09 03 17

S'il n'y en a qu'un

 41zT0VUGv2L._SX195_.jpg

"Les quelques milliers de chômeurs restés en souffrance étaient sa cible numéro 1 et il fallait leur mettre une pression considérable pour qu'ils se trouvent un travail. (…) l'État avait donc créé des brigades spéciales antichômeurs, soit des unités de police formées et entraînées à les pourchasser dans les parcs, aux terrasses des cafés, dans les piscines, les salles de cinéma en semaine, dans les rues en train de flâner. Elles contrôlaient leur identité partout à tout instant. Chaque contrôleur était muni du portrait dépeignant le chômeur type afin de l'aider à repérer les « têtes de glandeur», les «je-m'en-foutistes ». Ces parasites étaient ciblés en priorité et soumis à des interrogatoires. On guettait leur moindre faute pour les abattre à coups de radiation, cherchant l'extinction totale de cette espèce naguère protégée et dont dorénavant la chasse était ouverte et autorisée toute l'année."

 Président de la République, Verley entend gérer celle-ci comme une entreprise.....

N"'établissons aucun rapport avec un certain Donald, nanti d'une (chou-) croute capillaire

Et encore moins avec l'enjeu des élections présidentielles françaises

Toujours est-il qu'un certain Meurchaud ( je n'ai pas dit "cadavre froid") - à ne point confondre avec l'étrange(r) Meursault de Camus- fait de la résistance. il est et entend rester "le dernier chômeur"

S'ensuit un combat à grande échelle e à froid, une politique-fiction qui pose certaines bonnes questions...

Le dernier chômeur,  DJF Audebert, roman, Ed. Albin Michel, février 2017, 366 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.