03 11 15

« Il n'y a pas de théâtre sans fraternité. » (Louis Jouvet)

Théâtre de Liège.jpgRafaël Magrou est architecte de formation. Journaliste (Techniques & Architecture, L’Architecture d’Aujourd’hui, AMC, EcologiK et EXE), il est aussi auteur et commissaire d’expositions. Il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Clermont-Ferrand.

Il est aussi l’auteur d’un bel essai intitulé Théâtre de Liège En transparencesparu à Bruxelles aux Éditions Mardaga, dans la collection « Patrimoine culturel ».

Écoutons Anne Wuilleret, son éditrice :

« C’est l’histoire d’un lieu autrefois dédié à la culture et aux sciences devenu, en 2013, outil théâtral à part entière, un lieu de vie dans la ville, une scène rayonnante à l’échelle nationale et européenne.

En effet, le Théâtre de Liège, c’est :

– plus de 50 000 visiteurs en 2013-2014 ;

– par saison, près de 190 représentations de théâtre et danse, et des expositions témoignant de la richesse de la création contemporaine ;

– par saison, près de 10 productions en tournée en Belgique et à l’étranger, comptabilisant un total de 125 000spectateurs ;

– 7800 m2 répartis en 2 salles de 557 et 145 places.

En ayant pour fil conducteur le préfixe trans-, cet ouvrage raconte, en 16 chapitres, l’histoire de la transformation de l’édifice de la Société Libre d’Émulation en Théâtre de Liège.

Le livre emmène le lecteur dans les différentes dimensions du bâtiment, passant de sa façade à sa salle principale, sans oublier les coulisses et autres loges, ainsi que les ateliers de fabrication.

Il aborde autant l’aspect patrimonial du Théâtre que l’intervention contemporaine qui lui a permis de devenir la première scène de Wallonie ; de même, il se penche sur les axes de sa programmation dans un entretien avec Serge Rangoni, son directeur depuis 2004 : contenu et contenant, corps et esprit sont ici rassemblés.

L’ouvrage, dont la maquette met en lumière les différentes étapes de la transformation du lieu grâce à une iconographie exceptionnelle, convie à saisir la démarche et la posture contemporaine des architectes Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit. Il est largement illustré de photographies de Marie-Françoise Plissart qui a suivi la transformation des lieux, de François Brix qui a accompagné la conception des architectes, et de documents inédits, comme l’intervention de l’artiste Patrick Corillon dans les murs.

Une invitation à découvrir les coulisses d’un lieu qui se veut en transparence avec son public ! »

TABLE DES MATIÈRES :

INTRODUCTION. Ceci n’est pas un théâtre

1. TRANS-CENDER / Il faut sauvegarder l’Émulation

2. TRANS-MIGRATIONS / De place en place : un théâtre sans domicile fixe

3. TRANS-CRIRE / Du programme à la réalisation : alchimie de la conception architecturale

4. TRANS-FIGURER / Avec audace, permettre au Théâtre de Liège d’exister dans sa ville

5. TRANS-PARAÎTRE / À la frontière du visible et de l’invisible

6. TRANS-PARENCE(S) / Estomper les limites

7. TRANS-PORTÉ(E-S) / La grande salle reconfigurée

8. TRANS-IGER / Petits arrangements avec l’existant

9. TRANS-MUTATION / Chronique photographique d’une greffe

10. TRANS-ITION / Entretiens avec Serge Rangoni, Pierre Hebbelinck et Pierre de Wit

11. TRANS-VERSAL / Réconcilier les fragments

12. TRANS-NATIONAL / Un spectacle en guise d’inauguration

13. TRANS-DISCIPLINAIRE / Un programme qui relie les disciplines de l’être et du savoir

14. TRANS-FRONTALIER / À la croisée des pays, tisser des liens

15. TRANS-METTRE / Sensibiliser et convier le public au débat

16. TRANS-IT / Suivez l’artiste !

CONCLUSION

NOTES ET ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Bernard DELCORD

Théâtre de Liège En transparencespar Rafaël Magrou, Bruxelles, Éditions Mardaga, collection « Patrimoine culturel », août 2015, 208 pp. en quadrichromie au format 17 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 35 €

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.