22 08 15

Un bonheur annuel : Amélie Nothomb !

Couve nothomb.jpg

 

Depuis le premier roman, je suis un fan d'Amélie Nothomb. J'ai eu maintes fois l'occasion de la rencontrer (entre autres comme invitée au Jeu des Dictionnaires, qu'elle adorait aussi!) et d'échanger des idées, des lettres, des mots et l'enrichissement de notre relation ne faiblit pas.

Comme pour les albums de Philippe Geluck, j'attends le moment, la sortie, l'édition nouvelle et jamais je ne suis déçu. Mieux, à chaque fois je suis heureusement surpris !

Cette année, sur le modèle peut-être du « crime de l'Orient-Express » d'Agatha Christie ou du « crime de Monsieur Lange » de Jean Renoir, voici « Le crime du comte Neville ».

Le début du roman ne laisse en rien prévoir l'étonnante révélation de la deuxième page. C'est donc déjà un commencement d'histoire formidable.

Tout ce qu'on aime chez Amélie se retrouve bien entendu : le choix original des prénoms comme Oreste, Electre, Rosalba ou Aucassin... Et cette héroïne du livre qui s'appelle « Sérieuse » !

Tout de suite, nous sommes plongés dans un « univers » : celui d'une fillette de 12 ans ; mais aussi dans un monde que l'auteure connaît, celui de la noblesse, des châteaux, des invitations. On cite le château de Pont d'Oye.

Je ne vous dis rien de l'histoire ni de la fin géniale, mais voici quelques extraits, que je picore (comme je dis dans « Mémo » avec Nicky Depasse sur Radio Judaïca) :

 

« Pourquoi avoir inventé l'enfer alors qu'il existe l'insomnie ? »

« Cet édifice insensé de complexité qui constituait le paraître »

« La seule excuse de Dieu, c'est qu'il n'existe pas. »

 

J'ai adoré l'allusion aux cinq sens, avec le mot tendance « ressenti » !

C'est court, excellent, savoureux et profond – comme un chocolat belge ?

 

Jacques MERCIER

 

« Le crime du comte Neville », roman, Amélie Nothomb, Edition Albin Michel, 138 pp. 15 euros.

 

Les commentaires sont fermés.