes du Petit Journal par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Albin Michel, octobre 2012, 240 pp. en couleurs au format 27,5 x 31,5 cm  sous couverture brochée en quadrichromie, 39,90 € (prix France)

Le livre des espions par Bruno Fuligni, Paris, Éditions L'Iconoclaste, collection « Mémoires », octobre 2012, 355 pp. en noir et blanc au format 13,7 x 19,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 17 € (prix France)

Le Monde selon Jaurès – Polémiques, réflexions, discours et prophéties par Bruno Fuligni, Paris, Éditions Tallandier, avril 2014, 215 pp. en noir et blanc au format 14,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 18,90 € (prix France)

Tour du monde des terres françaises oubliées par Bruno Fuligni, illustrations de Sergio Aquindo, Paris, Éditions du Trésor, collection « Connaissance des trésors », avril 2014, 144 pp. en noir et blanc au format 14,7 x 21 cm sous couverture brochée et jaquette en couleurs, cette dernière formant un planisphère, 17 € (prix France)

Dans les archives inédites des services secrets – Un siècle d'espionnage français (1870-1989), nouvelle édition sous la direction de Bruno Fuligni, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », juin 2014 (parution princeps aux Éditions L'Iconoclaste, 2012) , 669 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

Livres-chocs...

Violence et vérité dans les littératures francophones.jpgRéunissant, sous la direction de Marc Quaghebeur, les transcriptions des entretiens ainsi que divers textes issus du colloque éponyme qui s'est tenu à Paris du 19 au 21 novembre 2008, organisé par l'Association européenne d'Études francophones (AEEF) et par le Centre Wallonie-Bruxelles en collaboration avec les Archives & Musée de la Littérature (AML, Bruxelles), les actes intitulés Violence et vérité dans les littératures francophones traitent en profondeur de douze livres, de douze auteurs [1].

Ces ouvrages concernent la Belgique, la Suisse, l'Europe centrale, le Québec, le Congo (avec l'excellent Mathématiques congolaises de notre ami In Koli Jean Bofane, auteur cette année d'un éblouissant Congo Inc. qui casse la baraque...), le Cameroun, les Antilles et le Maghreb dans une partie de sa grande diversité.

« Les conflits israélo-arabes, les séquelles coloniales au Maghreb, l'occupation américaine en Irak, le 11 septembre 2001, la mémoire européenne d'après le génocide, les guerres interafricaines ou les situations postcoloniales dans les Caraïbes y sont évoqués, comme la violence des éléments ou celle de l'univers avec lequel l'homme contemporain tente de rompre.

Quelque chose donc qui est l'Histoire, et qui est plus que l'Histoire telle qu'elle prétend se raconter ou se considérer [2] », écrit Marc Quaghebeur.

Et il a bien raison !

Tant le dynamisme, l'intelligence et la créativité sont grands parmi les écrivains des marches linguistiques de la France...

Bernard DELCORD

Violence et vérité dans les littératures francophones sous la direction de Marc Quaghebeur, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, collection « Documents pour l'Histoire des Francophonies/Théorie », n°31, août 2013, 181 pp. en noir et blanc au format 15 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 42,80 €


[1] Nabile Fahrès, Mémoire de l'Absent, Valentin Yves Mudimbe, Shaba deux, Jean-Claude Pirotte, Absent de Bagdad, Hubert Haddad, Palestine, Daniel Maximin, L'Île et une nuit, Nourredine Saadi, La Nuit des origines, Bouthaïna Azami-Tawil, Le Cénacle des solitudes, Arezki Mellal, Maintenant, ils peuvent venir, Patrice Nganang, Temps de chien, Marie-Claire Dewarrat, Célébration, lois et coutumes de la guerre, In Koli Jean Bofane, Mathématiques congolaises, Régine Robin, L'Immense fatigue des pierres.

