14 01 15

Epistol-air

 

Couverture-la-petite-fille- Romain Puértolas.jpg

Romain Puértolas aime les titres dithyrambiques.... les situations saugrenues et le loufoque de leur rendu. Fort du succès peu coincé de son fakir  et de son armoire Ikea (voir chronique sur ce blog ), il nous revient avec un deuxième roman, aux allures de conte de fée, de burlesque résolûment  enfantin , nourri d'une dose ajoutée de tendresse.

" L'histoire d'une mère qui avait appris à voler comme un oiseau pour aller rejoindre sa petite fille malade de l'autre côté de la Méditerranée."

Facteur de son métier, Providence Dupois doit apprendre à voler si elle veut retrouver en vie, sa fille adoptive Zahera, atteinte de mucoviscidose.

Vous l'aurez deviné, l'association lettres- air  ne peut  qu'aspirer la curiosité d' un blog  voué à l'épistol..aire

L'enfant attend sa maman dans un hôpital marocain ignorant qu'une épaisse fumée nuageuse, jaillie de l'éruption d'un volcan islandais, interrompt tout le trafic aérien..

Enchaînant les péripéties les plus incongrues, métaphores et pirouettes -verbales -  Romain Puértolas aborde les thèmes conjoints de la maladie et de l'amour maternel,... la tête dans les nuages.

Apolline Elter

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, Romain Puértolas, roman, Ed. Le Dilettante, janvier 2015, 256 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.