27 06 16

« N'oublie pas qu'on écrit avec un dictionnaire et une corbeille à papier. Tout le reste n'est que litres et ratures. » (Antoine Blondin)

Blondin.jpg« L'homme descend du songe », a assuré le romancier et journaliste Antoine Blondin (1922-1991), un Hussard [1] à la plume acérée et au talent incontestable.

Personnage étonnant, déroutant et fantasque, il est l'auteur d’ouvrages divers parmi lesquels 5 romans dont le plus célèbre, Un singe en hiver (1959, Prix Interallié), l’aura fait passer à la postérité via l'adaptation cinématographique qu’en fit Henri Verneuil, avec un Jean Gabin particulièrement touchant et un Jean-Paul Belmondo à l'aube de sa carrière [2].

Antoine Blondin s'est également taillé sa réputation d'écrivain génial sur les routes du Tour de France, qu'il a couvert 27 fois pour L'Équipe de 1954 à 1982, en ouvrant la voie à la littérature sportive du XXe siècle.

Prince du calembour, il reste pour beaucoup de « maîtres et maîtresses d'école » un exemple à montrer aux élèves.

Car le style Blondin est unique.

Vingt-cinq ans après sa mort, ses proches, sa famille, ses amis et ses admirateurs se sont réunis sous la houlette de Jean Cormier et du petit-fils de l’auteur, Symbad de Lassus, pour lui rendre, dans Blondin paru à Monaco aux Éditions du Rocher, un puissant et émouvant hommage.

Parmi eux : ses filles Laurence et Anne, Michel Déon, Bernard Pivot, Pierre Albaladejo, André Boniface, Jean Gachassin, Jean-Pierre Rives, Raymond Poulidor, Jean Hatzfeld, Juliette Gréco et Jean-Paul Belmondo...

Du bien beau linge…

Bernard DELCORD

Blondin par Jean Cormier et Symbad de Lassus, Monaco, Éditions du Rocher, collection « Les dessous du succès », mai 2016, 200 pp. en noir et blanc au format 14 x 22,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 16,90 € (prix France

[1] L'expression les Hussards désigne un courant littéraire français qui, dans les années 1950 et 1960, s'opposa aux existentialistes et à la figure de l'intellectuel engagé qu'incarnait Jean-Paul Sartre. Le roman de Roger Nimier Le Hussard bleu a donné son nom au mouvement.

Si ce mouvement apparaissait comme assez hétéroclite, les Hussards se distinguaient notamment par leur opposition à Sartre et leur antigaullisme de droite. L'écrivain François Dufay leur reconnaissait surtout « l'amour du style ; un style bref, cinglant, ductile », un anticonformisme rafraîchissant, le refus des modes, le goût des causes perdues. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Hussards_(mouvement_lit...

Les principaux autres membres étaient Michel Déon et Jacques Laurent. D'autres auteurs ont pu été rattachés au groupe : Geneviève Dormann, Kléber Haedens, Stephen Hecquet, Roland Laudenbach, Félicien Marceau, François Nourissier, Jacques Perret, Pol Vandromme André Fraigneau, Willy de Spens ou encore Guy Dupré.

[2] On doit aussi à Antoine Blondin, entre autres, L'Europe buissonnière (1949), Les Enfants du bon Dieu (1952), L'Humeur vagabonde (1955), Monsieur Jadis ou L'École du soir (1970), Quat'saisons (1975), Certificats d'études (1977), Ma vie entre des lignes (1982) et L'Ironie du sport (1988).

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.