[2] Table des matières : 1. Rencontre de Fabien Honoré Kabeya Mukamba, Patrice Nganang et Marc Quaghebeur avec Nabile Farès et Valentin Yves Mudimbe. 2. À propos d'Absent de Bagdad par Marc Quaghebeur. 3. À propos de Shaba deux par Valentin Yves Mudimbe et Marc Quaghebeur. 4. À propos de Mémoire de l'Absent par Nabile Farès et Marc Quaghebeur. 5. Rencontre de Catherine Pont-Humbert avec Hubert Haddad, Daniel Maximin et Nourredine Saadi . 6. « Simple éloge de la paix ou les guerres du romancier » par Hubert Haddad. 7. « Histoire, violence, écriture » par Nourredine Saadi. 8. Rencontre d'Yves Chemla et Arezki Mellal avec Bouthaïna Azami-Tawil, Areski Mellal et Patrice Nganang. 9. « Dérouter la mort » par Bouthaïna Azami. 10. « Le doute nécessaire » par Patrice Nganang. 10. Rencontre de Bernadette Desorbay, Marie-Claire Dewarrat et Peter Klaus avec Jean In Koli Bofane, Marie-Claire Dewarrat et Régine Robin. 11. Rencontre de Peter Klaus avec Marie-Claire Dewarrat.

28 06 14

« Je sais que je ne sais rien. » (Jean Gabin après Socrate)

Brèves de cancres.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 20/06/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

Paru chez Chiflet et Cie à Paris Brèves de cancres est une hilarante compilation d'erreurs et d'inepties relevées dans des copies d'élèves, bel échantillon de ces pataquès dont débordent les tiroirs de nombreux enseignants.

Exemples :

– Qu'est-ce qu'un homophone ? C'est quelqu'un qui est contre le mariage gay. Et un embargo ? Une maladie du dos. Une icône ? Un truc dans la barre des tâches. Une racine carrée ? Un album de Stromae. Et l'abstention ? C'est quand on ne veut pas faire l'amour avec son mari... – – Pour voter, on est obligé de passer avant dans l'urinoir, sans ça le vote n'est pas valable.

– Pendant la Première Guerre mondiale, le président français était Raymond Pointvirgule. Et Edith Salade, est la seule femme à avoir été Premier ministre de l'hexagone.

– Le sens qui permet de percevoir le goût des aliments est l'ouïe.

– La première cause de l'alcoolisme est la soif.

– L'angle du cercle est de 360°.

– Le big bang est un orchestre de jazz.

– Le taux de fécondité dépend des allocations familiales...

– L'information est analysée dans le cerveau grâce à un neurone.

Autant (ne pas) le savoir, non ?

Bernard DELCORD

Brèves de cancres, ouvrage dirigé par Sophie Le Flour, Paris, Éditions Chiflet et Cie, mai 2014, 125 pp. en noir et blanc au format 12,6 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

La cuisine de Popeye...

Protéines vertes.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 20/06/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

S'adressant aux végétariens, mais aussi aux curieux que tenterait la cuisine « désincarnée », la styliste culinaire Catherine Moreau et le docteur Florence Solsona, diététicienne, ont réuni dans Protéines vertes paru chez Larousse une cinquantaine de recettes de cuisine saine et colorée pour profiter des bienfaits des lentilles, des pois, des haricots en grains, des épinards, du soja, du tofu, du quinoa et d'autres sources de protéines végétales, toutes choses que l'on pourra consommer à l'apéritif ou en entrées, en soupes, en petits plats chauds, en salades, en sandwichs, en tartes et gratins ainsi qu'au petit déjeuner ou au goûter.

Des préparations pour se tailler en hercule du matin jusqu'au soir !

Bernard DELCORD

Protéines vertes par Catherine Moreau & le docteur Florence Solsona, nutritionniste, photographies de Marie-José Jarry, Paris, Éditions Larousse, collection « Saveurs & bien-être », février 2014, 96 pp. en quadrichromie au format 17 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 8,90 € (prix France)

Voici une recette tout indiquée pour les beaux jours :

Minestrone d'été

Pour 4 personnes

Trempage : 12h

Préparation : 10 minutes

Cuisson : 1h15

Ingrédients :

200 g de haricots blancs

2 cubes de bouillon de légumes

2 courgettes

200 g de tomates cerises

100 g de petits pois, frais ou surgelés

10 brins de persil plat

1 gousse d'ail

1cuiller à soupe d'huile d'olive

Sel et poivre

Recette :

La veille, mettez les haricots à tremper pendant 12 heures.

