26 11 17

Une révélation : Adeline Dieudonné !


adeline couve opuscule.jpgAlors qu'il est question dans ce magnifique petit roman de rafales de kalachnikov, la lecture du livre « Seule dans le noir » peut se comparer à une rafale de phrases, de mots, de sensations. On la prend en plein cœur et on en sort tout étourdi, heureux d'être en vie. C'est rapide, terrible et efficace.

J'avais lu Bonobo Moussaka, le premier texte de théâtre de Adeline Dieudonné (dont Eric De Staercke explique dans la préface du livre paru chez Lamiroy* : « Le héros de cette histoire, c'est notre petite voix intérieure, une voix qui s'exprime sans concessions, sans entraves sans inhibition car elle est tout intérieure et que seul le lecteur peut l'entendre ») et j'avais été frappé par cette réflexion : « Elle se dit qu'elle est probablement un peu trop sentimentale. Ça vous perd toujours d'être sentimentale... »

On suit ici l'événement terrifiant qui arrive à Julianne, de l'intérieur, avec sa perception des choses. Tout ce qui vient à l'esprit dans un moment critique nous est livré :

« Elle se forçait à regarder au moins une émission didactique par semaine. Cela lui semblait le minimum vital pour ne pas sombrer complètement neuneu. Déjà qu'elle avait renoncé à lire. Trop silencieux. La télé lui donnait l'illusion d'une présence. »

J'ai adoré deux passages essentiels. Vous découvrirez le second en lisant le petit roman, - car ils sont écrits en parallèle, comme deux serre-livres - mais voici le premier, une merveille d'écriture et d'inspiration :

« Sa façon de voir le monde comme un jardin, avec des ronces, des orties, des jours de pluie et quelques lapins morts, c'est vrai, mais aussi avec de la lumière, une brise chaude au parfum de cannelle, des pivoines qui sentent le printemps, un petit ruisseau qui fait son bruit de petit ruisseau, un gazon doux sous les pieds nus, des fruits sucrés qu'on trouve un peu partout si on prend la peine de les chercher. »

J'aime aussi ces pensées que seule peut avoir une nouvelle génération qui découvre la réalité de l'existence :

« A peu de choses près, notre civilisation tient sur le respect des actes de propriété. Et des déclarations TVA. »

Un joyau de plus dans cette extraordinaire collection hebdomadaire d'Eric Lamiroy !

 

Jacques MERCIER

 

Seule dans le noir, Opuscule, Adeline Dieudonné, 36 pp. 4 euros, Édition Eric Lamiroy.

*chez www.lamiroy.be : 10 euros

 

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Nouvelles, Poche, Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.