11 08 17

Quoi de neuf ? André Gide

gide folio.jpgUne lecture de fin d'été ? Le « Journal » d'André Gide. Il s'agit de la pièce maîtresse de son oeuvre. Il abordait (ici une anthologie de Peter Schnyder) entre 1899 et 1949 des sujets transgressifs sur la sexualité, la religion, la morale.

En voici quelques extraits pour vous en donner une petite idée. Pour ma part, j'ai de nombreuses pages remplies de ses phrases. Un grand bonheur de lecture et de réflexion ! (Je l'ai lu en numérique!)

 

Un extraordinaire, un insatiable besoin d’aimer et d’être aimé, je crois que c’est cela qui a dominé ma vie, qui m’a poussé à écrire

Il faut de l’esprit pour bien parler, de l’intelligence suffit pour bien écouter.

Les trois quarts de la vie se passent à préparer le bonheur ; mais il ne faut pas croire que pour cela le dernier quart se passe à en jouir.

On ne crée rien sans une patience divine.

Que m’importent les dons, chez qui ne sait pas les mûrir ?

Comme il est tard déjà ! dans la journée et dans ma vie…

Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse.

Résumons : pour être poète, il faut croire à son génie ; pour devenir artiste, il faut le mettre en doute. L’homme vraiment fort est celui chez qui ceci augmente cela.

Plus un humoriste est intelligent, moins il a besoin de déformer la réalité pour la rendre signifiante.

Je préfère l’amitié, l’estime et l’admiration d’un honnête homme, à celle de cent journalistes.

Me répéter chaque matin que le plus important reste à dire, et qu’il est grand temps.

Je ne crois pas que la mort soit particulièrement difficile à ceux-là qui précisément auront le plus aimé la vie. Au contraire.

Je laisserai mes livres choisir patiemment leurs lecteurs ; le petit nombre d’aujourd’hui fera l’opinion de demain.

On a dit que je cours après ma jeunesse. Il est vrai. Et pas seulement après la mienne.

« Avoir raison »… Qui donc y tient encore !… Quelques sots.

Le plus grand bonheur, après que d’aimer, c’est de confesser son amour.

Quel petit nombre d’heures, d’instants, chaque jour, sont vraiment occupés à vivre ! Pour quelques triomphantes oasis, quels immenses déserts à traverser !

Non s’efforcer vers le plaisir mais trouver son plaisir dans l’effort même, c’est le secret de mon bonheur.

Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à la tristesse.

Un esprit incapable de révolte et d’indignation est un esprit sans valeur.

Aucun progrès de l’humanité n’est possible, que celle-ci ne secoue le joug de l’autorité et de la tradition.

Ceux qui n’ont jamais été malades sont incapables de vraie sympathie pour une quantité de misères.

Ah ! l’heureux temps où je n’étais pas écouté ! Et que l’on parle bien, tant qu’on parle dans le désert ! Certes, c’est bien pour être entendu que je parlais ; mais entendu pas tout de suite.

Si les autres écrivaient moins, j’aurais plus de plaisir à écrire.

Je crois qu’il est plus difficile encore d’être juste envers soi-même qu’envers autrui.

N’assoiffez pas qui vous voulez retenir de boire.

Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis. Sans eux, c’en serait fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète. Ils sont, ces insoumis, le « sel de la terre » et les responsables de Dieu.

 

Jacques MERCIER

 

« Le Journal » André Gide, Gallimard, Folio, 464 pp, 9,30 euros.

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.