Le lendemain, rincez-les et faites-les cuire dans un grand volume d'eau bouillante avec 1 cube de bouillon pendant 1 heure.

Égouttez-les puis rafraîchissez-les sous un filet d'eau froide.

Diluez le deuxième cube de bouillon dans 1,5 litre d'eau bouillante.

Coupez les courgettes en dés et mettez-les dans une casserole.

Ajoutez les tomates et les petits pois.

Versez le bouillon sur les légumes, portez à ébullition, puis mettez les haricots.

Salez et poivrez, ajoutez les feuilles de persil, l'ail pelé et l'huile d'olive.

Poursuivez la cuisson 15 minutes à feu moyen.

Servez aussitôt.

Variante :

Pour un minestrone d'hiver, remplacez les tomates cerises et les courgettes par des carottes et du céleri branche.

L'avis de la nutritionniste :

Une recette intéressante pour ceux qui veulent augmenter leurs apports en fer sans consommer de viande. En effet, les haricots blancs sont très riches en fer : leur association au persil et, dans une moindre mesure, à l'ail et aux petits pois, bonnes sources de vitamines C, permet d'optimiser l'absorption du fer par l'organisme. À recommander en particulier aux adolescentes et aux jeunes femmes, souvent carencées en fer.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

Sur la route de la vie

Marc Levy aime les titres énigmatiques, les vieilles (voitures) Américaines aussi, ... peut-être...

S'invitant dans l'Oldsmobile ancêtre de Milly, une jeune employée...routlinière , de l'université de Philadelphie, aidée par la force de conviction de son revolver et d'une réelle sympathie pour la jeune femme, la quinquagénaire Agatha va parcourir les Etats-Unis, propulsée par une quête vitale.  

Echappée de prison, à quelque cinq  années du terme de sa peine, elle retrouve, un à un, les membres du groupe estudiantin révolutionnaire, pour lequel elle a payé trente années de prison, coupable expiatoire d'un crime qu'elle n'a sans doute pas commis. Un carnet existe, écrite de la main de sa soeur défunte qui pourrait la blanchir.

"La liberté n'est pas un jeu, c'est une nécessité, il faut en avoir été privé pour comprendre ce qu'elle représente."

Périple à travers les Etats-Unis, voyage à travers le temps, les années "Nixon" et la soif de justice de la beat génération, de ses émules postérieurs, le nouveau  roman de Marc Levy construit une complicité intergénérationnelle, entre deux femmes liées par un secret

Une autre idée du bonheur, Marc Levy, roman, Ed. Robert Laffont/Versilio, avril 2014, 404 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Marc Lévy | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 06 14

Nadia C.

 

Couverture"

 "L'échange entre la narratrice du roman et la gymnase reste une fiction rêvée, une façon de redonner la voix à ce film presque muet qu'a été le parcours de Nadia C. entre 1969 et 1990"
 

Fascinée par la prouesse historique de la gymnase roumaine durant les J.O de Montréal en 1976, Lola Lafon se glisse dans son enfance, ses chaussons et l'entraînement intensif, nourri d'obéissance et d'une volonté hors pair qu'elle suivit, dès l'âge de 8 ans, auprès de Bela Karoly. Ce faisant, elle confronte son enquête, ses doutes, son processus d'écriture même à des mails et conversations fictives entreprises avec Nadia C.

" Ces premières années, c'est son organisme qu'elle construit méticuleusement, s'assurant de l'efficacité des jointures et des détails avant utilisation. Si on la réprimande, elle écoute, une ingénieure soucieuse de corriger les défauts de l'installation, sérieuse jusqu'à en paraître terne"

Adulée d'un public qui ne veut pas la voir grandir, se féminiser, Nadia Comaneci souffre son ingratitude en même temps que la puberté. 

