21 03 17

Quand son monde était tailleur…

Un monde sur mesure.jpg

Nathalie Skowronek est une écrivaine belge née en 1973 qui vit à Bruxelles.

Son roman, Karen et moi (Arléa, 2011) raconte la fascination d'une femme pour l'écrivaine danoise Karen Blixen. Il a fait partie des sélections du Prix Rossel des Jeunes, Prix Première, Grand Prix des lectrices du magazine Elle et Prix des lecteurs du Télégramme.

Max, en apparence (Arléa, 2013) a été finaliste du Prix Rossel. Il dresse le portrait d'un rescapé d'Auschwitz parti refaire sa vie dans le Berlin d'après-guerre, à travers le regard de sa petite-fille.

Son essai La Shoah de Monsieur Durand est paru en 2015 aux éditions Gallimard. Il éclaire avec intelligence ce qu’est en train de vivre la quatrième génération de Juifs après Auschwitz. [1]

Dans Un monde sur mesure paru chez Grasset à Paris, elle retrace l’histoire de sa famille venue de Pologne en Belgique au cours des années 1920, des petits tailleurs juifs, pauvres et industrieux œuvrant à Charleroi dans un atelier des plus modestes, leur petit appartement, et dont les enfants essaimeront le commerce à Gand et à Bruxelles, ouvrant avec un certain succès des boutiques de vêtements bâtis sur mesure, en bons et infatigables « confectionneurs de shmattes, ces chiffons, ces loques, ou bouts de tissus sans valeur, qu’un extraordinaire fourmillement va transformer en vêtement que les client(es) vont s’arracher de saison en saison, mode après mode ».

L’auteure témoigne de la mutation radicale du métier avec l’émergence du « prêt-à-porter » et son cortège de nouveaux fournisseurs en Extrême-Orient, avec l’apparition de nouvelles pratiques commerciales et avec la création de nouveaux points de vente, toutes choses qui ont supplanté le « sur mesure » et précipité la fin du Yiddishland.

Extrait :

« Des marchés où s’était épuisée notre arrière-grand-mère aux magasins de prêt-à-porter montés par nos parents, tout nous ramenait aux tailleurs juifs des shtetls de Pologne.

Quatre générations plus tard, on ne se fournissait plus dans le Sentier, à Paris, mais chez d’invisibles intermédiaires qui ramenaient la marchandise du Bangladesh, du Pakistan ou de Chine. Qu’importait la provenance des pièces, qui les avait confectionnées et comment, nous devions reconnaître parmi les vêtements entassés les articles susceptibles de plaire. Il fallait être rapide, choisir juste. Nous prenaient de court ces nouvelles enseignes qui ouvraient dans toute l’Europe. Le shmattès yiddish allait bientôt disparaître. »

Insistons sur la qualité de la narration et sur la construction du récit, véritable miroir d’époques successives décrites avec une finesse de tous les instants et une grande sensibilité aux drames de l’Histoire – le souvenir de la Shoah n’est jamais loin –, dans un texte mémorable, aux divers sens du terme.

Comme un mix du Proust de la Recherche du temps perdu et du Zola d’Au bonheur des dames

De la belle ouvrage !

Bernard DELCORD

Un monde sur mesure par Nathalie Skowronek, Paris, Éditions Grasset, mars 2016, 189 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 18,00 € (prix France)

 

[1] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Skowronek

Les commentaires sont fermés.