24 01 15

Un élève de Machiavel

Fouché – Les silences de la pieuvre.jpgAncien élève de l'École normale supérieure, docteur en histoire et chercheur à l'École pratique des hautes études, Emmanuel de Waresquiel, né à Paris le 21 novembre 1957, est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages dont un best-seller, Talleyrand, le prince immobile, qui a été couronné par de nombreux prix.

Fondé sur un grand nombre d’archives inédites, son dernier ouvrage en date, Fouché – Les silences de la pieuvre coédité par les Éditions Tallandier et Fayard, a quant à lui été élu meilleure biographie 2014 par la rédaction du magazine Lire, et ce n’est que justice, tant l’exploitation des sources s’avère magistrale, le ton se montre alerte, le style est enlevé, la langue est flamboyante et les remises en perspective sont saisissantes.

Personnage secret autant que craint et haï, dont la carrière politique fut une suite d’intrigues et de trahisons, Joseph Fouché, dit Fouché de Nantes, duc d'Otrante, comte Fouché, est né le 21 mai 1759 au Pellerin près de Nantes et mort en exil le 26 décembre 1820 à Trieste. Il est particulièrement connu pour la férocité avec laquelle il a réprimé l'insurrection lyonnaise en 1793 et comme ministre de la Police sous le Directoire et l'Empire [1].

Voici ce qu’en dit Emmanuel de Waresquiel, qui le tient aussi pour un incroyable personnage jusqu'ici incompris et desservi par sa légende noire :

Fouché, bien sûr, ne m'était pas un inconnu. Fouché de Nantes, le bourgeois impécunieux, le petit professeur en soutane des collèges de l'Oratoire, Fouché le conventionnel, le tueur de roi, le proconsul de Nevers et de Moulins, le mitrailleur de Lyon, le tombeur de Robespierre et le cauchemar de Napoléon, le ministre de tous les régimes, l'inventeur de la police moderne, le bâtisseur d'État, le théoricien et l'homme d'action, l'aventurier, le conspirateur et le parvenu. Assurément l'un des hommes les plus puissants de son époque, en tout cas l'un des plus étonnants.

Je l'avais découvert très jeune, en dehors de mes travaux d'historien, dans les romans de Balzac. J'avais eu plus tard maintes fois l'occasion de le croiser, ne serait-ce qu'en écrivant la vie de Talleyrand auquel il est constamment associé.

J'avais eu l'intuition, comme j'en avais déjà pris la mesure avec le diable boiteux, qu'il était, par d'autres moyens et pour d'autres raisons, l'un de ceux par qui passe une époque et qui la donnent à comprendre : celle des ruptures révolutionnaires et de la construction d'un ordre nouveau dans la confusion des temps, des hommes et des idées – comme les reflets changeants d'un être singulier, de ses secrets, de ses contradictions et de sa complexité.

Rares sont ceux qui inventèrent de nouvelles règles du jeu sans attendre la fin de la partie. Fouché a été de ceux-là. (…)

La première chose qui m'a intrigué chez Fouché, c'est la prégnance de sa légende noire. Avec lui, on a commencé très tôt à danser la sarabande. En 1815, l'homme qui avait voté la mort de Louis XVI devenait le ministre de son frère Louis XVIII et, dans un grand écart vertigineux, prêtait serment de fidélité à la monarchie après avoir juré, vingt ans plus tôt, une haine éternelle à la royauté. Ce fut le serment de trop, après tant d'autres successivement donnés et repris à la Convention, à la République directoriale puis consulaire,  à l'Empire,  à la nation.

Les uns, fidèles à la Révolution, crièrent à la trahison, les autres, qui en avaient été les victimes, au crime et à l'imposture. Dès avant sa mort, on lui a reproché son passé révolutionnaire, on n'a pas plus supporté l'ancienne puissance impériale de celui que Napoléon avait fait ministre, sénateur et duc  d'Otrante.

Comme souvent dans ces cas-là, il y eut un chef d'orchestre. Ce fut Chateaubriand…

Un essai quelque peu dissonant !

Bernard DELCORD

Fouché – Les silences de la pieuvrepar Emmanuel de Waresquiel, Paris, Éditions coédité aux Éditions Tallandier et Fayard, novembre 2014, 831 pp. en noir et blanc et 48 pp. en quadrichromie au format 16,7 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29,90 € (prix France)


[1] Il dirigea le ministère de la Police du 20 juillet 1799 au 13 septembre 1802 ; du 10 juillet 1804 au  3 juin 1810 ; du 20 mars au 22 juin 1815 et du 7 juillet au 26 septembre 1815. Il fut en outre ministre de l'Intérieur du 29 juin au 1er octobre 1809.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.