Icône du régime communiste dirigé par Nicolas Ceaucescu , Nadia consacre la réussite suprême des méthodes éducatives. Et de fait,la vie occidentale et ses innombrables tentations ne lui auraient peut-être pas permis cet ascétisme implacable.

Il en demeure qu'en décembre 1989  Nadia quitte la Roumanie précipitamment, quelques jours seulement avant l'exécution conjointe d'Eelena et Nicolas Ceaucescu..

Subtilement orchestré, cette biographie romancée nous semble digne du plus grand intérêt..

Le roman a obtenu, en avril, le prix convoité de La Closerie des Lilas.

Je vous en recommande vivement la lecture audiolibresque, soutenue par la voix harmonieuse, posée -on croit entendre Brigitte Fossey - délicieusement scandée de Chloé  Lambert

La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon, roman, Ed. Actes Sud, janvier 2014, 318 pp - Audiolib, juin 2014, 7h21

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 06 14

British, of course

" Dans une  note datée du 3 juin 1954, l'ambassadeur de Belgique à Londres transmettait au gouvernement de sa Majesté une invitation. Elle le conviait à participer à une nouvelle Foire mondiale, que les Belges appelaient l'Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958"

Et c'est ainsi qu'au printemps 1958,   Thomas Foley, rédacteur adjoint auprès du Ministère britannique de l'Information et jeune père de famille, est envoyé à Bruxelles, pour une durée de six mois, aux fins de superviser le fonctionnement du pub intégré au Pavillon britannique, étendard de culture et ..d'échanges.

Grisé par les rencontres que l'événement provoque, le jeune homme en oublie (presque) sa fidélité conjugale, tandis que le roman prend peu à peu le tour d'un roman d'espionnage: nous sommes en pleine Guerre froide. Censée rapprocher les nations, l'Exposition universelle est également terreau de haute suspicion.

Nourri d' humour - british, of course - et d'un rythme délicieusement maîtrisé, le roman promène le lecteur à la découverte d'un événement majeur, vitrine des nations tant pour les étrangers que pour leurs ressortissants.  Il agit, à l'instar des célèbres Lettres persanes (Montesquieu) comme révélateur du regard anglais de l'époque sur une certaine excentricité belge.

Le texte jouit, de surcroît, d'une excellente traduction.

Je vous en recommande la lecture

Apolline Elter

Expo 58, Jonathan Coe, roman traduit de l'anglais par Josée Kamoun, Ed. Gallimard, janvier 20174, 330 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 06 14

Une bande d'en foire...

Les Larrons.jpgPublié en 1962, Les Larrons, qui vient de ressortir chez Gallimard à Paris dans un reprint de l'édition française de 1964, est le dernier roman de l'écrivain américain William Faulkner (septembre 1897-juillet 1962, prix Nobel 1949), un des poids lourds de la littérature mondiale d'avant et d'après la Seconde Guerre mondiale.

Contrairement à l'essentiel de ses œuvres précédentes douloureusement dramatiques (Le bruit et la fureur, Sartoris, Tandis que j'agonise, Lumière d'août, Sanctuaire, Parabole...), ce roman joyeux ne recourt pas à des techniques littéraires complexes. C'est pourquoi il est souvent ignoré par les exégètes de Faulkner ou considéré comme un ouvrage mineur dans lequel le grand romancier dit un adieu souriant aux personnages qui, pendant tant d'années, ont été ses compagnons de chaque jour.

Faulkner avait déclaré vouloir finir sa carrière littéraire en écrivant le livre d'or du comté de Yoknapatawpha (nom qu'il donnait dans ses livres au comté de Lafayette, dans l'État du Mississipi, où il passa la plus grande partie de son existence). Il est probable que Les Larrons constitue ce « livre de l'âge d'or ».

Ce roman fut adapté au cinéma en 1969 dans un film réalisé par Mark Rydell avec Steve McQueen et Rupert Crosse.

