14 12 14

George Sand & Solange

George Sand - Les carnets d'une insoumise Le prétexte est  fictionnel, séduisant, pré-texte d'un angle d'approche précis de George Sand, celui d'une femme amoureuse, par le prisme de sa fille (mal)aimée, Solange.

Découvrant à la mort de sa mère (8 juin 1876), dans un coffret en bois de santal,   "trois gros cahiers intitulés "Carnets à détruire après ma mort" Solange en entreprend la lecture, commentant au passage les confessions, souvenirs des passions amoureuses, qui les parcourent. Ce faisant, elle ravive la mémoire de sa propre enfance, de la mésentente régnante,  au sein du couple de ses parents et de la préférence maternelle affichée pour Maurice, son frère aîné, le "Parfait".

Autopsie de la relation tumultueuse qui unit George Sand à Alfred de Musset, passionnelle à Louis Michel de Bourges - " Comment ose-t-elle affirmer que ses rendez-vous secrets avec son avocat et amant étaient passés inaperçus à Nohant? ", fervente à Frédéric Chopin, le récit de Solange se base sur des faits avérés.  Il met en lumière la relation de l'écrivain à sa fille et l'origine probable du comportement difficile de cette dernière. Sans occulter l'adoration filiale qui lie Solange à Frédéric Chopin.

"C'est à cette époque que je devins contestataire, méfiante, souvent rebelle. Maman, qui avait obtenu ma garde,  ne le comprit pas. Elle qui analysait finement les personnalités d'individus imaginaires ne saisissait pas ce qui avait suscité mon prétendu caractère de cochon."

Basée sur des faits biographiques, cette  confession fictionnelle a le double mérite de porter le portrait d'une femme amoureuse et celui de sa fille mal(adroitement) aimée sur le devant de la scène. D'affiner la compréhension de leur relation.

"Vive, impulsive, combative, Solange m'adorait et me jugeait. Cette attitude me déroutait et je réagissais mal à ses propos. Issus sans doute de notre ressemblance, nos différends allaient hélas se faire de plus en plus fréquents."

George Sand, Les carnets secrets d'une insoumise, Catherine Hermary-Vieille, fiction historique, Ed. XO, novembre 2014,  284 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.