08 03 15

Naissance d’un héros…

Jean Valhardi, l’intégrale 1, 1941-1946 .jpgLe détective Jean Valhardi a été créé par Jean Doisy et Jijé en 1941 dans Le journal de Spirou. Il est considéré comme l'un des premiers grands personnages des Éditions Dupuis, entre Spirou et Tif et Tondu.

Dans une Belgique occupée par les Allemands, Valhardi était l'incarnation idéale des valeurs morales défendues alors par le journal, et sa célèbre poignée de main, franche et ferme, le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou.

Il confirme l'avènement d'un immense dessinateur, Joseph Gillain alias Jijé [1] (1914-1980), et pose une pierre fondatrice dans l'histoire de la bande dessinée franco-belge.

Par la suite, Jijé dessinera 9 autres albums des aventures de Valhardi, 13 de Spirou et Fantasio, 9 de Blondin et Cirage, 21 de Jerry Spring, 20 de Tanguy et Laverdure, 3 de Barbe-Rouge ainsi que des biographies (de Christophe Colomb, Don Bosco, Charles de Foucauld, Baden-Powell…) et diverses petites choses encore, excusez du peu !

Les premières aventures de son héros (initialement éditées dans les albums Valhardi I et Valhardi II en 1943 et 1948) ont été rassemblées tout récemment en version intégrale et restaurée dans un bel album intitulé Jean Valhardi, l’intégrale 1, 1941-1946 sorti chez Dupuis à Marcinelle.

Ces pages sont introduites par un dossier fortement documenté, fruit de deux années de recherches et d'études réalisées par de grands spécialistes, Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault.

Un must pour les amateurs d’histoire(s) !

Bernard DELCORD

Jean Valhardi, l’intégrale 1, 1941-1946 par Jean Doisy et Jijé, Marcinelle, Éditions Dupuis, février 2015, 257 pp. en quadrichromie au format 22 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 35 €


[1] Il fut l'initiateur de ce que le monde de la bande dessinée désigne comme l'École de Marcinelle. Celle-ci est au Journal de Spirou, fondé à Marcinelle par Jean Dupuis en 1938, ce que l'École de Bruxelles est au Journal de Tintin, lancé par les éditions du Lombard en 1946.

Les dessinateurs de l'École de Marcinelle (Franquin, Morris, Will, Tillieux, Roba, Jidéhem, Gos…) sont adeptes de la bulle arrondie, où fusent des dialogues simples, joyeux et spontanés. Pour leur part, leurs confrères et concurrents bruxellois (Hergé, Edgar P. Jacobs, Jacques Martin…) détaillent des textes plus longs, très documentés et plutôt académiques, dans des phylactères de forme rectangulaire. (Source : Wikipédia.)

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.