09 12 14

Matricule 22 166

 " C'est quand le train a quitté la gare du Nord, dans un assourdissant fracas métallique, qu'elle a compris à quel point elle acceptait une existence nouvelle, rude et dangereuse. Aux antipodes de ses années de loisirs et de plaisirs, de cette vie facile qui déjà, pensait-elle,n'avait pas été la sienne."

A l'étroit au sein du milieu aristocrate et du couple peu épris de ses parents,  Susan Travers met un tempérament trempé de garçon manqué au service de la France en guerre et plus précisément de  la Légion étrangère. Ce sera la seule femme à y être admise. Forte d'un stage de quelques mois où elle apprend à dispenser les premiers secours, elle brigue le poste d'ambulancière : il lui permettra d'assouvir sa passion de la conduite et même de la mécanique. Ralliant l'Afrique dont le Général de Gaulle veut fédérer les colonies françaises au service de la France Libre,   mais aussi  la Palestine, la Syrie, le Liban,  " La Miss" s'éprend tour à tour de deux hommes mariés, le prince géorgien Dimitri Amilakvari, surnommé Amilak et naturalisé français et  le colonel Marie Pierre Koenig, futur Général dont elle devient le chauffeur attitré.

C'est au volant de sa Ford Utility qu'elle percera, sous ses ordres et avec un sang-froid inouï le front des troupes de Rommel  (l'Afrika Korps) qui tiennent Bir Hakeim  (désert de Lybie) en étau. Nous sommes en juin 1942.L'opération est suicidaire, peut-être, héroïque dans tous les cas. Elle entrera dans la légende, forgeant la gloire de Koenig et le respect pour l'action  de la France Libre.

Galvanisée par l'amour - malgré ses trahisons - et un sens de l'honneur indéfectible , l'adjudant-chef  Susan Travers porte le matricule 22 166 et le sens du devoir  à un rang d'exception. 

Enceinte de l'adjudant alsacient Nicholas Schlegelmilch - Susan l'épouse, à Saïgon, tandis qu'elle approche la quarantaine. L'occasion pour elle de de ne pas renouveler  son engagement au sein de la Légion étrangère et de concevoir, dans la foulée; un second fils.

Un destin peu commun, un récit qui ne l'est pas moins.

Apolline Elter

La Légionnaire, Gérard Bardy,récit, Ed. Pygmalion, septembre 2014, 268 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.