19 06 17

« Comment c'est la Chine ? C'est plein de Chinois. » (Pierre Perret)

Hong Kong blues.jpgAvocat spécialiste du droit d’auteur et chroniqueur au journal Le Soir, l’écrivain belge Alain Berenboom à qui l’on doit, entre autres ouvrages, Monsieur Optimiste (Genèse Édition, 2013) dont nous avons chanté les louanges dans ces colonnes, nous est revenu cette année chez le même éditeur avec un roman foisonnant et caustique intitulé Hong Kong blues qui, nous n’en doutons pas, connaîtra un grand succès cet été auprès des vacanciers – et des autres lecteurs – en quête de littérature bien écrite, de dépaysement original et de scénarios à rebondissements bien ficelés.

En voici le pitch :

« Marcus Deschanel est un type séduisant. Journaliste dans une gazette du nord de la France, il se croit irrésistible. Pourtant, tout prend l’eau dans sa vie. Sa compagne l’a quitté, son dernier roman est un flop magistral et son bébé, la petite Gabrielle, l’horripile. Sur un coup de tête, Marcus décide de quitter la France. Il se voit déjà écrivain-voyageur. Mais, à Hong Kong, sa vie bascule.

À peine débarqué dans l’ancienne colonie britannique, il se retrouve mêlé à l’assassinat d’une manucure dans une discothèque. Son passeport a été retrouvé dans le sac de la jeune femme à côté de son cadavre.

Fauché, sans papier, Marcus est pris au piège dans le chaudron moite et grouillant de Hong Kong. Il n’a pas de repères, ne connaît personne et n’a plus d’argent. Auprès de qui trouver du secours ? Son avocat “Appelez-moi-Mike” n’a pas l’air de prendre son dossier au sérieux. Le consul général ne veut surtout être mêlé à son affaire. Et le commissaire Teng est prêt à le jeter en prison 

Deux personnages vont l’aider, mais à quel prix ? Pedro, un improbable plombier-bistrotier. Et une séduisante policière chinoise. »

En filigrane de ce roman un peu baltringue se dessine une ville-État qui a le blues, un paradis fiscal et financier, vitrine de la mondialisation, qui se lézarde sous les coups de boutoir des mafias, de la Chine communiste et de la « révolution des parapluies » menée par une jeunesse en quête de démocratie à l’occidentale.

Un texte palpitant !

Bernard DELCORD

Hong Kong blues par Alain Berenboom, Bruxelles-Paris, Genèse Édition, avril 2017, 317 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 21,2 cm sous couverture brochée en couleurs, 23,50 €. Existe en format e-book (14,99 €)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.