15 08 17

« L'élection encourage le charlatanisme. » (Ernest Renan)

Petit manuel de la campagne électorale.jpgGrand spécialiste de la vie et des œuvres du célèbre orateur romain Marcus Cicéron, le professeur François Prost, ancien élève de l'École Normale Supérieure, est maître de conférences habilité à diriger les recherches à l'Université Paris-Sorbonne et membre de l'équipe de recherche E.A. 4081 « Rome et ses renaissances ».
 
Marcus Cicéron (né le 3 janvier 106 av J.-C. à Arpinum en Italie et assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C. (1) par le Second triumvirat, sur ordre de Marc-Antoine)  et son frère cadet le militaire Quintus (né en 102 av. J.-C. à Arpinum et exécuté lui aussi en 43 av.  J.-C.) furent des hommes politiques romains influents.
 
Le tribun Marcus Cicéron réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir, en 63 av. J.-C., à la magistrature suprême, le consulat. Dans une République en crise menacée par les ambitieux, il déjoue la conjuration de Catilina par la seule force de ses discours, les Catilinaires. Ce succès qui fait sa fierté cause ensuite son exil en 58 av. J.-C., pour avoir exécuté des conjurés sans procès. Revenu à Rome en 57 av. J.-C., il ne joue plus de rôle important sur la scène politique, dominée par Pompée et César. Durant la guerre civile qui débute en 49 av.  J.-C., il rallie Pompée avec hésitation, puis est forcé de s'accommoder du pouvoir de César, avant de s’allier à Octave contre Marc-Antoine. Sa franche opposition à ce dernier lui coûte la vie en 43 av. J.-C. (2)
 
Quintus Cicéron fut édile en 66 av. J.-C. et préteur en 62 av. J.-C., puis, à sa sortie de charge, gouverneur de la province d'Asie pendant 3 ans et légat de la XIVe légion de Jules César pendant la guerre des Gaules, de 54 à 52 av. J.-C. En 51 av. J.-C., il quitte la Gaule et va rejoindre son frère, proconsul de Cilicie. Pendant les Guerres civiles, il embrasse le parti de Pompée, et obtient par la suite le pardon de Jules César. Ensuite, il est déclaré ennemi d’Antoine et fuit de Tusculum pour échapper à la colère de celui-ci. Il retourne chez lui à Arpinum ; un paysan le dénonce et il se rend alors pour sauver son fils qui se fait torturer. Ils sont tous deux mis à mort en 43 av. J.-C. (3)
 
François Prost a fait paraître aux Éditions Les Belles Lettres à Paris le Petit manuel de la campagne électorale de Quintus Cicéron et les Lettres à son frère Quintus (I, 1 et 2) de Marcus Cicéron, des textes latins révisés traduits, et commentés par ses soins.
 
En voici la synthèse :
 
« En 64 avant J.-C., Marcus Cicéron est candidat au consulat. Son frère cadet Quintus rédige pour lui un Petit manuel de la campagne électorale qui expose les rouages d'une élection à haut risque, et détaille les démarches attendues du candidat, offrant ainsi un tableau saisissant du système politique romain. Chemin faisant, il pose des questions toujours d'actualité : comment concilier séduction électorale et fidélité à soi-même et à ses principes ? Comment rassembler le plus grand nombre autour de sa candidature, et ménager les intérêts des diverses classes sociales ?
 
Quelques années plus tard, Quintus dirige la province d'Asie : Marcus lui adresse alors deux longues lettres qui examinent son exercice et brossent le portrait du gouverneur idéal, autour d'autres questions fondamentales : comment exercer un pouvoir absolu sans verser dans la tyrannie ? L'éducation intellectuelle peut-elle garantir la moralité du dirigeant et lui imposer le souci des valeurs humaines ? »
 
Du texte de Quintus, particulièrement actuel, il ressort que le principe d'une campagne électorale reste le même que de nos jours : s'assurer le soutien des personnages influents et se concilier la masse des électeurs en les manipulant subtilement.
 
Et l’auteur indique la marche à suivre pour obtenir ce résultat, par des conseils précis et méthodiques…

Bernard DELCORD
 
Petit manuel de la campagne électorale par Quintus Cicéron & Lettres à son frère Quintus (I, 1 et 2) par Marcus Cicéron, édition bilingue des textes latins traduits, révisés et commentés par François Prost, Paris, Éditions Les Belles Lettres, collection « Commentario », mars 2017, CLXXV +253 pp. en noir et blanc au format 13,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 27 € (prix France)
 
 
(1) Calendrier julien.
(2) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cic%C3%A9ron
(3) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Quintus_Tullius_Cicero

Les commentaires sont fermés.