21 04 18

Une année bissextile très spéciale...

_russon bissextile.jpgLa Loi décide de tout et on vit dans les contraintes d'une société surveillée. Demain ou déjà aujourd'hui ? Eric Russon avec Bissextile nous plonge dans un univers proche de Jacques Sternberg. Une mère violoncelliste connue, mais sans amour maternel pour sa fille Sarah, une villa entre mer et forêt angoissante... quelques ingrédients de ce thriller fort bien écrit par ce spécialiste de l'actualité culturelle. Après Crispations chez Lamiroy, voici un deuxième roman aussi bien réussi.

Beaucoup de dialogues donnent vie à l'histoire, qu'on suit, comme il se doit, avec un intérêt croissant vers la fin des énigmes.

Pour vous donner une idée du style, voici quatre courts extraits :

Sa vie ressemble à une vieille armoire, avec une foule de tiroirs où chaque objet a sa place, bien séparé des autres. Et il y a fort à craindre qu'à sa mort, tous les tiroirs soient jetés à terre et leur contenu répandu, mélangé. Les compartiments qu'elle a passé une vie entière à garder fermés risquent de se retrouver sens dessus dessous.

 

Il a suffi de deux générations pour que l'oubli s'installe. Si des vieux comme lui ne l'entretenaient pas, la mémoire s'effacerait. Certaines mots ont déjà été retirés des nouveaux dictionnaires. Pourquoi les y laisser puisqu'ils ne désignent plus rien ? Des livres ont été bannis des bibliothèques et des librairies, ils pourraient inutilement instiller des valeurs subversives.

.

Cette couleur qui n'existe nulle part ailleurs. Ni bleus. Ni verts. Juste suffisamment clairs pour vous brûler à l'intérieur. Lucie Beaumont aurait très bien pu ne jamais parler. Ses yeux se chargeaient de transmettre à qui croisait son regard l'essentiel de ce qu'elle voulait dire, son humeur ou ses envies. On dirait presque qu'en s'ouvrant, ses yeux éclairent un peu plus la pièce.

 

Ses pas font gémir le plancher. La poussière danse en suspension dans les rayons de lumière qui quadrillent l'espace. Au-dessus d'elle, le sous-bois de poutres lui souhaite la bienvenue en craquant. Elle avance presque sur la pointe des pieds pour ne pas troubler le sommeil des armoires, des malles, des vélos rouillés, des poupées dormant les yeux ouverts dans un rocking-chair crasseux, ou des lustres qui n'éclairent plus rien depuis une éternité.

 

J'adore les gens qui ont un tel talent, merci Eric !

 

Jacques Mercier

 

Bissextile, Eric Russon, Roman, 356 pp. Édition Robert Laffont, 20 euros.

 

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Romans, Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.