En voici l'intrigue :

En 1905, le grand-père de Lucius Priest achète une automobile qui sera parmi les premières à apparaître dans la ville de Jefferson (en réalité Oxford, dans le Mississipi). Pendant une absence de son grand-père, le petit garçon et le chauffeur s'emparent de la voiture et partent pour Memphis. Un passager clandestin apparaît en cours de route : Ned, un domestique noir de la famille. Arrivés à Memphis, Lucien et Boon, le chauffeur, s'installent dans une étrange « pension de famille », dont la tenancière est la Miss Reba de Sanctuaire.

S'ensuivront mille péripéties dans un imbroglio de situations hilarantes et paradoxales amenées avec autant de malice que de talent narratif.

Une véritable pinte de bon sang !

Bernard DELCORD

Les Larrons par William Faulkner, traduction de l'anglais par Maurice-Edgar Coindreau et Raymond Girard, Paris, Éditions Gallimard, collection « L'imaginaire », mars 2014, 409 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,90 € (prix France)

25 06 14

Moments cruciaux...

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition.jpgAuteur ou coauteur de nombreux articles et ouvrages sur les fusions-acquisitions, la finance et le management, David Brault est diplômé de Sciences Po Paris et titulaire d'une maîtrise en droit des affaires. Il a débuté sa carrière dans un grand cabinet d'audit anglo-saxon avant d'occuper plusieurs postes de directeur administratif et financier/CFO dans un groupe international ou de direction générale/direction du développement dans des PME/PMI ou des filiales de groupes.

Fondateur d'Objectif Cash, un cabinet spécialisé dans la direction financière opérationnelle et le management de transition, il a mené depuis 10 ans plus de 400 missions en France et dans plus de 20 pays, avec une équipe de 60 personnes.

Il a aussi accompagné sur le terrain plus de 200 entreprises de tous secteurs et de toutes tailles dans des phases d’intégration post-acquisition.

La plupart de ces missions ont été réalisées dans des participations de fonds d'investissement (PME/PMI) ou dans des filiales de grands groupes toujours sous performantes en termes de gestion du cash et du BFR, parfois en crise de trésorerie.

C'est fort de ce curriculum vitae en acier trempé qu'il a fait paraître chez De Boeck Supérieur à Louvain-la-Neuve un essai particulièrement limpide intitulé Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition dans lequel il partage son expérience, rappelle un certain nombre de fondamentaux méthodologiques et fait bénéficier le lecteur d’un large panorama de situations concrètes rencontrées par des équipes opérationnelles sur le terrain.

Écoutons la présentation de sa démarche :

« Il existe une littérature abondante sur les opérations de fusion-acquisition. Malgré la diffusion régulière de bonnes pratiques dans la presse ou dans les ouvrages spécialisés, chaque année d’éminents instituts publient des statistiques qui démontrent qu’une opération de fusion-acquisition sur deux se solde par un échec, détruisant ainsi de la valeur au lieu d’en créer.

Quels enseignements tirer de la crise sur le plan des opérations de fusion-acquisition ? La sortie de crise est-elle propice aux opérations de fusion-acquisition ? Pour certaines entreprises la réponse est sans aucun doute positive : liquidités abondantes, endettement maîtrisé, concurrents affaiblis… Pour d’autres, la réponse est plus mitigée : encaisses de sécurité non encore complètement reconstituées, faible expérience en interne des opérations de M&A, nécessité pour croître de s’intéresser aux pays émergents, prix d’acquisitions encore très élevés, raréfaction du crédit, etc.

La plupart des responsables d’entreprises ont déjà rencontré à plusieurs reprises ces problématiques. Il n’en demeure pas moins que dans un monde qui évolue de plus en plus vite, ils ont en permanence besoin de repères sur le sujet des opérations de fusion-acquisition, de confronter leurs expériences à celles de professionnels aguerris et d’enrichir leurs bonnes pratiques. »

Clairement rédigé et aisément accessible à un public non initié, ce vade-mecum est complété par 16 vidéos, l'approche de deux cas concrets et un test d'autoévaluation.

Une référence indiscutable en la matière !

Bernard DELCORD

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition par David Brault, préface de Denis Dubois, postface de Jacques Tierny, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur, collection « Comptabilité, contrôle & finance »,  mai 2012, 182 pp. en noir et blanc au format 17,5 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 36 €