06 11 17

Existe-t-il une littérature européenne ?

Richard Miller.jpg« Existe-t-il une littérature européenne ? » est une excellente et pertinente question posée par l'auteur de l'essai, Richard Miller. Il y répond de manière claire, intelligente et détaillée. Un livre qui fait aussi référence à de nombreux autres ouvrages ; ce qui nous donne autant de pistes pour prolonger la lecture par d'autres réflexions.

L' « Avant-dire » (préféré à préface) de Jacques De Decker définit l'auteur comme « batailleur de mots, d'idées et de combats politiques ».

L'auteur est homme politique et docteur en philosophie de l'Université libre de Bruxelles. On luit doit une quinzaine de livres, beaucoup traitant de la liberté et du libéralisme.

L'ayant croisé lorsqu'il fut Ministre de la Culture (entre 2000 et 2003), je connaissais son intérêt pour la littérature et aussi pour les mots. « Les mots sont comme semblables à des pierres polies par le temps, sortes de galets façonnés par les vents et les vagues. » dit-il.

 

Ce qu'il écrit ici sur les mots est captivant. Quelques exemples :

« Les mots sont toujours un « terrain d'entente » (dans tous les sens du mot « entente ») : pour que l'on puisse s'entendre. Il faut que l'on accepte de part et d'autre d'appeler les mêmes choses par les mêmes mots, c'est-à-dire par les mêmes sons ayant le même sens. »

Ou encore à propos de ce sujet qui m'a toujours intéressé, jouant des mots dans les médias : « Un échange se joue entre la langue parlée et la langue littéraire, entre la langue et la littérature. L'écrit littéraire affermit la langue et façonne les mots. Écrire confère une solidité qui permettra des lectures nouvelles, des utilisations inédites, des audaces, des accouplements, des créations riches de sens nouveaux. »

Il est longuement question aussi des mots et de la littérature.

« La littérature, ce sont des rencontres. Des rencontres, par les flux des mots, entre des devenirs individuels. » et « La réalité pour nous n'existe que d'être racontée. »

 

Mais Richard Miller expose tout d'abord ce qu'est notre civilisation européenne, avec Athènes, Rome, Jérusalem et puis la démocratie et les Lumières. L'esprit européen c'est le souci de la dignité humaine.

La constatation suivante ne nous est pas toujours présente à l'esprit :

« A la différence d'autres ensembles politico-culturels comme l'Inde, la Chine, le Japon et la culture arabe (ensuite islamique), les textes fondateurs européens sont des traductions. »

 

Et puis la grande affaire de l'amour est abordée :

« L'amour dans tous les sens est une seule et même histoire que l'on ne cesse, depuis le début et jusqu'à notre temps, de raconter. »

« Être à la hauteur de la rencontre amoureuse, toute la littérature nous le donne à lire, à entendre et à comprendre : c'est accepter l'abandon de soi à l'autre. Avec risques et périls, il est vrai. »

 

Si je n'avais qu'une seule réflexion à retenir dans tout cet ouvrage qui en foisonne, c'est celle-ci : « Suis-je digne de cette force de vie qui est en moi ? »

 

Un dernier mot : parmi les nombreuses références, je constate avec plaisir que l'auteur a lu avec attention « Sapiens » de Harari, que je vous conseille de toute urgence... après la lecture de cet essai !

 

 

Jacques Mercier

 

« Existe-t-il une littérature européenne ? » - Avant-dire de Jacques De Decker - Richard Miller - Ed. Académie royale de Belgique, collections L'Académie en poche. 2017 – 144 pp. 7 euros. Www.academie-editions.be

Les commentaires sont fermés.