02 08 14

Cent ans, c'est passé si vite...

Elle fait figure de grand-mère délicieuse - et elle l'est : sa famille (nombreuse) tient une place primordiale dans la vie de la pétillante centenaire - Gisèle Casadesus (prononcez "Casadzu") incarne l'amour, la vie dans leurs  plus belles expressions, la longévité, dans ses plus gracieuses déclinaisons.

"[...]lorsque je pense que j'ai un petit-fils qui est lui-même grand-père, je me dis que le temps passe bel et bien si vite." 

  Conçu comme un abécédaire, fruit d'entretiens avec Eric Denimal, l'ouvrage parcourt en quelque 90 entrées, un parcours riche - forcément - nourri  d'Amour, de bienveillance, droiture,  fidélité, foi, santé et de beaucoup de travail.  Entrée à la Comédie française à l'âge de 20 ans, l'actrice s'illustre aussi dans de nombreux films dont La (célèbre) Tête en Friche (2010) . Elle garde toutefois  une prédilection pour le jeu des planches , "proche de l'offrande mais pas du sacrifice." 

Mariée 72 ans avec Lucien Probst (as Lucien Pascal) , décédé centenaire,  en 2006, Gisèle Casadesus conçut quatre enfants, dont le célèbre chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus, créateur et encore actuel directeur de l'Orchestre national de Lille. Elle a huit petits-enfants, 9 arrière-petits-enfants et déjà un arrière-arrière-petit-fils.  Elle se définit fièrement comme le  " potomitan" (poteau central) de cette famille tendrement aimée.

" Je suis à un âge où les bougies reviennent bien plus cher que le gâteau."

Si la longévité qui la frappe, ainsi que son proche entourage - outre un mari centenaire, son  cher frère Christian, décédait, en mars 2014, à l'âge de 102 ans - procède pour une bonne part d'un capital de chance, de confort affectif  et de santé, on peut y voir aussi un effet de volonté: portée vers l'optimisme et la bienveillance , Gisèle Casadesus sait alléger son esprit de  réminiscences toxiques: " Je refuse d'ajouter à ces souvenirs un poids qui n'est nullement nécessaire ".  Des priorités de vie, clairement définies " l'amour, l'honnêteté, la simplicité, le travail."

 De cette vie que Dieu lui "prête", la merveilleuse centenaire confectionne un bijou digne de notre plus joyeuse admiration

 

Apolline Elter 

Cent ans, c'est passé si vite..., Gisèle Casadesus, entretiens avec Eric Denimal, Ed. Le Passeur, juin 2014, 256 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Récits | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.