19 12 17

Bel hommage

9782390250340 (1).jpg

 Nous ne pouvons mieux conclure cette décade consacrée à la célèbre écrivain, premier membre féminin de l'Académie française - qu'en célébrant la parution, ce jour, du magnifique album de vie que Michèle Goslar lui consacre.

Fondatrice  en 1989 du CIDMY - Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar - à Bruxelles , la biographe peut prétendre à une connaissance intime de la femme de lettres. Croyez-moi, c'est un exploit car la vie privée de Marguerite Yourcenar était chasse gardée, la diffusion de ses photos,  aussi. Une partie de ses archives est du reste consignée, résolûment cadenassée,  jusqu'en 2037, année cinquantenaire de son décès.

 Alors célébrons à notre tour ce magnifique hommage au trentenaire de sa disparition  - le 17 décembre 1987 -  en découvrant  une  " Yourcenar" de l'intérieur,  ses enfance, jeunesse, maturité, relations familiales  -  père, demi-frère, odieuse grand-mère,   bonnes, .... -  amours déçues, comblées (Grace Frick) , passion de l’Histoire,  du voyage - instrument de vraie connaissance humaine - philosophie, rapport à la nature , à la vie, à la mort.

 Une biographie introspective, richement illustrée de photos singulièrement vivantes

 Vous l'aurez compris: je suis conquise et vous recommande vivement la découverte de ce joyau.

 Apolline Elter

 Yourcenar en images, Michèle Goslar, Ed Racine,  beau livre, déc.2017, 208 pp

Billet de faveur

AE : Michèle Goslar, pouvez-vous rappeler,  à l’intention des visiteurs du Pavillon,  comment est née votre passion pour Marguerite Yourcenar. Avez-vous eu l’occasion de la rencontrer ?


Michèle Goslar :: Ma passion pour Yourcenar est née de la lecture de Mémoires d'Hadrien qu'un professeur m'avait conseillé de lire "plus tard" et que je n'ai redécouvert, par hasard que vingt ans après ce conseil judicieux. Cette lecture m'a bouleversée et j'ai plongé dans tous les écrits de Yourcenar. 

C'est un autre hasard de vacances manquées en mer qui m'a amenée à vouloir la rencontrer l'été 1987 à Petite Plaisance. La rencontre a été manquée et c''est en apprenant sa mort quelques mois plus tard que j'ai décidé de lui consacrer mon temps, mon énergie et de la rencontrer vraiment en rédigeant sa biographie et en lui consacrant un Centre de Documentation.Trente ans après, mon enthousiasme est resté intact.

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.