24 11 15

« Le cinéma, c’est l’écriture moderne dont l’encre est la lumière. » (Jean Cocteau)

Gaumont - Depuis que le cinéma existe.jpgDocteur en histoire après des études aux universités de Genève et d'Oxford, colauréat du prix d'histoire Gustave Ador, lauréat d'une bourse Besse (Oxford) et du Fonds National Scientifique suisse, François Garçon est maitre de conférences à l'université Paris 1 où il a créé en 2006 le Master 2 professionnel Cinéma-Télévision-Nouveaux Médias, une formation réputée dans son secteur.

Il est également auteur d'un De Blum à Pétain, Cinéma et société française, 1936-1944 (Le Cerf, 1984) et de l’Enquête sur le Cauchemar de Darwin (Flammarion, 2006) qui mit en pièces les arguments du pseudo-documentaire sorti en 2004 et si cher aux altermondialistes, réalisé par Hubert Sauper et coproduit par la France, l'Autriche, la Belgique, le Canada, la Finlande et la Suède, un film dont il démontra l’imposture [1].

On lui doit aussi, paru pour la première fois en 1994 et entièrement remis à jour en 2015 pour les 120 ans de la doyenne mondiale des compagnies de cinéma, un intéressant petit essai bellement illustré et intitulé Gaumont - Depuis que le cinéma existe (aux Éditions Gallimard, dans la collection « Découvertes »), pendant livresque d’une exposition éponyme montrée du 15 avril au 5 août 2015 au Centquatre-Paris [2], qui a guidé le public dans un voyage au cœur l’histoire du cinéma grâce à des pièces du musée Gaumont, du musée des Arts forains, des extraits de films, des affiches, des costumes, des appareils anciens et des objets rares.

À l'origine, ce fut la rencontre d'un jeune ingénieur passionné par la technique photographique, Léon Gaumont, et du cinématographe. Aujourd'hui, c’est une société qui produit, distribue et exploite aux quatre coins du monde un patrimoine comptant parmi ses nombreux talents Alice Guy, première réalisatrice, Louis Feuillade et ses Vampires, Jean Vigo le rebelle, Martine Carol la sulfureuse ou, dialogués par Michel Audiard, des films mythiques comme Cent mille dollars au soleil ou Les Tontons flingueurs.

Cent mille dollars au soleil (affiche).jpg

Plus près de nous, de La Boum à 37°2 le matin, de La Gloire de mon père au Grand Bleu, de La Folie des grandeurs à La Chèvre ou aux Visiteurs, des œuvres comme OSS 117, Intouchables, Les Garçons ou Guillaume à table ! sont les nouveaux films cultes d’une usine à rêve plus éveillée que jamais !

Bernard DELCORD

Gaumont - Depuis que le cinéma existe par François Garçon, Paris, Éditions Gallimard, collection « Découvertes », octobre 2015, 128 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 14,80 € (prix France)

 

[1] Source : http://www.francois-garcon.com/biographie/

[2] 5 rue Curial, Paris XIXe.

Les commentaires sont fermés.