18 05 18

Les religions face à l'Histoire

jallet.jpgPour avoir le titre complet du livr, il faut pour(suivre : « Et si la tradition s'était inventée une histoire ». L'auteur, Michel Jallet, enseigna un temps le Management de l'information aux HEC Saint-Louis à Bruxelles. Ce gros ouvrage est le résultat de plus de dix ans de recherche et de travail. C'est une mise en parallèle des grands livres sacrés et ce que nous savons de l'Histoire. « Les croyances sont essentiellement basées sur des traditions qui n'ont que peu de rapport avec l'Histoire. » explique l'auteur « Ces idées se sont construites sur des mythes, des contes qui ont été colportés à travers les siècles, se déformant en fonction de l'environnement culturel du conteur et de son public. »

Je vous laisse découvrir le détail de ce livre plus qu'intéressant, mais qui ne change rien à nos convictions ; sauf pour ceux qui croient lire des récits à prendre au pied de la lettre. On parle de la Bible, de la Torah et du Coran et les informations données par Michel Jallet nous éclairent à leur sujet. Non seulement sur leur écriture, mais également sur la façon dont on peut s'en imprégner.

« Pour que l'écriture se développe, il faut un certain nombre de facteurs : une écriture stabilisée, du commerce florissant, un pouvoir fort et centralisé, une certaine éducation. Tous ces facteurs n'ont été présent qu'au VIIIe siècle avant notre ère en Israël. »

« On estime actuellement que la Torah (Pentateuque) aurait donc été fixée vers 400 avant notre ère, sous Esdras, qui dans le livre du même nom est appelé « prêtre et scribe de la Loi de Dieu du ciel ». C'est la mission qu'il aurait reçue du roi Artaxerxès. Attention, il ne faut pas en déduire qu'Esdras est le rédacteur de la Bible. Chaque livre a eu des rédacteurs multiples dont on ignore l'identité. »

Tous les sujets sont abordés : la résurrection, le Verbe, le judaïsme et le christianisme, mais aussi l'islam :

« Contrairement à une croyance très répandue... et entretenue par les politiques, il n'y a pas d'islam modéré et d'islam radical. Il n'y a qu'un islam, celui du Coran dont on ne peut s'écarter, car c'est une parole incréée, venant de Dieu.

Tout d'abord, les juifs et les chrétiens considèrent la Bible comme un livre d'histoire. Les scènes de violence concernent le passé, dans un contexte bien défini et ne doivent plus se reproduire. D'autre part, les auteurs de ces violences, les Israélites du XIe siècle avant notre ère se considéraient comme un peuple élu, ils ne faisaient pas de prosélytisme et n’envisageaient pas la conquête du monde comme but ultime de leur religion. Pour l'islam, à travers le Coran, la violence est un moyen de persuasion. »

« Je crois que le Coran a été bien écrit en arabe... une langue qui n'existait pas. Les rédacteurs du Coran ont inventé une nouvelle langue en se basant sur un dialecte déjà parlé et en l'enrichissant de mots empruntés au syriaque et à l'hébreu.

Le Coran n'a pas été écrit dans une langue préexistante, mais la langue du Coran est devenu l'arabe académique. »

« Au moins 30 auteurs différents ont rédigé le Coran, au moins trente styles différents ont été détectés. Les versets contenant Jésus, au nombre d'une cinquantaine, ont tous été écrits par la même personne. »

 

Près de 700 pages d'un grand intérêt pour tous ceux qui suivent l'interaction humanité, civilisation, religion, pouvoir, tradition, etc.

 

Jacques MERCIER

 

 

« Les religions monothéistes face à l'Histoire », Essai, Michel Jallet, Les éditions Amalthée www.editions-amalthee.com

682 pages, Format 16X23,5 cm, 28 euros.

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Histoire, Jacques Mercier, Société | Commentaires (0) |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.